Cliquez ici si vous ne parvenez pas à afficher correctement cette lettre d'information.
La Lettre d’Orient XXI
Semaine du 28 août au 4 septembre 2015
Mohannad Orabi, « It is no longer about me », 2011.

Colloque iReMMO-Orient XXI

le 2 octobre au Palais du Luxembourg (9h-17h) :

« La France a-t-elle encore une politique au Moyen-Orient ? »

Près de cinquante ans après la guerre de juin 1967 et l’inauguration par le général de Gaulle de ce que l’on a appelé « une politique arabe de la France », la région a connu des mutations majeures et nombre d’observateurs s’interrogent sur la place de la France dans un contexte international profondément modifié avec la fin de « la Guerre froide » et l’émergence de menaces nouvelles. Il est donc nécessaire de réfléchir sur les engagements de Paris, non pas sur chacun des conflits mais à partir de questionnements plus généraux qui traversent tout débat sur la politique étrangère.

3 tables-rondes :

- Reconnaître, dialoguer ?
Cette interrogation, au coeur de toute action diplomatique, s’est maintes fois posée au Moyen-Orient ces dernières années. À chaque fois, la réponse a eu d’importantes implications sur lesquelles il est important de revenir.
Faut-il parler avec le Hamas ? Que faire avec le Hezbollah ? Doit-on reconnaître l’opposition syrienne ? Quid des Kurdes du nord de l’Irak ? Faut-il reconnaître un État Palestinien ? Doit-on soutenir un accord sur le nucléaire avec l’Iran et dialoguer avec Téhéran ?

- Intervenir ?
Ces dernières années, la France s’est engagée, sur le plan militaire, dans plusieurs conflits en Afrique et au Moyen-Orient. Elle était prête à s’impliquer en Syrie, en septembre 2013, après l’utilisation par Damas d’armes chimiques ; et, depuis, elle intervient dans la lutte contre l’État islamique. Sans oublier que des centaines de soldats français sont présents dans la Finul 2 au Sud-Liban.
Certains ont soutenu ces interventions d’autres, au contraire, les ont critiquées. Que peut-on en penser ? Quelles sont leurs conséquences ? Quelles sont aussi les conséquences d’une non-intervention ? Faut-il s’en tenir, en toutes circonstances, au principe de non-ingérence ? Quelle portée peut avoir une intervention militaire si elle ne s’insère pas dans une perspective politique cohérente ? C’est la dialectique du soldat et du diplomate. L’un n’est rien sans l’autre.

-  Agir seule ?
La France, qui avait traditionnellement une politique étrangère d’envergure, doit désormais faire face à une contradiction majeure : seule, ses capacités sont réduites ; dans le cadre européen, la règle de l’unanimité réduit toute action à l’insignifiance du plus petit dénominateur commun.
Comment sortir de cette contradiction ? Quelle est la place de l’Union européenne au Moyen-Orient ?

Intervenants (liste non exhaustive) : Yves Aubin de La Messuzière, Bertrand Badie, Jean-Paul Chagnollaud, Monique Chemillier-Gendreau, Nathalie Goulet, Alain Gresh, Bassma Kodmani, Agnès Levallois, Anis Nacrour, François Nicoullaud, Gwendal Rouillard, Claire Talon, Justin Vaïsse, Hubert Védrine.

Les derniers articles

Nouvelle Tombeaux pour 200 000 et trois réfugiés « Des hommes dans le soleil », de Ghassan Kanafani Françoise Feugas, Septembre 2015
L’Algérie dans le piège gazier Jean-Pierre Séréni, Septembre 2015
Une « révolution des ordures » au Liban ? Un mouvement social contre le régime confessionnel Nicolas Dot-Pouillard, Septembre 2015
Un monde sans islam Et si la religion n’expliquait pas grand chose ? Graham E. Fuller, Septembre 2015
Turquie, le faux parallèle entre les années 1990 et aujourd’hui Quand la guerre reprend au Kurdistan Jean-François Pérouse, Août 2015

En arabe

تُركيا والمُقارنة الخاطِئة مع فَترة التسعينيات عودةُ الحَرب في كُردِستان جان فرنسوا بيروز, آب (أغسطس) 2015
Orient XXI, chez iReMMO, 7, rue des Carmes, 75005 Paris - Contact
Conformément à la loi «Informatique et libertés» du 6 janvier 1978, vous pouvez à tout moment demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant en nous contactant. Si vous ne souhaitez plus recevoir d'emails de la part d'Orient XXI, cliquez ici pour vous désabonner.