25 787 €Collectés
43%
60 000 €Objectif
22/33Jours

Israël, fait colonial. Maxime Rodinson met KO Bernard-Henri Lévy

Dans son dernier ouvrage Solitude d’Israël comme dans les interventions médiatiques qui s’en sont suivies, BHL conteste la qualification d’Israël de « fait colonial », opérée en juin 1967 par l’orientaliste Maxime Rodinson dans un texte au titre éponyme. Les arguments farfelus et fallacieux que le philosophe mobilise à cet effet ne sont jamais contestés par ses interviewers. Mise au point.

Orient XXI

Le dernier opus de Bernard-Henri Lévy mérite-t-il ces quelques lignes et le temps gaspillé à sa lecture ? Les interviews complaisantes que l’auteur multiplie lui permettent de dérouler, la plupart du temps sans contradicteur – l’ignorance de ses interviewers est souvent abyssale -, sa routinière défense d’Israël, de ses crimes de guerre, de son armée ô combien morale. Tout en déplorant la solitude d’un État qui dispose — excusez du peu — d’un soutien robuste des États-Unis et de la plupart des pays occidentaux, dont la conscience est à peine ébréchée par les quelque 35 000 morts, en majorité civils, dénombrés à Gaza. Rien de bien nouveau dans le monde selon BHL.

Nous aurions donc pu dédaigner ce pamphlet, triste ramassis des éléments de langage du discours politique et médiatique dominant, qui se drape dans les habits de la dissidence. Pourtant, l’ouvrage vaut pour un seul point : il fait remonter à la surface un texte oublié de l’orientaliste Maxime Rodinson, paru dans la revue de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Les Temps modernes à la veille de la guerre de juin 1967, et intitulé « Israël, fait colonial ? ». BHL en cite la conclusion :

Je crois avoir démontré, dans les lignes qui précèdent, que la formation de l’État d’Israël sur la terre palestinienne est l’aboutissement d’un processus qui s’insère parfaitement dans le grand mouvement d’expansion européo-américain des XIXe et XXe siècles pour peupler ou dominer les autres terres.

Une phrase qui ne peut que susciter l’indignation de ce « Jean-Paul Sartre dévalué » que moquait Renaud dans sa chanson « L’Entarté ».

« De vieilles passions communistes au cœur d’Israël »

Les migrants sionistes n’étaient-ils pas animés par des idéaux de la révolution d’Octobre ? Ne brandissaient-ils pas le drapeau rouge ? N’entonnaient-ils pas des chants spartakistes ? Ne se réclamaient-ils pas pour certains du marxisme-léninisme ? Dans une lettre à son ministre des affaires étrangères datée du 29 novembre 1924, le consul de France à Jérusalem notait :

Dans les colonies coopératives tout est indivis, le sol, les instruments de travail, les bénéfices, le plus souvent les repas se prennent en commun, tous les enfants sont rassemblés dans une nursery où l’une des femmes s’occupe d’eux. Ce système a, sous le rapport de la culture, des inconvénients graves qu’il est superflu de signaler, mais les chefs sionistes s’y résignent parce qu’il satisfait cette espèce de curiosité, d’inquiétude des formules sociales nouvelles qui tourmente l’âme de la plupart de leurs recrues. (…) Le sionisme, ne vivant que d’un appel aux forces morales, aux traditions nationales, doit utiliser tout ce qu’il fermente de vieilles passions communistes au cœur d’Israël.

Les dirigeants sionistes surent, comme l’a démontré l’historien israélien Zeev Sternhell1, manipuler ces « vieilles passions communistes » pour créer des kibboutz très militarisés – « une main sur la charrue, l’autre sur le glaive » – dont l’objectif réel était le maillage du territoire palestinien, premier pas vers sa conquête.

Marx écrivait qu’on ne juge pas un individu sur l’idée qu’il se fait de lui-même. On ne peut évaluer non plus un mouvement sur l’idée qu’il se fait de lui-même. Il ne s’agit pas de nier la sincérité de cette « passion communiste » qui animait (certains) émigrants juifs, mais d’analyser leur pratique politique réelle, nombre de massacres et de crimes se sont fait au nom du Bien et de « la civilisation ». Rodinson a bien mis en lumière le point aveugle de ces colons :

La suprématie européenne avait implanté, jusque dans la conscience des plus défavorisés de ceux qui y participaient [à l’émigration en Palestine], l’idée que, en dehors de l’Europe, tout territoire était susceptible d’être occupé par un élément européen. Le cas de l’utopie sioniste n’était pas, de ce point de vue, différent de celui des utopies socialistes du type de l’Icarie de Cabet2. Il s’agit de trouver un territoire vide, vide non pas forcément par l’absence réelle d’habitants, mais une sorte de vide culturel. En dehors des frontières de la civilisation (…), on pouvait librement insérer, au milieu de populations plus ou moins arriérées et non contre elles, des « colonies » européennes qui ne pouvaient être, pour employer anachroniquement un terme récent, que des pôles de développement.

Ce sentiment de supériorité n’était pas propre au seul mouvement sioniste, on le retrouve dans le mouvement ouvrier à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle. Ainsi, les communards en Algérie qui se réclamaient de la Commune de Paris de 1871, saluaient la répression de l’insurrection en Kabylie, qui embrasait alors le pays3. Les fédérations algériennes de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) votèrent massivement l’adhésion à l’Internationale communiste au congrès de Tours en 1920, tout en dénonçant le nationalisme indigène « rétrograde » et en prônant l’assimilation. Tous ces socialistes chantaient pourtant « L’Internationale », se réclamaient de « la dictature du prolétariat », appelaient au soulèvement des « damnés de la Terre » réduits aux seuls ouvriers européens. Il fallut la création de l’Internationale communiste pour que s’impose, non sans obstacles, le mot d’ordre « prolétaires de tous les pays et peuples opprimés unissez-vous », et pour rompre en paroles et parfois en actes avec les vieilles tendances coloniales de la social-démocratie.

L’Ancien Testament comme titre de propriété

Pour contester le caractère colonial de l’entreprise sioniste, BHL rabâche plusieurs thèses auxquelles le long texte de Rodinson dans Les Temps Modernes avait répondu par avance, mais qu’il ne s’est pas donné la peine de relire, ne serait-ce que pour les contester.

« Il y a toujours eu des Juifs sur la terre de ce qu’est aujourd’hui l’État d’Israël », écrit-il, depuis des milliers d’années, avant et après la destruction du Temple en l’an 70. Certes, ils n’étaient pas constitués en nation, concède BHL, mais « les autochtones arabes ne l’étaient pas davantage ». Ils n’acquirent ce statut, selon lui, que dans les années 1940, en même temps que les Juifs, ce qui permet, par un tour de passe-passe, d’apposer un signe d’égalité entre les aspirations des Palestiniens et celles des Juifs en Palestine. Cette logique amènerait à prétendre que les peuples autochtones amérindiens ou africains, qui n’étaient pas des communautés nationales, n’ont donc pas subi le colonialisme.

Et quelle est la légitimité d’une revendication juive sur la Palestine ? Rappelons que Theodor Herzl, le fondateur du sionisme politique, avait envisagé une installation des juifs en Argentine ou au Congo. BHL invoque la Bible désignée comme le « Malet et Isaac des sionistes », pour justifier cette prétention. Rappelons que Malet et Isaac est la collection de manuels d’histoire conçue par la République au début du XXe siècle, et qui a inventé plusieurs thèmes de la mythologie nationale, dont « nos ancêtres les Gaulois ». S’il relève plus de l’idéologie que de l’Histoire, il a quand même quelques rapports avec cette dernière, ce qui n’est pas le cas de la Bible, même s’il reste un texte majeur pour l’humanité. Et qui peut considérer, sauf quelques illuminés, l’Ancien Testament comme un titre de propriété ?

Évoquant les droits historiques des juifs sur la Palestine, Maxime Rodinson ironise : « Je ne ferai pas à mes lecteurs l’affront de les croire séduits par cet argument », ou alors — c’est nous qui complétons — on ouvrirait les portes à une guerre de mille ans, notamment en Europe, avec les revendications « historiques » de la Russie sur l’Ukraine, de la Serbie sur le Kosovo, voire de la France sur la partie francophone de la Belgique.

Dans sa préface à un livre que j’avais écrit sur l’histoire de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Rodinson avait illustré l’absurdité d’une revendication reposant sur les mythes développés par les mouvements nationalistes :

Qu’on cherche à s’imaginer les Tsiganes – peuple persécuté depuis des siècles et exterminé en masse par les hitlériens – réclamer un État dans le département des Bouches-du-Rhône où se situe un sanctuaire qu’ils révèrent, celui des Saintes-Maries-de-la-Mer, réaliser leur projet grâce à l’appui des États-Unis et de l’Union soviétique, après s’être constitué une base territoriale en achetant systématiquement des terres, après avoir vaincu militairement les forces françaises s’efforçant de résister. Qu’on pense à la réaction des habitants placés dans une position subordonnée, forcés d’apprendre le tsigane pour avoir une place dans l’État tsigane, poussés autrement à aller s’établir ailleurs (la France est grande, il y a 95 autres départements diraient les apologistes de l’État tsigane).4

Le rôle central de Londres

« Il y a un point, un au moins, sur lequel tous s’accordent, argumente ensuite BHL, la colonisation, c’est le vol. Or il n’y eut ni vol ni dol. Les terres acquises par les migrants non moins que par les autochtones juifs ne furent, sauf exception, pas ravies mais achetées. (…) Il n’est pas vrai que les terres constitutives du futur Israël aient été prises par la force ou au mépris de la loi. » Là encore, BHL n’a pas lu Rodinson qui explique comment en Afrique noire comme en Tunisie, l’acquisition des terres par les colons s’opéra le plus souvent légalement. À la veille du plan de partage de la Palestine voté par l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 1947, le pourcentage des terres cultivables de Palestine possédées par des Juifs ne représentait que 9 % à 12 % des terres cultivables ; il fallut la création de l’État d’Israël, « le vol et dol » des terres des réfugiés palestiniens, la « judaïsation » des propriétés des Palestiniens citoyens d’Israël pour bouleverser le cadastre. Résultat : à la veille de la guerre de 1967, 72 % des terres aux mains de Juifs israéliens avaient appartenu à des Palestiniens avant 19475.

Ultime pierre du raisonnement de notre philosophe, « qui dit colonialisme dit métropole coloniale. Or la réalité c’est que la métropole, c’est-à-dire, en la circonstance, la Grande-Bretagne, s’opposa de toutes ses forces, ici comme ailleurs, à la dislocation de son empire. … [La naissance d’Israël] est un moment de l’histoire, non des empires, mais de leur dissolution ; et le sionisme n’est pas un impérialisme, mais un anti-impérialisme. » Ce raccourci qui trouverait sa place dans un Mallet et Isaac israélien occulte le rôle central de Londres. À partir de 1922, date du début de leur mandat sur la Palestine, les Britanniques ont encouragé non seulement une émigration massive juive, mais ont aidé le Yichouv — la communauté juive en Palestine — à se constituer en corps séparé, avec ses institutions politiques, sa vie économique reposant sur « le travail juif » et la séparation d’avec les Arabes, et bientôt ses milices armées par les Britanniques. Le Royaume-Uni ne le fit pas par « amour des juifs », nombre de défenseurs du projet sioniste, Lord Balfour en tête, étaient antisémites, mais parce que Londres voyait ces colons européens comme « un poste avancé de la civilisation » et un point d’appui pour la défense de ses intérêts dans la région.

Cette approche se modifia durant la Seconde guerre mondiale, quand le Royaume-Uni dut prendre en compte les demandes de ses commensaux arabes sur lesquels il régnait (Égypte, Transjordanie, Irak). L’utilisation du terrorisme par les groupes sionistes contre des intérêts et des soldats britanniques – qui soulevèrent une véritable indignation dans l’opinion publique du royaume - et la volonté du sionisme de s’appuyer sur les États-Unis élargirent le fossé entre les alliés d’hier. Peut-on parler pour autant d’une guerre de libération sioniste contre l’empire ? Il faudrait alors considérer comme un soulèvement anticolonial la révolte des pieds-noirs d’Algérie contre Paris en 1960-1962, et l’Organisation armée secrète (OAS) comme un mouvement anti-impérialiste. Ou saluer la sécession des Blancs de Rhodésie en 1965 de la tutelle britannique comme un coup porté à l’empire de Sa Majesté. L’engagement d’Israël contre tous les mouvements d’émancipation des peuples du tiers-monde, du Vietnam aux colonies portugaises en passant par l’Amérique latine, a confirmé l’inscription durable de ce pays dans « le camp impérialiste ». Comme l’illustre l’alliance stratégique tissée avec l’Afrique du Sud de l’apartheid à partir de 1948, que poursuivirent tous les gouvernements israéliens de « gauche » comme de droite, allant jusqu’à aider Pretoria dans son programme nucléaire militaire.

On ne conseillera pas à BHL de relire Maxime Rodinson dont le texte dense — même s’il est parfois un peu daté - fait voler en éclat ses piètres démonstrations. En revanche, les lecteurs y trouveront de quoi nourrir leur réflexion à un moment où le caractère colonial du projet sioniste apparaît dans toute son horreur à Gaza.

1Zeev Sternhell, Aux origines d’Israël. Entre nationalisme et socialisme, Fayard, 1998.

2Étienne Cabet, théoricien politique français (1788-1856), voulait construire une cité idéale ; il tenta une expérience au Texas.

3Alain Ruscio, « Commune(s), communards, question coloniale », Cahiers d’histoire, n° 153, 2022.

4Préface à Alain Gresh, OLP, histoire et stratégies. Vers l’État palestinien, Spag-Papyrus, 1983.

5Lire John Ruedy, « Land Aliénation » dans The Transformation of Palestine, sous la direction d’Ibrahim Abu-Lughod, Northwestern University Press, Evanston, 1971.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.