Politique, culture, société, économie, diplomatie

Complaisances européennes à l’égard du régime égyptien

Retour vers le passé ?

Si l’Union européenne est en crise, c’est aussi qu’elle est incapable de définir une politique étrangère et qu’elle est prompte à trahir les principes dont elle prétend se réclamer. Son positionnement par rapport à l’Égypte depuis le coup d’État du 3 juillet 2013 témoigne d’un retour à des politiques du passé, celles du soutien aux dictatures au nom d’intérêts mercantiles et de la lutte contre « la menace islamiste ».

Durant des décennies, l’Union européenne (UE) a fermé les yeux sur les manquements des régimes en place dans le sud de la Méditerranée et chanté les louanges des politiques économiques menées par l’Égypte de Hosni Moubarak et la Tunisie de Zine El-Abidine Ben Ali, tout en prétendant que la démocratie n’était pas à l’ordre du jour. Les soulèvements arabes ont provoqué une forme d’autocritique. Dans une conférence célèbre donnée à l’Institut du monde arabe (IMA) le 16 avril 2011, Alain Juppé, alors ministre des affaires étrangères français (postulant aujourd’hui à la présidence de la République) déclarait : « Il faut bien le reconnaître, pour nous tous, ce “printemps” a constitué une surprise. Trop longtemps, nous avons pensé que les régimes autoritaires étaient les seuls remparts contre l’extrémisme dans le monde arabe. Trop longtemps, nous avons brandi le prétexte de la menace islamiste pour justifier une certaine complaisance à l’égard de gouvernements qui bafouaient la liberté et freinaient le développement de leur pays. » Et il ajoutait qu’il fallait « changer notre regard sur le monde arabe. Nous, Français, pensions très bien connaître ces sociétés, avec lesquelles nos liens sont anciens et solides. Mais le “printemps arabe” nous a pris au dépourvu et nous a montré que nous en ignorions des pans entiers. Aujourd’hui, nous avons besoin de la vision des entrepreneurs et des responsables associatifs. Nous avons besoin de la vision des artistes et des étudiants. Nous avons besoin de la vision des blogueurs, de ceux qui disent “non” et des nouveaux acteurs qui émergent. »

Les Rafale et la « gestion démocratique des foules »

En mars et mai 2011, l’UE s’engageait aussi sur cette voie et se fixait deux priorités : l’approfondissement des réformes institutionnelles et le développement économique social et solidaire. Avec des financements attribués selon le principe du more for more : plus un pays est engagé sur la voie de la modernisation politique et institutionnelle, plus le financement qu’il reçoit est important. Après le coup de force du 3 juillet 2013 en Égypte, elle affirmait vouloir soutenir un processus politique « inclusif », c’est-à-dire incluant implicitement la principale force politique du pays, les Frères musulmans.

Que reste-t-il aujourd’hui de ces engagements ? Pas grand-chose si l’on en croit cette photo : François Hollande, hôte d’honneur du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, assistant en août 2015 à l’inauguration d’une voie de dédoublement du canal de Suez. Au-dessus de leur tête, les premiers Rafale livrés par Paris tracent des sillons multicolores. Sur la même rangée, deux places plus loin, le président soudanais, inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Comment justifier ces bonnes relations avec un régime qui a fait taire toute réelle opposition ? « Nous avons la volonté de faire en sorte que l’Égypte puisse se défendre face au terrorisme », résumait François Hollande. Il est difficile de comprendre comment des Rafale ou des frégates permettront à l’Égypte de « combattre le terrorisme ». Ce qui est sûr, en revanche, c’est que les véhicules blindés fournis par Renault servent à la répression de manifestations pacifiques, en contradiction avec les engagements pris par le Conseil européen qui a interdit dès le 23 août 2013 la livraison d’armes susceptibles d’être utilisées à des fins de répression interne1. Pour se justifier, les autorités françaises invoquent la nécessité de permettre à la police d’assurer « la gestion démocratique des foules », un argument qui rappelle celui avancé par la ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie pour expliquer, en janvier 2011, l’envoi de grenades lacrymogènes à la police tunisienne de Ben Ali.

Sissi « médecin » de l’Égypte

La France n’est pas le seul pays européen à s’engager dans cette voie et à mettre ses intérêts économiques au-dessus des principes qu’elle prétend défendre. Le premier ministre italien Matteo Renzi a été l’un des premiers dirigeants européens (avec François Hollande) à recevoir le président Abdel Fattah Al-Sissi. Il a salué le « partenariat stratégique » entre l’Italie et l’Égypte et déclaré en 2015 que Sissi était « un grand dirigeant » et que l’Égypte « ne sera sauvée que par le leadership de Sissi » dont il s’est dit « fier d’être un ami ». Il est vrai que, quelques semaines plus tard, l’entreprise italienne ENI annonçait en août 2015 la découverte de l’important champ de gaz de Zohr. Dans ce contexte, la mort de l’étudiant Giulio Regeni au Caire ne semble pas devoir modifier ses choix, malgré la mobilisation populaire en Italie. Que vaut le sang d’un étudiant face aux immenses profits que Rome attend des découvertes de ses sociétés ?

L’Allemagne, quant à elle, avait qualifié la prise de pouvoir par l’armée le 3 juillet 2013 de « coup d’État ». Mais cette formulation a été vite oubliée quand le ministre allemand de l’économie et vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel confiait, lors de sa visite officielle en Égypte en avril 2015 : « Je pense que vous avez un président impressionnant. » Quelques mois plus tard, le 3 juin 2015, ce « président impressionnant » était reçu par la chancelière allemande Angela Merkel, alors même que le président du Bundestag Norbert Lammert refusait de le voir. La version en ligne de l’hebdomadaire Der Spiegel dénonçait « une trahison des valeurs et des intérêts (de l’Allemagne) pour un contrat de quelques milliards », en référence d’un accord signé avec Siemens (de 8 milliards de dollars). « Cette invitation légitime un dirigeant qui gouverne l’Égypte plus brutalement encore que Hosni Moubarak. » Les déclarations du président Sissi durant sa visite affirmant que Dieu l’avait créé « comme médecin pour diagnostiquer les problèmes du pays »2 et pour les résoudre avaient aussi suscité nombre de ricanements dans les médias allemands et internationaux.

Au nom de « la guerre contre le terrorisme »

On l’aura compris, nombre d’États européens — mais pas tous, on peut noter les positions prises par les États nordiques, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas — sont prêts à tourner la page des printemps arabes. D’autres raisons, en plus des intérêts économiques, expliquent ces choix européens, notamment le retour à la vieille théorie d’avant 2011 : l’alternative dans cette région se résumerait à une dictature militaire ou à l’arrivée au pouvoir des islamistes. À l’heure où la « guerre contre le terrorisme » bat son plein, où l’organisation de l’État islamique (OEI) présente un réel danger, le discours des autorités égyptiennes prétendant qu’elles sont confrontées au terrorisme recueille une oreille attentive en Europe. L’idée qu’il existerait une troisième voie démocratique a disparu, alors même que toute l’histoire récente de la région prouve que ce sont les régimes dictatoriaux qui alimentent les groupes terroristes.

Il faut ajouter une troisième explication interne aux pays européens : la lutte menée contre l’extrémisme musulman. Un discours islamophobe domine désormais dans les médias et chez les responsables politiques du Vieux continent. Il n’est pas étonnant que la déclaration de Manuel Valls sur la nécessité de « combattre le discours des Frères musulmans » en France ait été faite en février 2015, soit quelques jours avant l’annonce du contrat d’armement Rafale. À l’heure où le premier ministre français affirme que la prochaine présidentielle de mai 2017 tournera autour de la question des valeurs et de l’identité — et où il appelle l’Europe à se dresser contre « le fascisme islamiste » —, il veut soutenir sans condition tous ceux qui, à travers le monde, combattent l’islamisme, de l’Égypte à Israël.

Résistances au sein de l’Union européenne

Quant à l’Union européenne en tant qu’institution, elle a renoncé au « dialogue inclusif » qu’elle préconisait en Égypte. Ses missions d’observation l’ont conduite à reconnaître le résultat de l’élection présidentielle de mai 2014 et ceux des élections législatives de décembre 2015 et à déclarer que « la feuille de route » fixée par les autorités égyptiennes après le 3 juillet 2013 avait été respectée — alors même que la Constitution reste très largement à appliquer. L’Union a signé un contrat de programmation pour la période 2014-2016 et continue d’allouer plus de 100 millions d’euros d’assistance financière chaque année à l’Égypte. La plupart des programmes concernant les secteurs socio-économiques sont mis en œuvre. En revanche, à l’instar des États-Unis, l’UE n’a pas décaissé son aide budgétaire, prétextant des critères techniques ou institutionnels, tels que la situation macro-économique ou l’opacité du budget — pour ne pas parler de la corruption. Mais elle n’a pas supprimé pour autant ces crédits (250 millions d’euros au total), se contentant d’étendre leur date limite d’exécution. Suspendus depuis les révolutions arabes, les sous-comités chargés d’échanger sur tous les secteurs de l’accord d’association UE-Égypte ont même repris en 2015.

En 2016, suite à la révision de la politique européenne de voisinage, l’UE et l’Égypte discutent des nouvelles priorités de partenariat appelées à remplacer le plan d’action UE-Égypte arrivé à expiration en décembre 2015. Le point sensible de la négociation reste la question de la société civile. L’UE souhaite que cette dernière reste libre et diverse alors que le gouvernement égyptien insiste sur le contrôle d’État de toutes les organisations de la société civile, a fortiori celles financées par des acteurs extérieurs ou institutions étrangères. D’ailleurs, Le Caire mène une véritable offensive contre les ONG locales et étrangères : des associations comme Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, qui avaient pignon sur rue du temps du président Mohamed Morsi, ont dû fermer leurs bureaux ; et nombre d’associations égyptiennes voient leurs locaux fermés et leurs biens confisqués. Ce point constitue le dernier obstacle à un éventuel conseil d’association UE-Égypte, qui ne s’est pas tenu depuis 2010. L’Égypte en attend beaucoup, notamment une participation plus grande au programme européen de recherche et développement Horizon 2020.

Le Conseil européen reste cependant divisé sur l’attitude à adopter avec l’Égypte qui ne semble prête à aucune concession concernant l’autonomie des ONG et leur liberté d’action. Si Chypre, l’Espagne, la France et la Grèce sont favorables sans aucune condition à une relance de l’accord d’association, à l’adoption de nouvelles conclusions et en particulier à un dialogue de haut niveau sur la question de la lutte contre le terrorisme, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Slovénie et les pays scandinaves se montrent plus réservés, au regard notamment de la situation des droits humains. Le Brexit, de ce point de vue, n’est pas favorable aux gouvernements qui affirment que l’Union européenne ne peut se contenter d’une politique « mercantile » et contraire aux principes démocratiques qu’elle prétend défendre.