Politique, culture, société, économie, diplomatie

L’Arabie saoudite dans les sables mouvants du Proche-Orient

Entre guerre du Yémen et guerre de succession

Deux ans après son accession au trône, le roi Salman est confronté à de nombreux défis. L’intervention au Yémen s’enlise et l’Arabie saoudite subit des revers en Syrie, en Irak et au Liban. Et tandis que les réformes économiques engagées suscitent de nombreuses critiques, les questions sur sa succession restent sans réponse.

Si un point fait consensus parmi les diplomates en poste à Riyad, c’est que la direction saoudienne analyse la situation régionale à travers la grille de « la menace iranienne ». « Ils voient la main de Téhéran partout et prennent au premier degré les déclarations que l’on peut lire dans la presse iranienne, fanfaronnant que l’Iran contrôle désormais quatre capitales arabes — Bagdad, Sanaa, Beyrouth et Damas », explique l’un d’eux sous couvert d’anonymat. « Ils sont obsédés par l’Iran, renchérit un autre. Ils finissent par oublier que c’est leur voisin, que quelle que soit l’appréciation qu’on porte sur sa politique, ce pays ne va pas disparaître brusquement. » Tous voient dans cette obsession la raison première de l’intervention saoudienne au Yémen.

« Nous n’avions pas le choix, c’était une obligation. » Cette affirmation d’un diplomate saoudien est partagée par la plupart des responsables rencontrés à Riyad. « Le Yémen, poursuit-il, est pour nous un problème intérieur : nous avons besoin d’un régime ami et stable à nos frontières. C’est une question de sécurité nationale. » Et de rappeler que le Yémen est aussi peuplé que l’Arabie saoudite.

Une opération « Tempête » tout sauf « décisive »

Succédant au roi Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud, Salman venait de monter sur le trône le 23 janvier 2015 et, renonçant à une politique étrangère prudente, voire conservatrice, il voulait montrer que le royaume était prêt à défendre ses intérêts vitaux. Avec d’autant plus de détermination que les États-Unis ne semblaient plus un allié fiable, comme en témoignaient leur rapprochement avec Téhéran sur le dossier du nucléaire ou leur passivité en Syrie. En mars 2015 donc, Riyad, à la tête d’une coalition d’une dizaine de pays, est intervenue militairement, avec pour objectif de rétablir à Sanaa le gouvernement « légitime » chassé par les rebelles houthistes et leurs alliés, accusés d’être manipulés par Téhéran.

Pourtant l’opération « Tempête décisive » a été tout sauf décisive. Elle a mis en lumière les limites de la puissance militaire (et politique) saoudienne. Malgré le déploiement de dizaines de milliers de soldats à sa frontière, l’Arabie saoudite a dû évacuer une bande de territoire de 200 kilomètres de long sur 20 à 30 de large ; 7 000 personnes ont été contraintes de quitter leurs villages de peur des incursions des houthistes et ceux-ci continuent à tirer contre les villes du sud saoudien comme Jizan des missiles, certes peu efficaces, mais qui créent une insécurité permanente, entraînant parfois la fermeture des écoles ou des institutions de l’État. Si les autorités ne reconnaissent qu’une cinquantaine de soldats tués, ils seraient en réalité plus de 800, la plupart de ces morts étant « camouflées » sous la rubrique « accidents ». Enfin, les très graves « bavures » de l’aviation saoudienne — comme le bombardement en plein cœur de Sanaa d’une cérémonie funéraire le 9 octobre 2016, avec ses 140 morts — ont provoqué une forte émotion internationale et amené les États-Unis à suspendre la livraison par la société Raytheon de 16 000 munitions de précision à l’Arabie saoudite. Après avoir, durant des mois, nié leur utilisation, Riyad a annoncé officiellement le 19 décembre son renoncement à l’usage de bombes à fragmentation britanniques.

L’euphorie nationaliste qui avait soudé une partie importante de la population saoudienne s’est dissipée au fur et à mesure que l’on s’engageait dans une guerre sans fin, avec de nombreuses victimes civiles. « Nous sommes en train de détruire un pays très pauvre, regrette un jeune universitaire. Et cela nous affecte, même si nous n’avons aucune sympathie pour l’Iran. » Et il ajoute : « Nous commençons aussi à faire le lien entre les politiques d’austérité qui nous sont imposées et le coût de cette guerre. » Celui-ci est estimé selon les sources à 2, 3 voire 7 milliards de dollars par mois, alors même que l’effondrement des prix du pétrole a asséché les ressources de l’État.

Essayant de nuancer ce bilan, un officiel saoudien explique : « Nous nous sommes emparés de 80 % des missiles que contrôlaient les houthistes, et nous avons empêché que le sud du Yémen et l’ensemble du pays ne tombent entre leurs mains. » C’est une maigre consolation, très éloignée des objectifs fixés, notamment la reconquête de Sanaa. Riyad cherche donc à se dégager de ce bourbier. Or sortir de la guerre est, comme toujours, plus difficile que d’y entrer. Non seulement l’Arabie doit tenir compte de ses ennemis — fin novembre, la presse saoudienne mettait en exergue des déclarations du chef d’état-major iranien évoquant la création de bases navales en Syrie et au Yémen —, mais ses alliés développent souvent leur propre stratégie. Ainsi, les Émirats arabes unis, très actifs au Yémen avec des centaines de soldats sur le terrain se méfient d’Al-Islah, la branche yéménite des Frères musulmans, pourtant alliée au président « légitime » Abd Rabbo Mansour Hadi soutenu par les Saoudiens. Et ce dernier refuse d’être sacrifié dans le cadre d’un accord qui se négocie avec la médiation du secrétaire d’État américain John Kerry et dans lequel Riyad semble mettre tous ses espoirs pour se sortir de ce que ses adversaires appellent, de manière très exagérée, un « Vietnam saoudien ».

Instabilité et divisions régionales

L’intervention au Yémen n’était, pour le nouveau roi Salman, que la première étape du retour de son pays sur la scène régionale. Pour la première fois depuis 1973 et l’embargo imposé aux exportations de pétrole durant la guerre israélo-arabe d’octobre 1973, il se dégageait de la tutelle américaine. Il tentait de freiner la normalisation entre l’Iran et le reste du monde. L’exécution par Riyad du leader saoudien chiite Nimr Baqer Al-Nimr le 2 janvier 2016, suivie de l’attaque en représailles contre l’ambassade saoudienne à Téhéran ont débouché sur la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran. Plusieurs pays du Golfe ont suivi l’Arabie. « Désormais, explique un diplomate occidental, la machine est bien huilée : chaque incident entre le royaume et l’Iran débouche sur une condamnation de Téhéran par le Conseil de coopération des États du Golfe (CCG), puis par la Ligue arabe et enfin par l’Organisation de la coopération islamique (OCI). » Mais il suffit de jeter un coup d’œil sur la situation régionale pour mesurer les limites de cette offensive saoudienne.

En Syrie, la conquête d’Alep en décembre 2016 par l’armée syrienne, avec l’aide de l’aviation russe, des conseillers iraniens et des milices chiites libanaises et irakiennes conforte le pouvoir de Bachar Al-Assad que Riyad cherche à renverser. En Irak, les tentatives de renouer avec le gouvernement formé en août 2014 par Haïdar Al-Abadi ont tourné court. Le nouvel ambassadeur saoudien Thamer Al-Sabhan, nommé en décembre 2015 après une rupture qui remontait à la guerre du Golfe (1990-1991), a multiplié les dénonciations du rôle des milices chiites (hashd chaabi) en Irak, coupables d’aggraver les tensions avec les sunnites, ce qui a amené Bagdad à demander le 28 août 2016 le départ de l’ambassadeur. « Mais, se rassure un diplomate saoudien, les relations avec l’Irak demeurent, même si nous voulons que le gouvernement soit plus inclusif. Daesh est né de la politique de non-inclusion, de l’ostracisme à l’égard des sunnites. Le départ de Nouri Al-Maliki — l’ancien premier ministre ayant mené une politique confessionnelle favorable aux chiites — était nécessaire, toutefois son influence demeure. »

Au Liban, après avoir gelé le don de 3 milliards de dollars pour l’achat d’armes (françaises) pour punir Beyrouth de ne pas avoir signé une déclaration de la Ligue arabe dénonçant le Hezbollah comme organisation « terroriste », après avoir coupé les vivres à leur allié Saad Hariri, dont il faut reconnaître qu’il ne fut pas un investissement très profitable pour Riyad, les Saoudiens se sont retirés de la scène. Lorsque le général Michel Aoun, allié du Hezbollah, a été élu président le 31 octobre 2016, on a vu débarquer à Beyrouth successivement le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et l’envoyé spécial de Bachar Al-Assad, Mansour Azzam, pour le féliciter, alors que l’ambassadeur saoudien avait déserté Beyrouth depuis deux mois. Il a fallu attendre le 21 novembre pour que le prince Khaled Al-Fayçal Al-Saoud, gouverneur de La Mecque, rencontre enfin le président Aoun.

Tensions persistantes avec l’Égypte

Sur le fronton du ministère saoudien des affaires étrangères, on peut lire ce verset du Coran :

Ô vous les humains ! Nous vous avons créés d’un homme et d’une femme et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous appreniez à vous connaître.

Une exhortation que les diplomates saoudiens ont bien du mal à traduire dans la réalité, même avec les pays sunnites. Il faut dire, à leur décharge, que jamais la situation régionale n’a été aussi instable, marquée par le retrait des États-Unis, par la puissance de groupes armés non étatiques et par des alliances fluctuantes où l’ennemi d’hier devient l’allié d’aujourd’hui. Au bord de l’affrontement il y a trois ans, le Qatar et l’Arabie saoudite se sont rapprochés ; parallèlement les relations entre Riyad et Le Caire n’ont pas cessé de se dégrader ces derniers mois. Les Émirats arabes unis ont échoué dans leurs tentatives de médiation entre les deux pays. Le séjour en Éthiopie au mois de décembre d’un conseiller du roi Salman — suivi par celle du ministère des affaires étrangères du Qatar —, sa visite au barrage Renaissance sur le haut Nil, peuvent être considérés comme un message : l’Égypte considère en effet que cette construction porte atteinte à son approvisionnement en eau. Et pour couronner le tout, le CCG a condamné les déclarations égyptiennes accusant le Qatar de complicité dans l’attentat contre l’église copte du Caire du 11 décembre 2016. Comme le regrette le commentateur saoudien Khalid Al-Dakhil, « cette crise survient après trois ans d’échanges, de visites, d’aide. Cela signifie donc qu’il n’y avait pas de vrai accord sur les questions régionales. Pourtant une menace sur l’un des deux pays est une menace sur l’autre. L’effondrement de l’Égypte serait une menace majeure pour l’Arabie et réciproquement. »

La tentative de créer une grande coalition des pays musulmans sunnites contre le terrorisme, annoncée le 15 décembre 2015 dans la hâte — certains pays n’étaient même pas prévenus —, n’a pas été au-delà des effets d’annonce. Même le projet de transformer le CCG en une union plus solide et efficace se heurte non seulement au refus tranché d’Oman, mais aussi aux réticences des autres membres qui craignent l’hégémonie saoudienne. Le sommet du CCG qui s’est tenu au mois de décembre à Bahreïn en présence du roi Salman n’a abouti, de ce point de vue, à aucun résultat concret. Et s’il est encore trop tôt pour évaluer la signification du ralliement d’Oman à la coalition antiterroriste fin décembre dernier, il ne semble pas que cela marque un changement radical de la politique extérieure du sultanat.

Dans son face à face avec Téhéran, le roi Salman ne peut se targuer que d’un succès majeur : son rapprochement avec Ankara, engagé en 2015 et dont a témoigné la visite du président Recep Tayyip Erdogan en Arabie saoudite fin décembre 2015. La Turquie est un allié puissant, disposant de capacités économiques importantes et d’une armée qui peut peser dans les rapports de force face à l’Iran. Cependant, ces derniers mois, elle s’est rapprochée de la Russie avec laquelle elle avait frôlé la guerre en 2015 !

Divisions dans la famille royale

Ce bilan pour le moins contrasté a ravivé le débat au sein de la famille royale, comme en témoigne un étrange incident qui a fait beaucoup jaser à Riyad. Le quotidien saoudien Al-Watan a publié sur son site le 2 juin 2016 des propos attribués au prince héritier et ministre de l’intérieur, Mohammed Ben Nayef (connu sous ses initiales MBN) en marge d’une réunion des pays du Golfe à Jeddah. Ils ont été retirés quelques heures plus tard, sous prétexte que le site avait été piraté et que le journal n’avait jamais relayé de telles déclarations ! Personne n’a cru, bien sûr, à ces démentis.

Que disait le prince MBN ? Bien que nous ayons répondu à l’appel du pouvoir légitime au Yémen, expliquait-il en substance, l’opération Tempête décisive « s’est prolongée et a échappé à nos calculs, notamment en raison du refus des pays membres de la coalition d’accomplir leurs tâches », l’Égypte étant indirectement visée pour n’avoir pas envoyé des troupes au sol. « En Syrie, poursuivait-il, nous voulions un renversement du régime avec l’aide de la Turquie et des États-Unis », ce qui ne s’est pas produit. Il concluait : « nous devons revoir nos politiques et nos calculs » et sur ces deux dossiers faire « des concessions véritables et douloureuses » si nous ne voulons pas que le monde arabe sombre dans des conflits sans fin.

Dans un pays où les arrestations de « présumés terroristes » sont quotidiennes — le 30 octobre, on annonçait le démantèlement de cellules terroristes qui préparaient des attentats contre des officiels et des stades de football —, où désormais des primes sont offertes pour dénonciation de « terroristes », le prince héritier et ministre de l’intérieur est avant tout préoccupé par le combat contre les groupes transnationaux, du type Al-Qaida ou l’organisation de l’État islamique (OEI). Il privilégie un règlement politique des conflits régionaux, de peur que leur extension ne favorise de tels groupes.

Mais ce débat sur la stratégie cache aussi une lutte pour le pouvoir. L’arrivée du roi Salman sur le trône s’est traduite par l’ascension fulgurante de son fils âgé alors d’à peine 30 ans, Mohammed Ben Salman (MBS), nommé d’abord ministre de la défense puis propulsé vice-prince héritier, soit numéro 3 dans la ligne de succession. « L’ambition de Salman, notait ironiquement un responsable égyptien interrogé au Caire, est de créer une Arabie salmanienne pour remplacer l’Arabie saoudite » et donc de se débarrasser du prince héritier. Celui-ci a été marginalisé, la guerre du Yémen comme les importantes réformes économiques étant confiées à MBS, principal promoteur d’un ambitieux plan de développement nommé « Vision 2030 », lancé en avril 2016 et censé réformer l’économie selon des préceptes que n’aurait pas reniés Margaret Thatcher.

Or, ce plan adopté pour faire face à la chute des revenus pétroliers a provoqué d’importantes augmentations de prix — notamment de l’eau et de l’électricité —, la diminution du pouvoir d’achat des couches moyennes (par la réduction sans précédent des salaires et des primes des fonctionnaires, les premiers touchés étant les universitaires et les militaires, qui ont perdu jusqu’à 50 % de leurs revenus). L’économie a connu en 2016 sa première récession depuis 2009 et le déficit budgétaire a dépassé les 85 milliards de dollars. Il devrait être réduit à 53 milliards en 2017 selon le nouveau budget. La centralisation du pouvoir dans les mains du roi et de son fils rend aussi le processus de décision plus opaque, plus incertain, au grand dam des hommes d’affaires, déjà déstabilisés par les retards de paiement de l’État. Sans parler de l’instabilité gouvernementale marquée par la fusion de diverses administrations et une valse des ministres (quatre ministres de l’éducation en deux ans).

« MBN, le prince héritier, explique un diplomate européen, a eu l’intelligence de se tenir à l’écart à la fois de la guerre au Yémen et des réformes économiques, dont les résultats se font attendre. Il commence à recueillir les fruits de sa patience et il a fait son retour sur la scène politique et médiatique. » D’autant qu’il avait fait connaître ses réticences à l’égard de cette politique à travers des relais d’information denses qui irriguent la société saoudienne, mélange de relations familiales et tribales, mais aussi d’un usage intensif de Twitter — le royaume compte un taux de pénétration de 35 à 40 %, l’un des plus élevés du monde — et de WhatsApp (plus sécurisé), plus de 90 % de la population accédant à Internet à travers le téléphone mobile1. À Riyad, tous ceux qui s’y intéressent connaissent ces jeux de pouvoir, alors que, bien évidemment, rien ne transpire dans les médias.

Pour l’instant, le roi, malgré son âge avancé (plus de 80 ans), tient solidement les rênes du pouvoir. A-t-il toutefois encore les moyens d’imposer son fils comme successeur ? Beaucoup dépendra des suites de la réforme économique, des évolutions régionales, mais aussi de la nouvelle administration qui se mettra en place aux États-Unis le 21 janvier. Tout le monde attend à Riyad, avec un mélange de crainte et d’espoir, la prise de fonction de Donald Trump. Personne, dans les cercles du pouvoir, ne regrettera le président Barack Obama, accusé d’avoir abandonné à son sort Hosni Moubarak, d’avoir trop cédé aux Iraniens, d’avoir failli en Syrie. Et oubliant ses déclarations islamophobes et son penchant pour Israël, on veut espérer que Trump — avec les hommes qu’il a nommés pour conduire la politique des États-Unis — se placera résolument dans le camp hostile à la République islamique, le spectre qui hante la monarchie saoudienne.

1On trouvera des indications intéressantes sur l’usage des médias sociaux dans le monde arabe dans :
- Everette E. Dennis, Justin D. Martin, et Robb Wood, avec Marium Saeed, Media use in the Middle East 2016. A six-nation survey, Northwestern University in Qatar  ;
- Arab social media report, TNS, 2015.