Revue de presse

Israël : opérations en Syrie

L’intervention militaire israélienne (la troisième) en territoire syrien a suscité les réactions habituelles. Faisal Mekdad, vice-ministre des Affaires étrangères, assimile cette opération à une « déclaration de guerre » et à une « alliance entre Israël et les islamistes terroristes »1. Zvi Barel du Haaretz2 égrène les ingrédients qui l’ont rendue possible : refus d’intervenir de la part des pays occidentaux, incapacité à trouver un consensus international, souci d’Israël de fournir une protection aérienne à l’opposition. Profitant de ce vide diplomatique et avec le prétexte d’empêcher que des armes parviennent entre les mains du Hezbollah, Israël a pu intervenir sans risque (diplomatique), sachant que les États-Unis, les pays arabes et la Turquie ne trouveraient rien à redire. La Syrie pourrait donc devenir une « zone légitime d’activité » comme cela avait été le cas pour le Liban. Ces attaques permettent à Israël de stimuler ses ennemis, l’Iran et le Hezbollah, et « de leur fournir une justification pour aller combattre en Syrie et ouvrir un nouveau front au Liban ».

Fars News (Iran) interprète différemment les opérations militaires israéliennes3. Le régime récupérant peu à peu des zones perdues, Israël chercherait à « démoraliser » l’armée de Bachar al-Assad. Gholam-Ali Haddad Adel, candidat à la présidentielle, est convaincu que la Syrie paie sa « résistance » à l’Occident et dénonce « le "deux poids, deux mesures" qui caractérise les pays occidentaux »4.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.