Politique, culture, société, économie, diplomatie
22 807 €Collectés
76%
30 000 €Objectif
28/33Jours

Ce que dit Benoit Hamon

L’élection présidentielle, la France, le Maghreb et le Proche-Orient

— Quels sont selon vous les principaux intérêts que la France doit défendre en Afrique du Nord et au Proche-Orient ?

Benoît Hamon reconnaîtra l’État palestinien aux côtés de l’État d’Israël. Sur la Syrie, il est pour une solution politique sans Bachar Al-Assad. Il s’engage à combattre aussi bien Bachar Al-Assad que l’organisation de l’État islamique (OEI), tous deux des « barbares de la même nature ». En adoptant cette position, il veut, par ailleurs engager la France dans la lutte contre « l’impérialisme agressif » de la Russie.

Il appelle de ses vœux la mise en place de pourparlers avec toutes les composantes de la société syrienne, minorités culturelles et religieuses comprises, sous l’égide des Nations unies, afin d’éviter une situation similaire à l’Irak où la minorité sunnite a été écartée de la sphère politique, créant une frustration qui fut le terreau pour l’implantation durable de l’OEI au Levant.

Il a soutenu les frappes ordonnées par le président américain Donald Trump en Syrie, en déclarant que le régime alaouite est responsable de la riposte américaine.

— Considérez-vous que la France a commis des erreurs dans ces régions au cours des dernières années ? Si oui, quelles sont les plus importantes ?

À propos des ventes d’armes à l’Arabie saoudite, la diplomatie française ne doit pas être dictée par les industriels français de l’armement. Il reconnaît que ce lien a pu paraître si fort qu’on pourrait comprendre que c’est le cas.

Il juge qu’il faut en finir avec « l’espèce de lune de miel » avec des pays du Golfe, comme le Qatar.

— Pensez-vous que la France a une action propre à mener dans ces régions ? Doit-elle agir dans le cadre d’alliances spécifiques ? Lesquelles ?

La France restera attachée à l’ONU. Pour allier développement et sécurité, droits humains et nouvelles règles commerciales, la France nouera ou consolidera des partenariats féconds avec les États acceptables. Benoît Hamon préservera les politiques internationales qui s’inscrivent dans la vision française du monde, juste et humaniste (accord de Paris sur le climat, Cour pénale internationale, accord sur le nucléaire iranien).

Pour développer la coopération militaire et diplomatique, il fera en sorte que l’action militaire et les sanctions soient largement appuyées par les partenaires européens et régionaux concernés. Au-delà des interventions, la diplomatie française déploiera une action politique et civile déterminée et efficace.

Il proposera aux Européens une initiative pour renforcer leur sécurité grâce à une plus grande coopération européenne dans le domaine de la défense. Celle-ci comprendra une amélioration du hub européen, afin que les partenaires accentuent leur soutien logistique et financier aux opérations extérieures faites par la France. Les états-majors européens et les brigades binationales seront renforcés.

Il s’agit de miser sur l’Union européenne plutôt que sur l’OTAN – tout en restant dans le commandement intégré. Être ou ne pas être dans le commandement militaire intégré de l’OTAN est une question neutre, cela ne changera rien à l’obligation de défendre l’Europe.

Benoît Hamon justifie la présence de l’armée en citant le Mali, « bon exemple de la nécessité d’intervenir » pour empêcher de potentiels massacres entre communautés religieuses. Il approuve également la participation militaire française en Irak et Syrie contre l’OEI.