Politique, culture, société, économie, diplomatie
20 850 €Collectés
70%
30 000 €Objectif
26/33Jours

Le terrorisme, de la révolution française à l’organisation de l’État islamique

1793 : Robespierre érige « la terreur » en système politique en proclamant la légitimité du nouveau gouvernement révolutionnaire dont le ressort est « la vertu appuyée sur la terreur ». On date de cette époque l’usage moderne des termes « terreur » puis « terrorisme » et des politiques s’y référant.

16 juin 1916 : accords Sykes-Picot passés entre le Royaume uni et la France qui organisent le partage du Proche-Orient à la chute de l’Empire ottoman.

11 septembre 2001 : attentats d’Al-Qaida contre les États-Unis.

Septembre 2001 : le président Georges Bush lance « la guerre globale contre la terreur ».

2002 : installation à Guantanamo Bay des structures destinées à recevoir les membres d’Al-Qaida et les talibans suspectés d’avoir participé à des actions terroristes.

13 octobre 2006 : annonce de la création de « l’État islamique en Irak ».

9 avril 2013 : « L’État islamique en Irak » devient « État islamique en Irak et au Levant » (EIIL), ou « État islamique en Irak et al-Sham » (EIIS).

10 juin 2014 : Mossoul, deuxième ville d’Irak, tombe aux mains de l’EIIL. Des dizaines d’autres localités suivent.

10 juin 2014 : L’EIIL publie une série de photos intitulées Briser la frontière Sykes-Picot.

29 juin 2014 : le premier jour de ramadan, le cheikh Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole de l’EIIL annonce le rétablissement du califat sous le nom d’« État islamique » avec Abou Bakr Al-Bagdadi comme calife.

14 juillet 2014 : Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) renouvelle son allégeance à Ayman Al-Zawahiri et récuse l’OEI et son calife.

15 septembre 2014 : conférence internationale à Paris pour organiser la coalition des États opposés à l’OEI.

24 septembre 2014 : dans une vidéo intitulée Message de sang pour le gouvernement français, le groupe djihadiste algérien Jund al-Khilafa (« l’armée du califat »), qui soutient l’OEI, annonce l’assassinat d’Hervé Gourdel capturé trois jours plus tôt en Algérie.