31 157 €Collectés
52%
60 000 €Objectif
26/47Jours

L’avenir incertain des Druzes d’Israël

Dès les premiers bombardements à Gaza, les Druzes d’Israël ont apporté leur soutien au gouvernement et à l’armée. C’est la seule minorité du pays à effectuer le service militaire obligatoire. Son allégeance à l’État est historique. Mais l’accaparement de ses terres et la loi de 2018 définissant Israël comme un « État juif » ont entrainé un fort mécontentement et parfois même une rébellion.

5 septembre 2012. Une terrasse de café dans un village druze du nord d’Israël, où les drapeaux israélien et druze s’affichent côte à côte.
Flickr

La présence druze en Palestine remonte au XVIIe siècle, lorsque la communauté s’installe en Galilée, en provenance du Mont-Liban. Au début du mandat britannique, elle compte environ sept mille membres, établis dans 18 villages au nord du pays. Aujourd’hui, les Druzes d’Israël comptent environ 150 000 personnes, soit 1,6 % de la population totale. Intégrée, cette minorité jouit d’une certaine autonomie et se démarque des autres par la participation des hommes à l’appareil militaire israélien.

Lors du déclenchement de l’opération « Déluge d’Al-Aqsa », les Druzes ont ouvertement pris parti pour l’armée israélienne, confirmant ainsi leur allégeance à Tel-Aviv. Considérés depuis longtemps comme ayant trahi la cause palestinienne, ils demeurent mal compris par les Arabes, même par leurs coreligionnaires du Liban et de Syrie. Quelle est donc leur place dans un État qui exige la reconnaissance de son caractère juif ? Et comment allient-ils intégration et préservation de leur identité ?

Un soutien à l’armée

Au lendemain du 7 octobre, les Druzes se mobilisent en faveur de leurs compatriotes israéliens déplacés, mettant à leur disposition nourriture et hébergements d’urgence. Leur représentant officiel, le cheikh Mowafaq Tarif, s’empresse d’exprimer son soutien à l’armée face à ce qu’il qualifie d’« attaque terroriste ». Les Druzes sont près de 2 500 à servir dans ses rangs. Certains ont été tués au combat ou pris en otage par le Hamas - au total sept soldats et quarante civils depuis le 7 octobre 20231. Mais Tarif cherche ainsi surtout à obtenir gain de cause sur le dossier fort épineux et même vital pour sa communauté, celui des expropriations et des sanctions liées aux constructions illégales.

En raison des politiques israéliennes, les Druzes ont en effet perdu près des deux tiers de leurs terres au cours des six dernières décennies. En 1950, une population d’environ 15 000 personnes possédait 325 000 dounams (32 500 hectares) de terre. En 2008, 100 000 n’en détenaient plus que 116 000 dounams (11 600 hectares)2.

Des ordres de démolition en série

Face à l’obligation de quitter leurs terres, qualifiées de « terres mortes » ou pour lesquelles les propriétaires n’avaient pas les documents appropriés, les habitants de certains villages touchés par les expropriations, tels que Yarka et Kisra, multiplient les pressions sur le gouvernement. Les affrontements prennent une tournure plus violente à Beit Jan. Dans la région du mont Méron, les Druzes voient leur territoire transformé en réserve naturelle. Puis en 2004, les forces armées sont déployées dans le village d’Isfiya pour y confisquer des terrains. En 2009, sept nouveaux projets reliant Israël du nord au sud prévoient de traverser des villages druzes. Et en 2010, des heurts éclatent à nouveau avec la police.

Certaines terres acquises par l’État sont ensuite louées aux Druzes qui ont servi dans l’armée à un coût très élevé, rendant impossible la construction de maisons dans leurs propres villages. Au cours des deux dernières décennies, certains ont choisi de s’installer dans des villes juives, tandis que d’autres ont opté pour des constructions illégales. En 2017, l’amendement de la loi Kaminitz sur l’urbanisme légalise les ordres de démolitions, touchant même les familles de soldats tombés au combat. Les sanctions prévoient également de lourdes amendes et des emprisonnements. Cette loi peut être exécutée dans des délais très brefs par de simples inspecteurs en bâtiment, sans tenir compte des circonstances personnelles qui ont entrainé l’infraction. En réaction, cheikh Tarif multiplie ses appels au gouvernement et menace de prendre « des mesures sans précédent » si la loi est maintenue. Et bien qu’il ait renouvelé l’allégeance de la communauté envers Israël après le 7 octobre, il n’hésite pas pour autant à réitérer ses exigences.

« Des privilèges plutôt que des droits »

Son insistance ne vise pas seulement à épargner aux siens des démolitions, des amendes et autres sanctions. Il s’agit de veiller à la cohésion du groupe et à sa perpétuation en empêchant que les jeunes n’aillent s’installer dans des localités juives et ne s’y intègrent.

D’autant plus qu’avec l’adoption de la loi sur « l’État-nation du peuple juif » en 2018, les Druzes prennent conscience qu’ils jouissent de « privilèges, plutôt que de droits »3, et qu’ils subissent une discrimination les excluant de la nation israélienne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes défilent dans le centre de Tel-Aviv pour réclamer l’égalité. Il parait alors légitime de dire que les Druzes à l’instar d’autres minorités « peuvent considérer la citoyenneté non pas comme une forme d’attachement à l’État, mais plutôt un cadre qui leur donne le pouvoir légal de contester les politiques de l’État »4.

Une stratégie d’accommodement

Au regard de ces réalités, quelle place occupent-ils au sein de l’État israélien ? C’est vers la fin des années 1920 que les sionistes s’intéressent à la communauté druze de Palestine, en tant qu’allié potentiel au projet d’État juif5. Ils restent éloignés des émeutes de 1929, ce qui affaiblit la résistance palestinienne. Les Druzes optent alors pour une stratégie d’accommodement et de cohésion afin de survivre dans un environnement qui s’annonce pour le moins hostile.

Contrairement aux Arabes des zones urbaines, ce sont à l’origine des paysans habitant essentiellement au Mont Carmel et en Galilée. Ils manquent d’institutions organisées, de moyens économiques et d’interactions politiques avec les autres groupes. Ils n’ont pas pris part au débat national et à la campagne antisioniste menée par les mouvements arabes de l’époque. L’immigration juive n’est alors pas perçue comme une menace mais plutôt comme une opportunité permettant d’amorcer un progrès économique, social et politique dans leurs villages.

Les marchés juifs constituent une nouvelle voie pour leurs produits agricoles, vendus pour la première fois en dehors des limites locales. Les colonies leur facilitent l’accès aux soins de santé, grâce aux médecins venus d’Europe. L’alliance entre les Juifs et les Druzes se forge ainsi sur une base d’intérêts communs, qui semblent justifier leur neutralité dominante lors de la révolte arabe en Palestine mandataire de 1936-1939.

Une identité spécifique et reconnue

Après la création de l’État d’Israël, une identité druze israélienne distincte de l’identité arabe se forme. Elle passe par l’établissement d’un conseil religieux en 1957, puis celle de tribunaux communautaires en 1962. La mention « Druze » remplace celle d’« Arabe » sous la rubrique nationalité. Dans les années 1950, des membres de la communauté participent à la Knesset, avant d’accéder à d’autres postes politiques et diplomatiques importants. Faute d’avoir fondé leur propre parti, les Druzes ont rejoint les organisations traditionnelles tels que le parti travailliste ou le Likoud mais aussi, plus récemment, Kadima et Yisrael Beiteinu. Élu à plusieurs reprises sur les listes de Yisrael Beiteinu, le député Hamad Amar revendique même l’égalité avec les Juifs. Il est à l’origine de la loi votée en 2018, faisant du 1er mars la journée nationale pour la contribution de la communauté druze.

Cette loyauté envers Israël vient en outre du programme scolaire spécifique aux Druzes qui leur inculque depuis 1977 une conscience identitaire particulière, l’allégeance à l’État d’Israël et la langue hébraïque6. Bilingues, ils deviennent rapidement les interprètes des tribunaux militaires et sont tenus à la neutralité.

Service militaire obligatoire

Ils ont d’ailleurs été incorporés dans l’armée dès la fondation d’Israël. À partir de 1956, ils doivent obligatoirement faire leur service militaire, à la différence des autres Palestiniens d’Israël– chrétiens et musulmans –, qui en sont exemptés. À part la petite communauté circassienne, les Druzes sont les seuls non-juifs à être ainsi enrôlés. Ils accèdent de surcroit à des avantages économiques considérables, faisant de l’armée à la fois une source de sécurité financière et un marqueur du particularisme communautaire.

Les soldats druzes sont très souvent placés en premières lignes, et les pertes qu’ils subissent sont lourdes, proportionnellement à leur nombre. C’est pourquoi cette loi est perçue par certains intellectuels de la communauté comme un acte de colonisation qui, de plus, empêche les jeunes de poursuivre leurs études. La part des diplômés du supérieur y est la plus faible de toutes les minorités. Aussi, en 2014, la campagne « Refuse, ton peuple te protègera » encourage-t-elle les jeunes à refuser le service militaire. Le mouvement vise à sensibiliser les Druzes à leur histoire arabe, et à leur faire prendre conscience des manipulations israéliennes. L’opposition druze critique par ailleurs l’écart de développement de ses territoires avec les colonies juives voisines, bénéficiant d’infrastructures modernes et de services publics avancés.

En somme, la loyauté des Druzes d’Israël s’explique par un ensemble de conjonctures historiques, géographiques et même religieuses (tel que le principe de la taqiya, ou dissimulation) qui leur sont propres. Ils agissent par pragmatisme et tentent de sauver leurs intérêts. Certes, une minorité d’entre eux réitère son refus de mener « la bataille d’un gouvernement fasciste », comme le souligne la page « Refuse, ton peuple te protègera » sur les réseaux sociaux le 15 octobre 2023. Néanmoins, ils ne peuvent pas refuser la nationalité israélienne, comme l’ont fait leurs coreligionnaires du Golan, animés d’un fort sentiment d’appartenance nationale envers la Syrie. Malgré leurs divergences, ces deux communautés druzes conservent une certaine solidarité. Le cheikh Tarif n’hésite pas à mettre en lumière leurs revendications, notamment au sujet du projet d’éoliennes que le gouvernement israélien entend développer sur leurs terres agricoles.

L’avenir des Druzes dépendra de l’issue de la guerre actuelle d’Israël contre les Palestiniens. Le pouvoir, déjà confronté à une profonde fracture interne, reverra-t-il ses politiques discriminatoires à l’égard d’une minorité qui combat dans les rangs de son armée ? Quel serait leur sort dans l’hypothèse d’une redistribution des cartes au profit des Palestiniens, voire même d’une avancée du Hezbollah sur leurs territoires situés à quelques kilomètres seulement de la frontière libanaise ?

1Jessica Trisko Darden, « Israel is a Jewish nation, but its population is far from a monolith », The Conversation, 9 février 2024.

2« Local Arab Municipalities and Towns in Israel », The Arab center for Alternative Planinng, octobre 2008.

3Interview de Selim Brik par Pascale Zonszain, « Les Druzes ont des privilèges plutôt que des droits », in Pardès, Paris, vol.1-2, n°64-65, 2019.

4Amal Jamal, « Strategies of Minority Struggle for Equality in Ethnic States : Arab Politics in Israel », Citizenship Studies, vol.11, no.3, juillet 2007.

5Lisa Hajjar, « Israel’s interventions among the Druze », Middle East Report 200, 1996.

6Jihan Farhouda, « The Druze minority in the education system in Israel » in Education, Reflection, Development, vol.41, Babes-Bolyai University, juillet 2017.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.