Politique, culture, société, économie, diplomatie

Aux origines de la création des États arabes

Le poids de l’histoire, 1914-2014

Henry Laurens est professeur au Collège de France, chaire « Histoire contemporaine du monde arabe » depuis 2003. Son intervention a inauguré l’université populaire organisée par l’iReMMO et Orient XXI pour l’année 2014-2015 sur le thème « Le poids de l’histoire sur l’Orient (1914-2014) ».

Le Proche-Orient est l’une des plus anciennes zones de la civilisation humaine. Au 16e siècle y ont lieu deux événements fondamentaux : la conquête ottomane, extrêmement rapide, et le refroidissement climatique.

La crise climatique a pour conséquence le remodèlement de la Méditerranée. À cette mutation s’ajoute la guerre, les liens entre écologie et politique, le rapport de force entre bédouins et sédentaires. Le Proche-Orient est sous-peuplé. Au 18e siècle, l’Europe est une hyperpuissance grâce à sa technologie militaire. Les Ottomans se demandent comment survivre ; ils seront aidés par les Britanniques. Des luttes d’influence permanentes opposeront la France et le Royaume-Uni. On ne colonise pas de pays chrétiens, les Balkans ottomans considérés comme peuplés majoritairement de chrétiens sont destinés à devenir des États indépendants chrétiens : c’est la balkanisation. Le processus se poursuit jusqu’à aujourd’hui : la chasse aux musulmans, puis des autres chrétiens jusqu’à la fin du 20e siècle est suivie de la guerre du Kosovo et de la Yougoslavie et continue.

En deux siècles, la population est multipliée par 15 environ. En 1870, une nouvelle civilisation se construit, c’est là que se fera la Nahda -– la renaissance arabe — mais la France, premier pays exportateur de missionnaires catholiques fait de cet enseignement un grand instrument d’influence française. Les Français sont déjà les premiers investisseurs sur le terrain, toutes catégories confondues. Ils parlent de « France du Levant » et ont déjà lancé la colonisation de l’Afrique du Nord après l’expédition d’Égypte.

Durant la première guerre mondiale, les Français ont un projet : une grande Syrie francophone sous tutelle, éternellement reconnaissante puisque les Français lui apportent la civilisation. Les Anglais ont « Arabia ». S’ensuivront les négociations Sykes-Picot pour le partage des zones et une cascade de malentendus autour de la Palestine. 

Synthèse réalisée par Warda Mohamed.

Henry Laurens — Naissance des États arabes (années 1920) et nature des régimes
Séance 1, Samedi 4 octobre 2014