11 198 €Collectés
25%
45 000 €Objectif
16/34Jours

Éducation

L’Algérie introduit l’anglais dans le primaire pour contrebalancer le français

Réclamé par le président Abdelamajid Tebboune en juillet, l’enseignement de la langue anglaise a été introduit dans les écoles primaires algériennes dès la rentrée de septembre 2022. La vitesse d’application de cette réforme obéit à de nombreuses arrières-pensées à l’égard du français, la langue de la colonisation, mais aussi veut contrebalancer l’échec de l’arabisation de la scolarité.

Alger, 4 octobre 2022
AFP

Lorsque les enfants algériens de la troisième année du primaire ont pris le chemin de l’école le 21 septembre 2022, ils ont découvert un emploi du temps chamboulé. En plus du français qu’ils commencent à apprendre à ce moment de leur scolarité, les écoliers du niveau équivalent au CM2 en France vont également étudier une seconde langue étrangère, l’anglais.

Moins de deux mois auparavant, en pleines vacances estivales, le président Abdelmadjid Tebboune avait annoncé que les autorités comptaient introduire l’anglais dans le cycle primaire dès la rentrée de septembre. Pour le commun des Algériens, l’annonce n’avait rien de nouveau. À plusieurs reprises, les responsables du pays avaient brandi l’étendard de l’anglais comme une solution miracle, tant pour conjurer le mauvais classement des universités algériennes dans les palmarès internationaux que pour remplacer le français, « une langue morte ». C’est évidemment une manière de narguer la France dès qu’un de ses dirigeants se permet une remarque sur la conduite des affaires internes algériennes, et bien sûr de remplacer la langue du colonisateur.

Pour une « langue internationale »

L’intention de remplacer la langue de Molière — actuellement première langue étrangère de l’éducation nationale algérienne — par celle de Shakespeare dans les écoles primaires avait souvent été évoquée, sans suite. Mais en ce 31 juillet 2022, Abdelmadjid Tebboune surprend tout le monde. Pour expliquer ce choix, il a paraphrasé le célèbre écrivain Kateb Yacine, qui avait qualifié le français de « butin de guerre ». « La langue française est un “butin de guerre”, mais l’anglais est une langue internationale », a tranché le président Tebboune.

L’adresse présidentielle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Quelques heures plus tard, le ministre de l’éducation nationale Abdelhakim Belabed annonce « la mise en œuvre » de la décision présidentielle dès la rentrée de septembre. Il n’y a pas d’enseignants recrutés ? On va en trouver ! Le manuel n’existe pas ? On va en faire un ! Dans l’immédiat, les directions de l’éducation des wilayas lancent des appels pour recruter des personnes qualifiées. La tâche est immense pour doter 20 000 écoles de professeurs d’anglais, d’autant que les postes ne sont même pas budgétisés. C’est le rush : 60 000 dossiers sont déposés en quelques jours. Finalement, seuls 5 000 personnes sont recrutées comme vacataires. Chacun d’entre eux prend en charge 4 à 5 écoles. Pas ou peu habitués à l’enseignement, ces nouveaux professeurs suivent des formations accélérées de quelques semaines pour être prêts pour la rentrée de septembre.

Les craintes et critiques des pédagogues

Précipité, expéditif et irréfléchi : le choix d’enseigner l’anglais en primaire dès cette année a fait réagir les pédagogues, syndicats d’enseignants et politiques. Tout le monde trouve que l’introduction de cette langue est « une bonne chose » pour permettre aux Algériens d’accéder à l’universalité. Mais beaucoup estiment que la célérité avec laquelle la décision a été mise en œuvre est « anormale ». « L’école, c’est du temps long. Il faut planifier sur 20,30 ans », relève l’éminent sociologue Aissa Kadri qui a rédigé de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’éducation en Algérie. « C’est une décision qui aurait dû être discutée, réfléchie », observent plusieurs syndicats d’enseignants.

Mais le gouvernement n’a tenu compte que de l’instruction présidentielle. À quelques jours de la rentrée, le ministère de l’éducation a édité un manuel dédié à la troisième année de primaire. On y trouve des rudiments d’anglais, d’alphabet et des dialogues adaptés à la réalité algérienne. Publié en quelques semaines, le manuel est unique en son genre. A-t-il été préparé en amont et laissé dans les tiroirs ? Le ministère de l’éducation ne répond pas à la question.

Si dans certaines régions des enseignants devront faire de la gymnastique pour rejoindre leur lieu de travail, dans d’autres, il n’y a pas de professeurs d’anglais disponibles, notamment dans certaines communes situées dans le Sahara. Les élèves de ces régions vont être privés de l’anglais, comme déjà ils n’ont déjà pas la possibilité d’étudier le français faute d’enseignants. Cela est dû, selon les professionnels, à l’absence de personnel local formé et à l’inexistence de conditions matérielles (logements, primes de zones…) permettant le recrutement d’enseignants issus d’autres régions du pays où le chômage est quasiment une fatalité pour des milliers de jeunes licenciés en langues étrangères, les écoles du nord et des grandes villes étant déjà pourvues en nombre suffisant de professeurs. Cela crée ce que la linguiste Khaoula Taleb Ibrahimi qualifie de « discrimination linguistique ».

Écho à la politique d’arabisation

Comme beaucoup d’universitaires et de critiques, Aissa Kadri, professeur émérite à l’université de Paris 8, fait le parallèle avec la politique d’arabisation durant les années 1970. À cette époque, le pouvoir du colonel Boumediene fait de la « rupture avec le colonialisme » un sacerdoce. Pour y parvenir, il décide d’arabiser l’école. C’est la naissance de la fameuse école fondamentale qui a formé des dizaines de milliers d’Algériens avec des résultats très mitigés. Mais comme il n’y avait pas suffisamment d’enseignants algériens formés en arabe, le régime a trouvé la parade ; il a demandé à la Syrie et l’Irak, mais surtout à l’Égypte de lui envoyer des coopérants. En plus d’être des néophytes, certains de ces « enseignants » ont été choisis parmi des Frères musulmans prisonniers dont le régime égyptien voulait se débarrasser. Pis, l’historien Mohamed Harbi, qui avait travaillé dans le cabinet du président Ahmed Ben Bella jusqu’au coup d’État de 1965 avant de s’exiler en France, rapporte que les autorités algériennes ont fait « exprès » de ramener des instituteurs proches des Frères musulmans pour donner une orientation idéologique à l’école algérienne. S’il est difficile de confirmer cette assertion, Aissa Kadri est convaincu que c’est en partie de cette décision d’arabiser l’école algérienne à la hussarde qu’est née la violence des années 1990.

Comme lors de la politique d’arabisation des années 1970, l’introduction de l’anglais dès le primaire n’est pas dénuée d’arrière-pensées politiques. Sans le dire clairement, les autorités affichent depuis de longs mois une volonté de se débarrasser de la langue française. À l’instar du président Abdelmadjid Tebboune, beaucoup de responsables s’expriment parfaitement en français, parfois mieux qu’en arabe d’ailleurs. Mais pour répondre à une partie de l’opinion publique qui réclame « la fin de l’influence française », ils ont décidé de couper les ponts avec une langue qui rappelle l’ancienne puissance coloniale.

Et cela peut prendre l’allure d’une transgression, comme le 25 août 2022 à Alger. Tebboune reçoit en visite officielle son homologue français Emmanuel Macron. Lorsque les deux chefs d’État font leurs déclarations, les journalistes présents dans le salon du palais présidentiel d’El-Mouradia, sur les hauteurs d’Alger, découvrent que sur le fronton des pupitres, les autorités ont préféré écrire en arabe et en anglais. C’est un geste fort envers la France qui n’empêchera cependant pas le président algérien de s’exprimer, deux jours plus tard, dans la langue de Molière devant les journalistes.

Mais ce geste n’est en réalité qu’une étape symbolique. En 2021, par exemple, plusieurs départements ministériels ont exigé de leurs administrations décentralisées de ne correspondre qu’en arabe, la langue officielle en Algérie — au côté du berbère. Or, jusqu’alors, beaucoup d’administrations continuaient à échanger entre elles en français. Les sites web de certaines universités ont mis leurs pages d’accueil en anglais tout en gardant le contenu en langue française.

Obtenir de meilleurs classements pour les universités

Auparavant, un ministre de l’enseignement supérieur avait décidé, fin 2019, d’obliger les étudiants en master et doctorat à déposer leurs thèses en anglais. Dans le cas où cela était impossible, il est demandé d’en présenter un résumé en anglais. Pour lui comme pour beaucoup d’autres, la langue de Victor Hugo ne sert plus à rien pour « placer » les universités algériennes dans les classements internationaux. Leurs mauvais scores sont attribués à l’absence de la langue anglaise.

Pour l’heure, seule l’université de Sidi Bel Abbes (ouest) figure dans le classement Shanghaï pour 2022. Cet établissement a réussi à se classer à la 101e position mondiale dans le secteur de l’ingénierie urbaine, à la 201e position en génie mécanique et à la 301e en sciences des matériaux. Mais c’est insignifiant pour un pays qui compte plus de 100 établissements universitaires.

Cependant, la décision de généraliser l’anglais dans les universités n’a été que peu suivie. Deux ans après, beaucoup d’enseignements universitaires se font toujours en français, notamment la médecine, l’informatique et les filières techniques. « La mise en concurrence de l’anglais contre le français est plus d’ordre politique et est régulièrement utilisée, soit par le pouvoir, soit par des segments de la société, pour détourner l’attention de questions plus capitales pour l’avenir du pays », analysait Khaoula Taleb Ibrahimi. Cette année encore, le ministère de l’enseignement supérieur a adressé en septembre une lettre à toutes les universités algériennes pour leur demander de « former » les professeurs en anglais dans le but de généraliser l’enseignement dans cette langue.

Dans les faits, l’arabe est la langue d’enseignement dans les écoles algériennes. Dès six ans, les jeunes écoliers l’apprennent même si ce n’est pas leur langue maternelle, puisqu’ils parlent soit l’arabe algérien soit le berbère ou — rarement — le français. Une fois le bac en poche, beaucoup d’étudiants se retrouvent dans des filières où l’enseignement se fait essentiellement en français, ce qui pousse beaucoup d’entre eux à abandonner les études ou à changer de filières. Un choc linguistique que déplore la linguiste Khaoula Taleb Ibrahimi, qui constate dans Le Figaro (8 octobre 2022) que certains de ses étudiants de première année « ne savent même plus former les caractères latins ». « Au cours de leur scolarité, une grande partie d’entre eux n’ont été en contact avec aucune langue étrangère », ajoute-t-elle désabusée.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.