1 683 €Collectés
3%
60 000 €Objectif
2/33Jours

À l’ombre de Gaza

Turquie-Israël. La persistance d’une relation ambiguë

Alors que la guerre contre Gaza a débouché sur une escalade verbale entre Ankara et Tel-Aviv, les relations entre Israël et la Turquie ont tout de même survécu, tant les liens et les convergences entre les deux pays restent fortes.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan (à droite) rencontrant le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou (à gauche) en marge de la 78e Assemblée générale des Nations unies au siège de l’ONU à New York, le 19 septembre 2023.
Bureau de presse de la présidence turque/AFP

La première réaction de la Turquie au déclenchement de la guerre de Gaza a surpris par sa prudence, comme d’ailleurs celle qu’elle avait eue après l’invasion de l’Ukraine avait étonné par son légalisme, insistant sur le respect de la souveraineté de Kiev. Dans les deux cas, Ankara, qui entretient des relations fortes et suivies avec les deux belligérants, a ostensiblement offert sa médiation, déjà antérieurement proposée. Dans les deux cas aussi, l’ambivalence qu’on décèle dans cette attitude initiale n’est pas le seul résultat de la conjoncture. Elle renvoie à la nature profonde de la diplomatie de ce pays souvent contraint à de grands écarts périlleux au cours de son histoire.

Le 7 octobre 2023, lorsque le Hamas lance son attaque inattendue, la Turquie et Israël sont en pleine réconciliation après plus d’une décennie de relations inégales ayant parfois frisé la rupture, avant d’entrer dans de laborieuses périodes de restauration. La capacité à gérer cette inconstance est le premier phénomène qui surprend. Elle découle de multiples convergences politiques, stratégiques et surtout économiques. Quel est l’avenir de cette relation complexe dans la nouvelle donne établie par le retour de la centralité du conflit israélo-palestinien au Proche-Orient ?

La Turquie ayant été le premier pays musulman à reconnaître Israël en 1949, peu après la création de celui-ci, ces deux États sont de vieux partenaires qui se connaissent bien. En dépit de quelques accrochages feutrés provoqués par les conflits israélo-arabes pendant la guerre froide, leurs relations mutuelles sont au beau fixe après la fin du monde bipolaire, et l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) au début du millénaire ne paraît pas devoir remettre en cause cette entente cordiale. En 2008, Ankara accueille même des négociations officieuses visant à permettre à Israël et au régime syrien de normaliser leurs relations, négociations qui n’aboutiront pas.

Rapprochement avec le Hamas

Ce n’est pas tant la question palestinienne que la situation nouvelle, nouée avec l’arrivée au pouvoir du Hamas dans la bande Gaza après les élections de 2006, qui est à l’origine de la brouille turco-israélienne qui commence à partir de 2009. Lorsqu’Israël lance sa première campagne de bombardements massifs sur l’enclave palestinienne avec l’opération « Plomb durci », Ankara ne tarde pas à réagir. Lors d’un mémorable panel au Forum de Davos de janvier 2009, Recep Tayyip Erdoğan apostrophe sans ménagement le président israélien Shimon Pérès.

Dès cette époque, on voit le nouveau gouvernement turc se rapprocher du Hamas qu’il tente de faire admettre comme un partenaire officiel des négociations. Un an plus tard, les relations turco-israéliennes frisent la rupture, lorsque le Mavi Marmara, le navire amiral d’une flottille humanitaire affrétée par une organisation islamique turque tente de forcer le blocus de Gaza. Lors de son arraisonnement, neuf humanitaires turcs sont tués et les liens entre les deux pays paraissent durablement dégradés.

Cependant, en 2013, de façon totalement inédite, Benyamin Nétanyahou accepte de présenter à Erdoğan les excuses que celui-ci exige pour restaurer les relations. Mais l’initiative est compromise en 2014 par une nouvelle campagne de frappes sur Gaza, « Bordures protectrices », que le leader de l’AKP dénonce, en accusant Israël d’avoir « surpassé Hitler dans la barbarie »1. Si bien que ce n’est qu’en 2016, après l’indemnisation des familles des victimes de la flottille, que les relations diplomatiques sont restaurées au plus haut niveau par un échange d’ambassadeurs. L’accalmie sera de courte durée.

En 2019, la grande marche du retour des Gazaouis, qui se traduit par une répression sévère et un très grand nombre victimes palestiniennes, provoque à nouveau un affrontement verbal entre le président turc et le chef du gouvernement israélien. Une nouvelle dégradation du niveau des relations diplomatiques s’ensuit, et il faudra attendre 2022 et la visite en Turquie du président israélien Isaac Herzog, pour les voir échanger à nouveau des ambassadeurs, dans un contexte où Ankara tente d’aplanir ses différends avec le monde arabe (Égypte, Émirats arabes unis, Arabie saoudite…), et où celui-ci semble être entré dans une phase de convergence globale avec Israël, après les accords d’Abraham.

Plus que l’inconstance, ce qui frappe au-delà de cette brouille durable est finalement la résilience qui a sauvegardé la relation entre les deux protagonistes. Car, ni l’arraisonnement d’un navire humanitaire, ni les frappes de plus en plus intensives sur Gaza, ni les tensions verbales très dures de dirigeant à dirigeant, ni les répressions sanglantes de manifestations palestiniennes n’ont eu raison des liens fragiles entre les deux puissances régionales.

La place de la communauté juive

Pour comprendre comment les relations turco-israéliennes ont pu survivre et régulièrement renaitre, il est important d’identifier ce qui contribue à les structurer durablement. La solidité des liens économiques constitue le premier axe de cette continuité. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler qu’au cours des années conflictuelles que nous venons d’évoquer, la Turquie a triplé ses exportations en direction d’Israël, ces dernières passant de 2,3 milliards de dollars en 2011 à 7,03 milliards de dollars en 2022. Assurant 5,2 % de ses importations, la Turquie est ainsi le cinquième fournisseur d’Israël, et son septième client pour 2,2 % de ses exportations, représentant un montant de 2,5 milliards de dollars annuellement. Ces flux commerciaux concernent des domaines essentiels. Au premier rang des importations israéliennes en provenance de Turquie on trouve l’acier, le fer, le textile, les véhicules automobiles, le ciment, sans oublier le pétrole azerbaïdjanais qui transite via le Caucase et l’Anatolie orientale par l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) et le port de Ceyhan, couvrant 40 % des approvisionnements annuels en brut d’Israël. Le groupe turc Zorlu fournit en outre 7 % de l’électricité consommée par Israël. Pour sa part, ce dernier exporte surtout vers la Turquie des produits chimiques et des articles de haute technologie. Ces exportations ont joué un rôle non négligeable dans la modernisation de la production industrielle turque au cours des dernières années, notamment dans le domaine de la défense.

La mémoire constitue un autre élément des relations entre les deux pays qui aide à surmonter les caprices du cours de leurs relations mutuelles. Les juifs ont été l’un des « millet »2 de l’Empire ottoman qui a accueilli, notamment dans ses villes portuaires emblématiques (Salonique, Istanbul, Izmir…), les sépharades chassés d’Espagne au XVe siècle. En dépit de la situation inégale qui a été la leur depuis les débuts de la République, ce dont témoignent différents épisodes d’antisémitisme avant, pendant et après la seconde guerre mondiale, ils restent l’une des dernières communautés juives du monde musulman, dans un pays qui ne les renie pas, comme l’a montré encore récemment le succès de la série turque Kulüp, basée sur une observation fidèle de leurs spécificités linguistiques et culturelles. Ce passé et cette atmosphère a contribué à l’afflux de touristes israéliens en Turquie qui, en dépit des crises successives, sont finalement venus et revenus dans ce pays où ils étaient l’une des premières populations de visiteurs étrangers avant octobre 2023.

Intérêts stratégiques

Enfin, quelle que soit la conflictualité ambiante de leurs liens, il ne faut pas sous-estimer l’importance des intérêts stratégiques communs aux deux pays. La Turquie, qui reste un allié des Occidentaux du fait de son appartenance à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), abrite des bases importantes : commandement des forces terrestres alliées du flanc sud de l’Alliance à Izmir, radar de défense antimissile balistique de Kürecik principalement tourné contre l’Iran, aéroport d’Incirlik qui accueille le cas échéant des avions livrant du matériel militaire à Israël. En février 2024, Ankara a rejoint le bouclier antimissile européen European Sky Shield Initiative (ESSI), qui repose sur une initiative lancée par l’Allemagne en 2023, et qui est soutenu par 17 pays. Or, ce projet boudé par la France, utilisera entre autres le missile israélien à longue portée Arrow 3.

Par ailleurs, les deux États entretiennent une conflictualité durable avec la Syrie. À la suite d’une série d’interventions militaires conduites depuis 2016, Ankara a pris le contrôle de bandes transfrontalières du territoire syrien qu’elle administre et équipe depuis, même si elle dit n’avoir pas de prétentions irrédentistes et vouloir surtout y prévenir la présence des milices kurdes Unités de protection du peuple (YPG), liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Quant à Israël, dans le contexte des conflits en cours, son armée frappe régulièrement les positions du régime syrien et de ses alliés (le Hezbollah libanais) dans la région le cas échéant, avec l’aval de la Russie.

Bien que des désaccords notables aient été exprimés par les responsables des deux pays à propos de leur engagement respectif dans le Caucase, une convergence stratégique a pu aussi s’observer en 2020, lors de la seconde guerre du Haut-Karabakh, où l’un et l’autre ont apporté un soutien militaire précieux à l’Azerbaïdjan, et lui ont finalement permis de reprendre le contrôle de l’enclave arménienne.

L’ombre de la Palestine

En dépit de ces flux de convergence, il est vrai que les rapports entre les deux pays ont été régulièrement affectés depuis une quinzaine d’années par leurs désaccords permanents à propos de la question palestinienne, et plus particulièrement de la situation prévalant à Gaza. À l’issue de l’arraisonnement du Mavi Marmara en juin 2010, Ankara a gelé 16 accords d’armement avec Israël. Une décision qui doit également être perçue comme la consécration de la puissance militaire turque découlant de cette coopération, illustrée par la mise sur pied d’un système de structuration des industries de défense turques, nourrie par l’exemple israélien, ou par la production d’armements sophistiqués comme les drones, fournis à l’origine par Israël.

Plus récemment, en janvier 2024, la Turquie a exclu Israël de la liste des pays cibles pour ses exportations. Cette décision empêchera les entreprises turques de bénéficier d’aides publiques pour exporter vers ce pays. Elle montre la marge de manœuvre dont dispose désormais la Turquie au sein d’un foisonnant marché à l’exportation, mais ne remet pas profondément en cause les rapports commerciaux bilatéraux. Fin janvier 2024, les statistiques du ministère turc des transports montraient que plus de 700 navires turcs avaient rallié des ports israéliens depuis le 7 octobre 2023, soit une moyenne de 8 navires par jour. Les cargaisons transportées concernent des produits essentiels (acier, pétrole, textile…) pour la machine de guerre israélienne, et impliquent des entreprises souvent proches des cercles du pouvoir en Turquie, « mettant en évidence, selon le journaliste turc indépendant Metin Cihan3, l’hypocrisie et le double discours des dirigeants ».

Le durcissement de la position turque après le début de l’attaque israélienne contre Gaza et les nombreuses victimes civiles palestiniennes qui l’ont accompagnée, a permis au régime de rester en phase avec l’émotion ressentie par la population turque. Cela est d’autant plus important pour l’AKP que doivent se tenir, le 31 mars 2024, des élections municipales, à l’occasion desquelles Erdoğan espère reconquérir les villes symboliques d’Ankara et d’Istanbul, perdues en 2019. Il est pourtant peu probable que cette rigidification se traduise par une remise en cause des liens économiques existant entre les deux pays, voire par une rupture officielle des relations diplomatiques. S’appuyant sur cette expérience de gestion de crise, acquise au cours des deux dernières décennies, Ankara tentera plutôt de contenir le développement de ses rapports commerciaux avec Israël, en cherchant à le compenser par la relance amorcée de ses relations avec les pays du Golfe (Arabie saoudite et Émirats notamment), ainsi qu’avec l’Égypte.

Le dépassement de l’échéance électorale du printemps devrait permettre à Erdoğan de renouer avec une posture plus diplomatique, usant de l’argument de servir la cause palestinienne aux côtés d’autres puissances régionales très investies depuis le début de la crise (Qatar, Égypte, Émirats arabes unis…). Une telle attitude ne serait finalement pas si éloignée du ressenti de l’opinion publique, elle aussi ambivalente, qui restait initialement prudente face à un engagement trop franc de la Turquie et ne souscrivait pas majoritairement à l’idée d’une rupture des relations commerciales. Il est ainsi probable que le régime s’appuiera sur une somme d’intérêts et de sentiments contradictoires pour sauvegarder la relation ambiguë entretenue avec Israël depuis longtemps.

1Le Monde, le 19 juillet 2014.

2NDLR. Communauté religieuse protégée légalement.

3Cité par Nicolas Bourcier dans « Face à Israël, le double visage de la Turquie », Le Monde, 27 décembre 2023.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.