1 683 €Collectés
3%
60 000 €Objectif
2/33Jours

Cinéma

« Indivision » de Leila Kilani. Conte d’une Chéhérazade 2.0

Avec son nouveau film Indivision, la cinéaste franco-marocaine Leila Kilani explore des thèmes complexes de notre époque comme la propriété, la crise écologique et la lutte de classes, dans une structure modernisée de conte traditionnel. Le film sort en France ce mercredi 24 avril. Il est ici commenté par sa réalisatrice.

L’univers magique du domaine de la Mansouria, proche du conte, incendié par les habitants défavorisés dans le nouveau film « Indivision » de Leila Kilani.
DKB Productions

Voilà un conte simple que propose Leila Kilani : une histoire de famille, de forêt, d’héritage. Quelque chose d’assez classique qu’elle parvient cependant à tordre pour aboutir à une « transe narrative » lui permettant d’évoquer plusieurs questions politiques et socioéconomiques propres au Maroc, mais en lien avec le monde contemporain.

Les Bechtani se réunissent à la Mansouria, le vieux domaine familial en indivision, situé sur une colline de Tanger. L’opportunité de vendre cette gigantesque propriété foncière à un promoteur immobilier peut faire d’eux des millionnaires, pourtant la transaction s’avère plus compliquée que prévue. Anis (Mustafa Shimdat), l’un des personnages principaux, refuse de vendre.

INDIVISION - BANDE ANNONCE - UN FILM DE LEILA KILANI - YouTube

Cigogna nera

Anis est un esprit subversif qui vient bouleverser l’ordre social et qui introduit l’anarchie dans le récit, aidé par sa fille, Lina, une adolescente mutique de 13 ans, interprétée par Ifham Mathet, qui ne cesse de poster des stories1 sur les réseaux sociaux. La jeune influenceuse a perdu sa mère dans un accident de voiture qu’elle a provoqué en montrant des cigognes à son père. D’où son pseudonyme sur la toile : Cigogna nera (cigogne noire)2.

Elle a fait vœu de silence jusqu’à ce que son père sorte du coma, puis elle a poursuivi son mutisme alors qu’il est resté en vie. Depuis, tous les deux continuent à rouler en voiture dans la forêt pour observer les oiseaux. Quand cette affaire de vente apparaît, ils sont les seuls à s’y opposer, aux côtés des habitants défavorisés du domaine. Lina, décrite comme une fille étrange, « une possédée, une lunatique, une sorcière », décide de balancer sur les réseaux une sorte de journal intime filmé. Elle raconte les évènements qui déchirent la Mansouria, mettant à nu les jeux de pouvoir entre classes sociales, les paradoxes de tout un chacun, les sales petits secrets des uns et des autres, les manigances, en même temps que des questions d’actualité tel que le droit à la terre, la catastrophe écologique, la polarisation, le fascisme, l’obscénité de la spéculation immobilière… Le tout s’articule dans une ambiance particulière de fable.

Une structure en spirale

La narratrice du film est donc une figure romanesque. Elle fait office de Chéhérazade version 2.0, comme l’indique la cinéaste de 53 ans, très marquée par les histoires de sa grand-mère paternelle et de sa ville d’origine, Tanger.

Lina s’inscrit profondément dans son époque. En même temps, elle est formellement dans une structure très classique de conteuse orientale. Mon obsession dans le cinéma, c’est de mettre en scène l’oralité arabe et de réintroduire la structure en boucle des contes. D’ailleurs, il n’y a pas de construction linéaire dans mes films. Pour moi, le cinéma est un langage et une sémiologie qui n’est pas juste de la littérature filmée. Il ne repose pas sur un mode grammatical retraçant l’itinéraire d’un héros. Je tiens absolument à inventer des figures hybrides, qui se placent dans nos mémoires anciennes aussi bien que dans le monde d’aujourd’hui3.

Les histoires de grand-mère n’étaient jamais les mêmes. Il y avait souvent des ellipses, et il fallait composer pour combler le vide. Un peu à la manière de ce qui passe dans les cercles de conteurs traditionnels au Maroc (halqa) et sur les réseaux sociaux de nos jours. La réalisatrice explique :

Dans la halqa, le conteur est là, les gens participent à son cercle et les histoires ne sont jamais les mêmes, puisque le récit s’invente avec le public. Il en est de même sur les réseaux sociaux. Lina possède son cercle, son chœur collectif. Elle raconte une histoire qu’elle réinvente chaque jour.

Leila Kilani n’est pas sans ressembler à sa narratrice, cette fille rebelle au regard perçant qui a une porosité au monde et une grande capacité d’observation. Elle relativise :

Je n’écris pas pour m’identifier à mes personnages, mais je me reconnais plus dans le personnage du père, Anis, qui se pose tout le temps des questions sur le monde, et qui est décalé par rapport à sa famille. Pendant le tournage, c’était lui mon double. Il a cette folie, le côté sans limite, avec une recherche d’intensité poétique dans chacun de ses actes, une sorte de lyrisme incroyable.

L’insurrection des oiseaux

À travers la construction de ses personnages, la cinéaste souhaite cultiver une zone grise, nourrir la complexité et ne pas tomber dans la dichotomie des bons et des méchants. Ainsi, Lina, la jeune narratrice déjantée et un peu autiste, mène la révolution tout en ayant un esprit de vengeance. La domestique Chinwiya, toujours présente aux côtés de la jeune fille paraît faible, pourtant elle se transforme en furie. La maréchale, la grand-mère autoritaire de Lina, figure de la matriarche, est un peu « une ogresse qui mange ses propres enfants. Elle peut être à la fois Médée, Richard III, ou n’importe quel dictateur arabe. C’est la gardienne de l’ordre dans un royaume où elle ne dispose pas de réel pouvoir. Selon la loi islamique, elle hérite du sixième. En incitant tout le monde à la vente, elle est quasiment contrainte à la violence ». À la fin, ce personnage joué par Bahia Bootia Al-Oumani est à terre. Elle demande pardon pour toute la brutalité qu’elle a provoquée et fait son mea culpa.

Le film s’achève sur une hadra, un rituel musical soufi. Le chant mystique résonne dans la grande maison familiale : « Qoumou qoumou yal ‘achiqine » (réveillez-vous, réveillez-vous, les amoureux).

Je voulais avoir une transformation fantastique, et non une mutation apocalyptique (…) La crise est là, mais on doit plus que jamais s’autoriser à rêver, à bricoler des solutions artistiques, pour ne pas sombrer dans un suicide collectif. Le dernier tiers du film, c’est la métamorphose. On va vers le jour libérateur.

Un nouveau jour se lève sur une révolution cosmogonique. La nature s’insurge contre l’exploitation effrénée. Les oiseaux sont perchés sur les hauteurs de Tanger, la ville fétiche où se déroulent tous les films de Leila Kilani.

Tanger, cinématographique et frondeuse

Malgré cette fidélité, la réalisatrice qui a horreur des titres refuse d’être désignée comme « la cinéaste de Tanger » ou la voix officielle d’une ville :

Indivision devait être filmé à Rabat, toutefois cela c’est avéré impossible, car Tanger possède une plasticité qui absorbe le monde. Je jure à chaque fois que c’est ma dernière œuvre là-bas. Cependant, il y a une construction de l’espace et une géographie qui font que tout est pictural. Toutes les tensions du monde y sont représentées : les collines sur l’Europe, le rapport de classe entre les riches et les pauvres… Il y a de la dramaturgie, de l’esthétique cinématographique, de l’architecture. On ne peut pas tourner le dos à tout cela. Il y a en outre un tournoiement insensé de sons, une présence incroyable du vent. On a l’impression d’être devant une nappe électro-acoustique, de baigner dans une expérience sonore (…) J’espère tout de même tourner mon prochain film en Sardaigne.

Est-ce un vœu pieux de la part de celle qui a grandi à Casablanca, et qui revient malgré tout sans cesse à Tanger, ville d’origine de sa famille et surtout de son imaginaire ?

Casa c’est la jungle, une sorte de modernité sauvage et bouillonnante, tandis que Tanger est longtemps restée une ville endormie. Elle ne s’est pas développée pendant 40 ans tant Hassan II la détestait et la considérait comme une ville frondeuse, car elle a manifesté contre lui au début de son règne.

Dans tous les films de Leila Kilani4, on retrouve une continuité d’interrogation, d’esthétique, d’approche et de pensée, qu’elle parvient à nous transmettre avec son équipe, « la joyeuse bande de saltimbanques » avec qui elle travaille constamment : Éric Devin, son mari et directeur de photographie, Angelo Zamparutti, chef décorateur et Tina Baz, monteuse. Tous les quatre sont traversés par les mêmes préoccupations politiques, et partagent le même humour.

Je me place tout le temps dans une sorte d’angoisse joyeuse. Un film, c’est surtout un moyen de poser des questions. Il y a une forme de transcendance dans le cinéma, une sorte de communion. On est collectivement unis en regardant les mêmes images, et en étant traversés par la même émotion. Cette unité, ce rapport collectif relève de la hadra. Ce que je cherche en termes de cinéma, ce n’est pas la maîtrise cérébrale. C’est plutôt une unité quasi-mystique entre l’image et le récit.

Indivision est en cela une tentative réussie.

1NDLR. Les stories sont de courtes vidéos dont la durée de vie ne dépasse pas les 24 heures.

2La cigogne au Maroc représente l’esprit des saints.

3Toutes les citations de Leila Kilani ont été recueillies par l’autrice de l’article.

4Tanger, le rêve des brûleurs (2002), Zad Moultaqa, Beyrouth retrouvé (2003), Nos lieux interdits (2008), Sur la planche (2011).

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.