31 883 €Collectés
53%
60 000 €Objectif
26/47Jours

Gaza

Jordanie. La rue gronde contre les ambiguïtés de la monarchie

Alors que la Jordanie est intervenue pour protéger Israël contre les drones et les missiles iraniens, dans la nuit du 14 avril, des défilés quotidiens de soutien à Gaza ont marqué la seconde moitié du mois de ramadan à Amman et les étudiants de toutes les universités s’apprêtent à se mobiliser ce mardi 30 avril. Les manifestants, durement réprimés, dénoncent l’ambivalence de la position des autorités qui tentent de reprendre la main.

28 mars 2024. Des Jordaniens scandent des slogans lors d’une manifestation près de l’ambassade d’Israël à Amman en soutien aux Palestiniens.
KHALIL MAZRAAWI/AFP

Le ciel d’Amman la tranquille s’est embrasé. Dans la nuit du 14 avril 2024,les habitants de la capitale jordanienne ont été témoins d’un spectacle inhabituel, dans cette cité réputée pour son calme. Des dizaines de drones et de missiles iraniens sont venus rompre la torpeur de la ville, avant d’être interceptés par les forces armées jordaniennes, sous les yeux ébahis des citadins.

Après une journée de balbutiements, les autorités jordaniennes ont reconnu leur responsabilité dans la défense d’Israël, par la voix du ministre des affaires étrangères, Ayman Safadi, interrogé par CNN, le 15 avril.

Les projectiles qui violent notre espace aérien constituent une menace pour la Jordanie, et nous avons fait ce qu’il fallait pour neutraliser cette menace. Et permettez-moi d’être très clair : nous ferons la même chose, quelle que soit la provenance de ces drones, d’Israël, d’Iran ou de n’importe où ailleurs. Notre priorité est de protéger la Jordanie1.

Cet épisode se déroule dans un contexte déjà tendu pour la monarchie hachémite, qui abrite des bases militaires britanniques, françaises et états-uniennes notamment. Déjà fin janvier, l’attaque mortelle d’un avant-poste américain dans le nord-est du pays par une milice Kataeb Hezbollah irakienne soutenue par l’Iran avait fait craindre une escalade régionale.

L’embarras des autorités à reconnaitre leur rôle dans cette nuit de tension souligne l’ambiguïté de la position de la monarchie sur la guerre à Gaza entre d’un côté, le soutien affiché aux Gazaouis et de l’autre, le respect de l’accord de paix avec Israël2. Oscillant entre circonspection, déception et compréhension, la rue jordanienne est relativement divisée sur l’action des forces armées dans la nuit du 14 avril.

« Sous couvert de défendre le territoire national, les autorités protègent Israël ».

Selon Abdel Rahman, un coiffeur dans la trentaine, « la Jordanie a défendu son territoire cette nuit-là ». Même son de cloche chez Leila qui se présente comme une jeune web-designeuse : « un geste logique pour tout pays qui se sent menacé ». De nombreux témoignages soulignent l’impuissance de la Jordanie, embarquée dans un conflit qui la dépasse. Pieds et poings liés aux décisions de ses alliés américains et israéliens, Amman n’aurait pas son mot à dire.

Pourtant un discours critique vis-à-vis de cette interception semble l’emporter. Aux yeux de Mohamed, chauffeur de taxi en âge d’être retraité, le gouvernement a agi tel un « traitre » en défendant Israël, oubliant ainsi ses obligations morales de soutien aux Palestiniens. Tout comme ce fringant travailleur du secteur banquier, Chérif, qui considère : « La Jordanie a fait une erreur en tentant de stopper les frappes iraniennes. Nous aurions dû laisser Israéliens et Iraniens se battre, car tous deux méritent d’être frappés ». Abondant dans le sens de ses concitoyens, Farah dénonce l’hypocrisie des autorités qui, « sous couvert de défendre le territoire national, protègent Israël ».

Cette polémique vient s’inscrire dans un contexte de mobilisations populaires quotidiennes en faveur de Gaza et d’appels au cessez-le-feu. Parallèlement, les manifestants n’épargnent pas le pouvoir et exigent une position plus ferme à l’égard d’Israël. Les manifestations du ramadan mettent en évidence les contradictions de la position jordanienne. Les protestataires rassemblés au niveau de la mosquée Al-Kabouti, non loin de l’ambassade israélienne, scandent :

Ô lâches gouvernements arabes ! Au nom des sans-voix, nous protestons contre le pont terrestre. Le pont terrestre est une trahison. Nous aussi, nous sommes aux côtés de Gaza. Nous sommes assiégés.

Des informations, démenties par le gouvernement, font état de l’établissement d’un corridor à travers la Jordanie et par lequel les pays arabes du Golfe contourneraient le blocus des Houthis à l’encontre des navires israéliens en acheminant par camions des produits vers Israël.

Depuis le 18 mars et le début du siège de l’hôpital Al-Shifa par l’armée israélienne, des rassemblements organisés par le Forum national pour la solidarité avec la résistance et le mouvement Ataharrak contre la normalisation, rassemblent entre 3 000 et 5 000 personnes tous les soirs dans le quartier de Rabbié, au centre de la capitale.

Ces derniers condamnent le génocide en cours à Gaza, et appellent au cessez-le-feu que rend encore plus urgent la perspective d’une offensive israélienne sur Rafah. D’autant que la population jordanienne est composée en grande majorité de réfugiés palestiniens (entre 60 et 70 %), arrivés au lendemain de la Nakba puis dans la foulée de la guerre de 1967. Bien qu’intégrés à la population et disposant de documents d’identité jordaniens, à l’inverse des réfugiés palestiniens établis au Liban ou en Syrie, ils n’en oublient pas pour autant leurs racines, comme en témoigne la présence de nombreux keffieh et autres drapeaux palestiniens dans le cortège.

Outre un cessez-le-feu, les manifestants réclament la fermeture définitive de l’ambassade israélienne à Amman. Bien que celle-ci ait été vidée de son personnel en octobre 2023, et que l’ambassadeur jordanien en Israël ait été rappelé le mois suivant en guise de protestation, des rumeurs de reprise de l’activité du complexe diplomatique israélien font craindre ce que les manifestants perçoivent comme une énième trahison du royaume hachémite à l’égard de la cause palestinienne.

Ce n’est pas la seule demande, comme nous l’explique Ahmed3 : « Nous demandons la fermeture du pont terrestre qui passe par la Jordanie pour alimenter les sionistes en marchandises ». Autres exigences : « Mettre fin à la normalisation avec Tel-Aviv, annuler le traité de paix avec Israël et l’accord sur le gaz, et enfin stopper les exportations de légumes jordaniens vers ce pays ».

De même, les manifestants rejettent catégoriquement tout éventuel élargissement des accords énergétiques entre les deux pays. En 2023, la Jordanie, frappée par un stress hydrique inquiétant, a formellement demandé à son voisin de lui fournir de l’eau en échange d’énergie. Toutefois, le ministre des affaires étrangères déclarait le 16 novembre 2023 : « Nous ne signerons pas cet accord. Pouvez-vous imaginer un ministre jordanien assis à côté d’un ministre israélien pour signer un accord eau contre électricité, alors qu’Israël continue de tuer des enfants à Gaza4 ».

La réévaluation des relations de la monarchie avec les États-Unis, à la lumière de son indéfectible soutien à Israël, fait également partie des demandes des manifestants. Les deux pays sont liés par des traités qui assurent à la Jordanie le versement annuel d’une aide économique et militaire de 1,45 milliard de dollars jusqu’en 2029.

De nombreuses arrestations

Bien que pacifiques, les manifestations se terminent souvent par une répression violente. Selon une stratégie assez classique d’encerclement, les forces de l’ordre forment un cordon qui entoure les militants, puis les poussent en dehors de la place Al-Kalouti afin d’écourter les rassemblements.

Parallèlement, les autorités ont procédé à de nombreuses arrestations de journalistes, de manifestants et de personnalités politiques. Le Centre d’études sur les droits humains d’Amman (ACHRS) dénombre pas moins de 116 arrestations depuis le 18 mars 2024. Dans un communiqué publié le 3 avril, il dénonce :

la répression des manifestations pacifiques, exhortant le gouvernement à autoriser des rassemblements sûrs, légitimes et pacifiques, conformément aux droits civils des citoyens tels que garantis par la Constitution, ainsi que par le droit humanitaire international5.

Reporters sans frontières a également fait état de « pressions croissantes envers les journalistes couvrant les manifestations contre la guerre à Gaza ».

Dans une interview télévisée à la chaine étatique Al-Mamlaka, Ayman Safadi a tenté de se dépêtrer des contradictions.

Entre le droit constitutionnel de manifester pacifiquement et le devoir constitutionnel du gouvernement et des institutions de l’État de faire respecter la loi, il y a de la place pour une complémentarité entre les positions officielles et populaires.

En marge des manifestations, de nombreux militants ont été arrêtés en vertu des dispositions de la récente « loi cyber » en application depuis septembre 2023. Cette dernière criminalise de nombreuses activités en ligne et limite fortement la liberté d’expression, au nom de l’unité nationale. C’est sur son fondement que près d’un millier d’individus ont été arrêtés depuis le 7 octobre, pour des publications critiquant la politique du gouvernement vis-à-vis d’Israël ou encensant le Hamas. Parmi eux, deux membres du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) en Jordanie.

Les symboles palestiniens ont progressivement été bannis des rassemblements, à commencer par le drapeau suivi, quelques jours plus tard par... le keffieh.

Les autorités jordaniennes ont blâmé l’appel de Khaled Mechaal, membre du bureau politique du Hamas en exil, fin mars, à descendre dans la rue, notamment en Jordanie, en Égypte, en Algérie et au Maroc, pour protester contre l’occupation israélienne. Elles ont accusé « les dirigeants du mouvement islamique à Amman de se coordonner avec les dirigeants du Hamas à l’étranger afin d’entraîner le public jordanien dans la guerre à Gaza ». Une enquête officielle a été ouverte sur ce que les autorités qualifient « d’appels exhortant le public jordanien à s’engager dans une escalade contre son propre gouvernement ».

De leur côté, les protestataires continuent à s’époumoner et à dresser les louanges du mouvement islamique. « Que la voix d’Amman se fasse entendre », « Nous faisons partie du déluge6. Que chaque traître et collaborateur l’entende », ou encore « Avec le Hamas pour la libération », entend-t-on dans les manifestations. Le pouvoir craint une instrumentalisation de ces mouvements par la population palestinienne et leur détournement à des fins idéologiques. Par ailleurs, la commission des affaires étrangères de la chambre basse du Parlement a publié une note dans laquelle elle rejette « toute tentative menée par un petit groupe infiltré, qui cherche à saboter et à saper l’unité nationale ».

Ces mises en garde font écho aux déclarations du porte-parole de la milice irakienne pro-Iran Kataeb Hezbollah qui, après l’attaque israélienne contre le consulat iranien en Syrie, a menacé d’armer 12 000 combattants jordaniens pour combattre Israël. Cette menace a été suivie par des déclarations d’éminents dirigeants du Hamas soulignant l’importance des manifestations en Jordanie. Abou Hamza, porte-parole du mouvement du Djihad islamique palestinien, a également dédié un message de soutien aux manifestants d’Al-Kalouti.

Agiter le menace de la déstabilisation provoquée par l’étranger

La couverture médiatique des manifestations constitue une caisse de résonance des lignes de fracture régionale. Des médias tels que Sky News Arabia ou Al-Arabiya ont abordé les manifestations en donnant la parole à de nombreux invités critiquant les rassemblements, présentant ceux-ci comme des manœuvres de l’Iran qui aurait conspiré avec les Frères musulmans et le Hamas pour semer la confusion au sein du royaume hachémite.

Dans la même veine, un membre du Conseil national palestinien, Oussama Al-Ali, affilié au Fatah, a qualifié les manifestants Jordaniens de « vaches arriérées », alimentant ainsi le narratif hostile au Hamas, à l’Iran et aux Frères musulmans.

L’accent mis sur la thèse de la tentative de déstabilisation jordanienne marque un changement de ton eu égard à la couverture antérieure des grands médias du Golfe, qui étaient plus hésitants à critiquer le Hamas jusqu’à récemment.

Le soutien aux Palestiniens de Gaza est une question extrêmement sensible dans le pays, en raison de l’émotion qu’elle véhicule au sein de la population jordanienne et de l’attention médiatique qu’elle génère. Dès lors, une répression excessivement violente des manifestations parait difficilement envisageable. D’où la nécessité d’alimenter la thèse d’une tentative de déstabilisation par des forces extérieures, Hamas et Iran en tête. La sempiternelle menace à l’unité nationale devient donc une véritable raison d’État.

Ces manifestations soulignent néanmoins les contradictions et ambiguïtés de la position jordanienne dans le conflit en cours. La monarchie hachémite est certes engoncée dans une équation manifestement insoluble, entre la nature intrinsèquement pro-palestinienne de son opinion d’une part, et ses impératifs stratégiques et économiques d’autre part. Mais la hausse des tensions régionales expose le royaume au risque de se retrouver du mauvais côté de l’Histoire.

La monarchie hachémite marche sur des œufs, et le ministre des affaires étrangères a tenté le 15 avril 2024, tant bien que mal, de réconcilier les souhaits populaires et les nécessités du pouvoir.

La position officielle et la position populaire concernant la question palestinienne sont les mêmes, et il n’y a aucune différence entre les deux. Le peuple exprime sa colère face aux crimes commis contre les Palestiniens à travers des manifestations, et le gouvernement l’exprime à travers des actions et des efforts politiques et diplomatiques7.

À cet égard, l’attaque iranienne de la nuit du 14 avril, apparaît comme une aubaine pour le régime jordanien. Elle donne corps à ladite « menace » iranienne de déstabilisation de la région et donc du royaume, servant ainsi de prétexte à la répression des manifestations.

1« Jordan warns Iran against airspace violations », CNN, 15 avril 2024.

2L’accord de Wadi Araba qui établit la paix entre le royaume hachémite et son voisin Israélien a été signé en 1994, ainsi que l’alliance militaire avec les États-Unis.

3Son prénom a été modifié.

4« Jordan says it won’t sign energy and water exchange deal with Israel », Al-Jazeera, 16 novembre 2023.

5« Repression of Pro-Palestinian Protests in Jordan », Centre d’études sur les droits humains d’Amman (ACHRS), 1-5 avril 2024.

6En référence à l’opération du 7 octobre, Déluge d’Al-Aqsa.

7Post du 15 avril 2024 sur X.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.