11 052 €Collectés
37%
30 000 €Objectif
15/29Jours

Au Soudan, la révolte est devenue un état d’esprit

Alors que les manifestations au Soudan entrent dans leur quatrième mois et continuent sans faiblir malgré la répression, l’issue politique demeure incertaine. L’opposition reste divisée et le président Omar Al-Bachir est prêt à tout pour se maintenir au pouvoir et éviter d’être traduit devant la Cour pénale internationale.

Au centre de l’affiche, le mot d’ordre de la révolte, « Tasgut bas » : « la chute [du régime], c’est tout ».
Abdelmalik

La révolte populaire qui a éclaté de manière spontanée à Atbara dans le nord du Soudan le 19 décembre peut être considérée comme une réaction tardive à la dégradation de la situation politique et économique, à la faillite avérée du gouvernement et à son impuissance à offrir des solutions aux crises successives que le pays a traversées depuis la sécession du sud en 2011. Depuis la contestation de septembre 2013 au cours de laquelle de nombreux jeunes protestataires ont été tués par les forces de l’ordre, la rue n’avait pas connu un tel embrasement. Tous les observateurs s’accordent à dire que cette dernière contestation est la plus forte que le régime du président Omar Al-Bachir ait jamais connue depuis sa prise de pouvoir en juin 1989 par un coup d’État.

Lors de la contestation de septembre 2013, de violentes manifestations avaient, pour la première fois, visé le pouvoir, à la suite de mesures d’austérité économique destinées à combler le manque à gagner de l’exploitation pétrolière perdue avec la sécession du Sud. La décision notamment de supprimer les subventions au carburant avait entraîné par voie de conséquence une forte hausse des prix des denrées de base. La surprise du pouvoir avait été telle, face au soulèvement, que sa réaction avait été violente, et sa volonté évidente d’étouffer la révolte dans l’œuf. Les autorités avaient eu recours à une répression sans précédent, n’hésitant pas à tirer à balles réelles sur des manifestants pacifiques. Par cette répression sanglante, le pouvoir avait réussi à mater la rébellion, mais au prix d’une rupture avec la rue, avec laquelle la relation n’a plus jamais été la même. La colère du peuple avait été exacerbée.

L’heure de la rébellion a sonné

Ce ressentiment enfoui s’est avéré le germe redoutable d’un rejet massif du régime. La persistance de la crise économique, la dégradation continue des conditions de vie, la propagation de la corruption avec l’impunité pour les corrompus, pour ne pas dire leur protection et leur promotion, les privilèges toujours accordés à la même poignée d’hommes, tout cela a fini de convaincre la population qu’il n’y avait aucun espoir de réforme, faute de volonté politique du pouvoir. La conséquence naturelle a été une nouvelle explosion populaire, alors même qu’elle pouvait paraître inimaginable après la répression sanglante des manifestations de 2013, qui n’avaient en outre abouti à aucun résultat. Il est bien difficile de dire quand une rébellion devient possible, mais l’heure de celle-ci a sonné.

Déjà en 1964 et en 1985

Les Soudanais ont déjà dans leur histoire récente réalisé deux révolutions, la première en octobre 1964 et la seconde en avril 1985 ; toutes deux ont renversé un pouvoir militaire. Un tel passé révolutionnaire ne pouvait que préparer le mouvement de décembre. La révolte actuelle présente toutefois des traits qui la différencient des précédentes. Ces spécificités expliquent sans doute pourquoi elle tarde à provoquer un changement et pourquoi les jeunes s’entêtent malgré tout à manifester depuis plus de trois mois, avec une ardeur sans faille.

La révolte de décembre entre en effet dans son quatrième mois, et les protestations s’enchaînent : les foyers s’éteignent dans une région pour se rallumer dans une autre. Les manifestations peuvent parfois baisser en nombre en certains points du territoire, mais elles augmentent à l’improviste ailleurs ; la contestation fait tache d’huile et gagne de nouvelles zones géographiques. En réalité il est très difficile d’appréhender son envergure exacte. Ce qu’on peut dire c’est qu’elle ne faiblit pas, qu’elle reste populaire et omniprésente, qu’elle s’est en quelque sorte installée dans le paysage quotidien. La révolte a saisi le pays dans son ensemble, et il n’est pas jusqu’aux enfants qui ne répètent ses slogans ; elle monopolise les sujets de conversation et le fil des réseaux sociaux. Elle est devenue un état d’esprit, une « humeur » de la société entière.

Les manifestations organisées par le Rassemblement des professionnels1 sont souvent impressionnantes. Ici un cortège se réclamant des « diplômés et chômeurs » regroupe une foule, là, sous une banderole « Femmes soudanaises », de très nombreuses participantes se retrouvent. Les sit-in et les débrayages sur les lieux de travail se poursuivent et trouvent un écho jusque dans les entreprises privées.

Face à une hydre sécuritaire

La question qui se pose cependant avec force est celle de la raison pour laquelle ce mouvement n’arrive pas à atteindre son but. Et de manière corollaire, pourquoi les protestations se poursuivent malgré le manque de résultats. Enfin, quel avenir ce mouvement peut-il espérer ? Il est malaisé de répondre de manière simple et tranchée à des questions aussi complexes, mais un observateur attentif du mouvement depuis son émergence comme de la nature du pouvoir en place au Soudan peut trouver un début de réponse.

Renverser un régime politique et militaire non « idéologisé » ne requiert pas d’innombrables moyens de pression. C’est ce qui s’était produit lors des révolutions d’octobre 1964 et d’avril 1985. Il avait suffi d’une mobilisation de la rue exprimant son rejet du pouvoir en place pour le faire tomber au bout de quelques jours. La situation est totalement différente dans le cas du soulèvement actuel. Cette révolution qui a commencé fin 2018 fait face à un système idéologique, religieux, fanatique et sanguinaire, qui a pu imposer au pays, littéralement, une poigne de fer pendant 30 ans, et renforcer son emprise sur tous les rouages de l’État, consacrant jusqu’à 70 % du budget de l’État à la constitution de son appareil sécuritaire et militaire, formant des services parallèles aux forces de l’ordre officielles, elles-mêmes totalement domestiquées.

Les manifestants au Soudan font donc face à une hydre sécuritaire et militaire. C’est littéralement un « peuple sans défense » selon l’expression consacrée, qui est confronté au monstre à plusieurs têtes ; non seulement il est démuni en matière d’armes, mais il est également dessaisi de toutes les institutions régaliennes supposées le représenter.

Lors des deux précédentes révolutions, les islamistes étaient du côté de l’opposition la plus farouche au régime. Ils sont aujourd’hui la cible du mouvement populaire qui exige la chute du régime. Toutefois, renverser un régime idéologique qui recourt à un discours religieux « affectif » faisant vibrer la corde sensible du peuple, dans une société où la conscience politique n’est pas généralisée est une mission extrêmement compliquée, coûteuse et qui ne peut se faire que sur le long terme.

Le mouvement actuel est sans conteste une révolution du peuple, mais reste malgré tout le fait d’une « élite », car de larges secteurs de la société demeurent inactifs, simples spectateurs, sympathisants, se contentant d’applaudir, sans entrer dans l’arène, à l’exception des régions fortement mobilisées, et ce bien que la population tout entière ait intérêt au changement. Cela est sans nul doute dû à la violence meurtrière des forces de sécurité qui tirent à balles réelles sur les manifestants, faisant de nombreux morts et des centaines de blessés, et procédant à de vastes arrestations.

La jeunesse à l’avant-garde

On mesure d’autant plus le courage et le désir de liberté qui animent cette avant-garde populaire aux prises avec un arsenal sécuritaire et militaire. On est par ailleurs surpris par l’endurance du mouvement, un « souffle » inhabituel au Soudan. Je ne sais si la durée de telles manifestations pacifiques est exceptionnelle dans l’histoire de la région ou du monde, mais elles remportent certainement la palme des manifestations les plus longues de l’histoire du Soudan, ce qui aiguise la curiosité des observateurs. Ils notent que les manifestants appartiennent principalement à la jeunesse. Celle-ci fournit à la fois le carburant et l’encadrement du mouvement. Ces jeunes ont grandi à l’ombre du régime islamiste, ils ont vécu la misère et n’ont pour horizon qu’un avenir incertain ; ils étaient naturellement désignés pour défier l’arbitraire du pouvoir et se faire les porte-étendards du changement. Ils portent résolument les espoirs de tout un peuple.

Quant aux autres acteurs, on peut s’interroger sur leurs positions depuis le début du mouvement. Quid de l’armée, quid des partis politiques ? Quel rôle peuvent-ils jouer dans la mobilisation politique ? Sont-ils de simples spectateurs ? Manquent-ils de représentants au sein du mouvement, ou bien en font-ils partie sans avoir le moyen de peser sur le cours des événements ?

L’institution militaire avait été l’objet d’une double entreprise de renforcement et de domestication initiée par le parrain du mouvement islamiste, Hassan Tourabi2. L’armée nationale était ainsi devenue une armée gouvernementale. Après l’éclatement de la révolte et la répression sanglante des manifestations, la question d’une possible intervention de l’armée pour arrêter le bain de sang s’est posée avec acuité. Celle-ci a toutefois publiquement réitéré son soutien au président. Au sein des forces armées, un courant d’officiers de grade intermédiaire a émis des réserves sur la gestion de la crise par le pouvoir, à l’occasion de réunions internes. Ces gradés dissidents ont été arrêtés. En février, ils ont été mis d’office à la retraite.

Des partis politiques muselés

Quant aux partis politiques, ils ont dû faire face à une série de divisions internes. Le gouvernement d’Omar Al-Bachir s’est employé depuis sa prise de pouvoir à les battre en brèche. Les libertés politiques ont été confisquées comme jamais auparavant dans l’histoire du pays. D’où la paralysie actuelle du paysage politique, résultat inévitable d’un travail de démolition pour lequel le pouvoir a utilisé d’importants moyens financiers. On a ainsi vu naître une multitude de partis à la solde du pouvoir sans la moindre assise populaire, pour contrer des partis historiques devenus incapables de se relever. L’entreprise de domination des états-majors des partis a finalement laissé les militants de base faire cavalier seul, prenant l’initiative en dehors de tout encadrement politique.

Les militants se sont ainsi regroupés au sein de nouvelles formations dont le fameux Rassemblement des professionnels, qui conduit le mouvement actuel. Il ne s’agit pas d’une création ex nihilo, mais d’un regroupement de plusieurs mouvements où la jeunesse est très présente. Il faut reconnaître que les partis traditionnels ne sont guère disposés à appuyer le changement par la révolution, même s’ils déclarent soutenir les manifestations. Ces formations estiment que la situation politique et sociale est devenue d’une extrême complexité, car le pouvoir islamiste n’a eu de cesse que de déchirer le tissu social, à travers des politiques de discrimination raciale, faisant prévaloir la tribu sur la nation. Du fait de son système idéologique, il a édifié un « État profond » protégé par des milices armées. D’où la nécessité, selon eux, d’agir avec la plus grande circonspection pour éviter tout débordement de nature à faire basculer le pays dans un scénario infernal. Cette ligne est défendue par certaines formations de l’opposition qui pensent préférable de parvenir au changement par les voies du dialogue et de la négociation.

Mais une telle vision masque leur crainte d’un changement induit par les forces de la jeunesse ainsi que leur refus d’admettre l’échec de toute tentative de dialogue et de négociation avec le régime ; la perfidie de celui-ci avait pourtant été vérifiée des dizaines de fois, la dernière en date étant celle du prétendu dialogue national auquel le président Al-Bachir avait lui-même appelé début 2014, et par lequel le parti du Congrès conduit par Hassan Tourabi revenait au pouvoir après une séparation de 15 ans. Le régime n’avait respecté aucune des conclusions du dialogue auquel il avait lui-même appelé. Des mœurs patriarcales pouvaient expliquer cette réticence des politiciens à l’égard d’un mouvement de jeunes pouvant signifier la fin de leurs privilèges.

Les partis politiques de l’opposition n’ont en réalité jamais pu vérifier leur popularité sur le terrain, en l’absence de batailles électorales. Ils se voient même interdire par les autorités tout contact avec les masses populaires. Il est donc difficile de dire si les partis ont une quelconque influence au sein du mouvement actuel.

Lorsque la première étincelle de l’actuelle révolte est partie de Atbara le 19 décembre, allumant ensuite des foyers dans certaines villes du nord, il n’y avait encore aucune banderole portant le nom d’une formation politique assurant le leadership. Ce n’est que le 25 décembre à Khartoum qu’est apparu le Rassemblement des professionnels, qui a rallié les foules comme aucun parti politique ne l’avait fait jusqu’à présent. Bien qu’elle soit elle-même apparue après l’éclatement de la révolte, cette nouvelle formation a eu, par la clarté de ses revendications, les faveurs de la jeunesse, au détriment des partis politiques dont la crédibilité était entamée. Bien que le rassemblement n’ait pas à ce jour de direction clairement identifiée, ses mots d’ordre sont suivis par la rue plus que ne le seraient ceux d’aucun parti politique. Les partis sont toutefois d’une manière ou d’une autre présents au sein de la nouvelle formation du Rassemblement des professionnels.

Dissensions au sein du pouvoir

Des dissensions renouvelées se font jour au sein du pouvoir entre deux forces principales qui tentent de se prendre de vitesse : celle d’un président poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI), contre celle de ses alliés islamistes. Omar Al-Bachir considère que ce n’est pas lui qui est rejeté par le peuple, mais plutôt les islamistes. Il tente de leur couper les ailes au sein du pouvoir, afin de gagner les faveurs des pays de la région qui se tiennent ouvertement à ses côtés, lui fournissant appui politique et économique. Il ne reculera en ce sens devant aucun sacrifice, le maintien au pouvoir étant pour lui la seule garantie d’échapper à la justice internationale. Certains groupes islamistes tentent de leur côté de préparer son éviction afin de sauver le régime, au prix de quelques modifications cosmétiques. La pression de la rue pourrait précipiter l’issue de cette querelle intestine. Ce qui ne veut pas dire que la révolte aura eu gain de cause, mais qu’elle aura du moins avancé sur la voie d’une solution. Une intervention de l’armée n’est pas à exclure si les manifestations se poursuivent et si la situation économique — déjà insoutenable — continue de se dégrader.

Même si la révolte actuelle devait être écrasée, même si les rues devaient se vider de leurs manifestants, le mouvement aura réussi à mettre à nu un régime à bout de souffle qui n’a plus rien à offrir. Il y aura désormais un avant et un après révolution de décembre.

1Rassemblement des syndicats de l’opposition qui établit depuis le 25 décembre le calendrier et le parcours des manifestations.

2NDLR-Un des théoriciens des Frères musulmans soudanais, idéologue du régime il s’en est séparé en 1999 et sera arrêté à plusieurs reprises, avant de se rapprocher de nouveau du pouvoir. Il est mort en 2016.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.