8 884 €Collectés
30%
30 000 €Objectif
13/29Jours

Roman

L’Arabie saoudite découvre la science-fiction

« Les Jardins d’Arabistan » d’Ossama Muslim · Le dernier roman — en arabe — du jeune écrivain saoudien Ossama Muslim, « Les jardins d’Arabistan » (Markaz Al-Adab Al-Arabi, 2016) en est à sa dixième édition. Son succès est aussi celui d’un genre littéraire nouveau dans le monde arabe : la fantasy, apparenté à la science-fiction. Critiqué par les milieux religieux, l’imaginaire peuplé de sorcières et de djinns qu’il déploie est indéniablement perçu comme un espace de liberté.

Couverture de « Les Jardins d’Arabistan ».

Dans des temps très anciens,
Loin derrière Pharaon, Moïse et la bague de Salomon,
Bien avant Jésus et Mahomet,
Bien avant l’islam, son histoire et le droit chemin,
Il était un récit qui n’a pas été transmis par l’Histoire,
Mais passé oralement d’un conteur à l’autre.
Je vais le transcrire sur ces pages qui pourront à peine les contenir
Et le livrerai à l’épreuve du temps.
Ossama

Ainsi débute le dernier roman d’Ossama Muslim, à la manière du prologue en rimes d’un conte. Ce jeune romancier saoudien diplômé en littérature anglaise de l’université du roi Fayçal à Hofouf (Al-Ahsa) est l’auteur de trois romans publiés entre 2015 et 2017. Son premier roman La Peur (Khawf) a obtenu la neuvième place des meilleures ventes de la librairie Jarir, un équivalent de la Fnac française, et a connu un vrai succès au Salon du livre de Riyad en 2016, au stand de son éditeur Markaz Al-Adab Al-Arabi (Centre de littérature arabe).

Son second roman, paru chez le même éditeur saoudien, en est à sa dixième édition, et laisse à penser que son auteur continue à rallier de plus en plus d’adeptes. Il s’agit d’une trilogie, d’une épopée romanesque autour de la vengeance : dans le prolongement du premier roman de l’auteur, « Les Jardins d’Arabistan » plonge le lecteur dans un monde souterrain, parallèle, mystérieux, peuplé d’êtres surnaturels, djinns et démons, et surtout de sorciers et sorcières, reléguant les êtres humains au rang de personnages tout à fait secondaires. Le récit met en scène deux figures féminines principales. Afsar, fille du grand Ashour, est une sorcière perse qui cherche à se venger de la mort de son père tué par le sorcier Wasban alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle découvre au bout de quelques années que ce fameux sorcier est mort et décide donc de poursuivre son dessein de vengeance en s’en prenant à sa fille, Daaja. Mais celle-ci n’est pas seulement fille de Wasban, c’est également une puissante sorcière arabe.

Afsar a besoin de s’entourer d’apprenties sorcières — sa troupe — pour vaincre celle de Daaja. Dans la première moitié du roman, on assiste à l’initiation des deux femmes aux pratiques de la sorcellerie et à la constitution de leur propre troupe, chacune cherchant à asseoir son pouvoir dans ce monde hostile régi par les désirs de vengeance des personnages. En effet, outre la rivalité qui oppose Afsar à Daaja, tous les personnages s’allient ou s’opposent selon leurs croyances et leurs ambitions, animés par le même désir de vengeance, notamment Daaja qui a décidé de mettre fin à l’emprise des sorciers masculins dans la région de Yamama. Le récit prend fin d’une manière inattendue, après le combat que se livrent les deux femmes en territoire arabe.

« Harry Potter » au pays des « Mille et une nuits »

Ce roman est le premier tome d’une trilogie — « La Troupe des démons », « Les Vents de l’exode » sont les prochains tomes à paraître — dense en personnages, aux noms étranges pour le lecteur arabe, souvent d’origine perse puisqu’une partie du récit se déroule dans ce qui correspondrait au sud-ouest de l’actuel Iran, et qu’une partie des personnages sont d’origine perse. Mais le lecteur a vite fait de s’y habituer et se laisse prendre au rythme des péripéties et des dialogues qui alternent dans la trame du récit. Difficile d’abandonner les 500 pages qui constituent ce roman. Difficile aussi de ne pas faire le rapprochement avec Harry Potter, ou encore Game of thrones, à ceci près que « Les Jardins d’Arabistan » dégage un parfum des Mille et une nuits, baignant le récit dans une ambiance orientale, tout en faisant référence à des épisodes de l’histoire du Proche-Orient1.

Ce mélange de l’ancien et du moderne dans le mode d’écriture d’Ossama Muslim n’a pas manqué d’attirer les lecteurs. En effet, ce type de littérature connaît un succès certain en Arabie saoudite : une dixième édition laisse supposer quelque 30 000 exemplaires vendus en un an, ce qui correspond, dans le monde de l’édition saoudienne, à une véritable reconnaissance de l’écrivain. L’affluence des jeunes visiteurs — notamment des femmes — à la séance de dédicaces de son dernier roman à la librairie Jarir est également révélatrice de l’engouement pour ce genre d’écriture.

Un genre nouveau dans le monde arabe

Derrière ce succès du genre se cache un véritable projet. En effet, Ossama Muslim s’est rallié à la Ligue arabe de science-fiction (Rabitat al-khayal al-arabi) rassemblant de jeunes écrivains saoudiens et arabes autour d’un même projet d’écriture basé sur l’imaginaire et la fantasy). Ce mouvement a pris forme à l’instigation de ses fondateurs Ibrahim Abbas et Yasser Bahjat qui ont créé Yatakhayaloun Ils imaginent »), une entreprise destinée à la publication et la diffusion des romans de science-fiction. Ibrahim Abbas est lui-même écrivain et a connu un franc succès lors de la parution de son premier roman Hawjan (2012) qui, pour avoir été violemment critiqué par les milieux religieux, a tiré parti de cette publicité involontaire. Et pour cause, car l’histoire de Hawjan est une histoire d’amour classique… entre un djinn et une mortelle.

Depuis, d’autres jeunes auteurs se sont réunis autour de ce même mouvement, animés par leur passion pour l’imaginaire ainsi que leur volonté de diffuser le genre de la science-fiction dans le monde arabe et d’obtenir sa reconnaissance comme en Europe, aux États-Unis ou au Japon. Mundhir Qabbani est un autre écrivain de la Ligue : médecin de profession, il est l’auteur de cinq romans à succès parus entre 2006 et 2016. Il trouve son inspiration dans le patrimoine des Mille et une nuits : « A travers nos textes, dit-il dans un entretien, nous voulons être le prolongement de ce patrimoine littéraire arabe ». On comprend dès lors l’engouement des auteurs, en particulier d’Ossama Muslim, pour les mondes parallèles, les djinns et la sorcellerie. Peut-on alors qualifier ces œuvres de science-fiction au sens où on l’entend habituellement ? En réalité, au sein de ce mouvement, chaque écrivain a sa spécialité : certains s’essaient à la science-fiction, d’autres à la fiction d’horreur, d’autres encore comme Muslim à la fantasy.

Un vent de liberté

Mais tous mettent l’imaginaire à l’honneur. Il s’agit pour eux de se libérer des règles du roman réaliste et de franchir les limites du temps et de l’espace. Si cette mission a pu voir le jour et attirer tant de lecteurs, c’est également grâce à l’avènement des médias sociaux : les écrivains passent le plus souvent par leurs blogs personnels pour créer un premier contact avec le lecteur. Espaces d’expression inestimables, ces médias ont ouvert la voie à l’exercice d’un nouveau type d’écriture qui n’était jusqu’à présent pas reconnu comme sérieux, littéraire. C’est le cas dans la littérature arabe en général qui n’a pas développé la science-fiction, signe de l’asservissement inconscient des écrivains à la religion.

Le choix de la forme n’est sans doute pas étranger à ce besoin de liberté. En effet, l’essor du roman saoudien depuis les années 1990 a révélé une génération d’écrivains qui ont choisi le genre romanesque pour dévoiler, sous couvert de fiction, les travers de la société, et dire ce qui ne peut être dit dans d’autres types de discours. À en croire ce prologue d’Ossama Muslim à son premier roman Khawf, l’écriture de la science-fiction constitue également un espace de liberté :

Certains me qualifient de libéral, jugement qui suppose que j’étais asservi à quelque chose dont ils ne se sont pas affranchis. D’autres pensent que mes idées sont un danger pour la génération à venir, comme si celle-ci ne devait grandir qu’à l’échelle de leurs principes. La liberté de penser est indissociable de la liberté d’expression. C’est pourquoi ce roman a pris la forme d’une science-fiction : sa réception sera d’autant plus favorable qu’il n’est que de simples vues de l’esprit…

1À ce propos, l’appellation « Arabistan » n’est pas neutre : il s’agit du nom donné par la propagande de Saddam Hussein au Khouzistan, la province sud-ouest de l’Iran qu’il a envahie dans le but de la « libérer », car elle est peuplée d’arabophones.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.