1 563 €Collectés
3%
60 000 €Objectif
2/33Jours

Théâtre

Manuel d’autodéfense pour un monde féministe, anticapitaliste et décolonial

MADAM, œuvre théâtrale hors norme, mélange le one woman show, les conférences et les tribunes. Elle a été conçue en collaboration avec six auteures, six actrices et de nombreuses chercheuses et contributrices. Les trois premiers épisodes remettent en question les oppressions liées au genre, à la race et à la classe et les trois derniers incitent à utiliser le pouvoir de l’imaginaire pour créer de nouveaux récits et agir.

« Est-ce que tu crois que je dois m’excuser quand il y a des attentats ? »
© Marie Clauzade

Avec ce titre : MADAM, pour « Manuel d’autodéfense à méditer », Hélène Soulié annonce clairement ses intentions. Cela fait plus de quatre ans qu’elle a commencé à élaborer et mettre en scène cette fresque en six tableaux qui revisite le patrimoine féministe depuis le Mouvement de libération des femmes (MLF) des années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Quatre ans pendant lesquels elle a parcouru l’Hexagone, de villes en villages, de bord de mer en montagne, interrogeant cette notion de féminisme et recueillant analyses et témoignages, récits de vie, se nourrissant de toutes ces rencontres plurielles, complices ou frictionnelles. Avec des autrices, des chercheuses et des comédiennes, elle a échafaudé un véritable programme politique et utopique pour en finir avec les oppressions de race, de genre ou de classe, et toutes les formes de domination.

Les intitulés de chaque pièce, qui dure autour d’une heure, et entremêlent fiction et réalité, sont en eux aussi éloquents, percutants et malicieux : « Est-ce que tu crois que je dois m’excuser quand il y a des attentats ? », « Faire le mur — ou comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? », « Scoreuses — parce que tu ne peux que perdre si tu n’as rien à gagner », « Je préfère être une cyborg qu’une déesse », « Ça ne passe pas », « Et j’ai suivi le vent »…

Islamophobie et rejet des migrants

Pour Orient XXI, les plus intéressants sont les épisodes « #1 — « Est-ce que tu crois que je dois m’excuser quand il y a des attentats ? » et « #5 — « Ça ne passe pas » qui sont d’ailleurs joués par la même actrice, Lenka Luptakova, et renforcent ce sentiment. Le premier épisode aborde en effet frontalement l’islamophobie et veut faire entendre la parole de celles que l’on n’entend jamais : les femmes voilées. C’est donc une jeune femme, vêtue d’un jean et le visage cerclé d’un foulard rouge, qui raconte sobrement son choix de vie et de liberté, celui de ses compagnes de toutes conditions sociales, et le prix qu’elles paient pour cela. Il n’est pas sûr que sa présence sobre mais puissante fasse bouger les lignes et saisir un propos qu’on ne veut pas entendre aujourd’hui. Hélène Soulié avait d’ailleurs été dépassée par le niveau d’hostilité qu’avait déclenché ce premier épisode, présenté au festival d’Avignon en 2021 et dont elle n’avait pas anticipé la violence… C’est alors que la sociologue Hanane Karimiqui intervenait sur le plateau a ultérieurement mis fin à sa participation à la tournée.

Des réactions éclairées ensuite avec finesse et humour par Maboula Soumahoro, spécialiste en études postcoloniales.

Dans l’épisode #5, Lenka Luptakova, après ce premier récit immobile, donne toute la puissance d’un jeu fiévreux, corps et voix. Il rend vibrant le texte, remarquable, de Claudine Galéa sur les migrations. La scénographie prend le parti de ne pas montrer l’une de ces plages terrifiantes où échouent les réfugiées, mais la rive d’en face où les touristes se font bronzer, indifférentes à cette tragédie qui fait de la Méditerranée un cimetière. Les mots de l’autrice tailladent alors notre imaginaire plus sûrement que n’importe quelle image. Puis deux jeunes femmes marins, Claire et Marie Faggianelli, témoignent de leur action quotidienne auprès de cette population d’hommes, de femmes, enfants et nouveau-nés, décrivant leur colère et leur impuissance dans une rage qui nous étreint, avec une détermination à ne pas se soumettre à des règles, des délimitations, des frontières, qui nous interpelle.

« Faire société autrement »

Une sorte de carnet de route intellectuel et militant, avec ses questionnements sur le genre, les identités, le capitalisme, le devenir humain, l’utopie qu’elle partage avec ses interlocutrices et avec le public. Dans une adresse collective : « Que faire pour changer ce monde ? »

S’il n’est pas facile de programmer l’intégrale des pièces, plutôt présentées en un ou deux épisodes, il arrive que des directeurs de lieux — souvent plutôt des directrices — l’assument, ce qui était le cas en avril au Théâtre Molière de Sète, à l’initiative de Sandrine Mini. C’est alors un geste artistique et politique puissant et passionnant qui va mettre à jour les différences de réception des unes et des autres selon le thème abordé.

Conçus en collaboration avec six autrices (Marine Bachelot Nguyen, Marie Dilasser, Mariette Navarro, Solenn Denis, Claudine Galea, Magali Mougel), six actrices (Lenka Luptakova, Christine Braconnier, Lymia Vitte, Morgane Peters, Claire Engel, Marion Coutarel), et des chercheuses (dont Maboula Soumahoro, Rachele Borghi, Éliane Viennot et Delphine Gardey, présentes sur scène), les formes en sont à la fois variées et en résonance. Les trois premiers volets cherchent à ébranler des préjugés et, après une première partie interprétée par une comédienne, mettent en regard une chercheuse qui approfondit le thème, Hélène Soulié intervenant, un peu comme le Candide de Voltaire, pour creuser ces préjugés. Les trois derniers sont pour elle une invitation à « hacker le réel », à « formuler des récits neufs », « faire émerger de nouveaux imaginaires », plus joués, et sans controverse. Mais tous se veulent « des récits trouble-fêtes qui dérangent l’ordre des choses et les hiérarchies de la parole ».

Au final, Hélène Soulié remporte haut la main son invitation « à faire société autrement, et à inventer de nouvelles réalités ».

Hélène Soulié dirige la Compagnie Exit depuis 2008, et associe des comédiennes, dramaturges et chercheures à son travail. On aime aussi la définition de cette compagnie :

EXIT  : Voyants qui dans la nuit des théâtres signalent la sortie de secours. Ou didascalie qui indique que le personnage sort.
EXIT : Sortir.
Créer un hors cadre.
Sortir de notre façon de concevoir le monde.
Savoir se remettre en question.
Se déplacer.
Se rencontrer.
Se mélanger.
Questionner ce qui fait notre présent commun.
S’enrichir mutuellement.
Inventer une façon de faire théâtre ensemble.
Créer des espaces d’exploration de soi. Des autres. Du monde. De la langue. Avec urgence. Avec exigence.
Créer des mises en relation multiples.
Décoloniser et décloisonner les imaginaires.
Faire advenir de nouveaux récits.
Il n’y a pas une personne plus importante qu’une autre.
Il n’y a pas de spectacle plus important qu’un autre.
Il n’y a pas de spectateurtrices plus importantes que d’autres.
Il y a le théâtre.
Engagé par essence.
Dans la vie.
Dans la cité.
Et notre nécessité
À dire.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.