Objectif 11 000 abonnés !

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre d’information hebdomadaire d’Orient XXI

Récit graphique

Lâchage par la France de ceux qui l’ont servie en Afghanistan

Pour suppléer ses soldats expédiés en Afghanistan à partir de 2001, l’armée française a employé de très nombreux traducteurs afghans, les associant à des opérations de guerre. Mais après le retrait, La France a refusé l’asile à la majorité d’entre eux. Un récit graphique poignant raconte cet abandon.

« Traducteurs afghans. Une trahison française », couv. de Pierre Thyss
La Boîte à Bulles, 2020

Caroline Decroix, avocate française, a pris en main les dossiers des employés locaux engagés par l’armée française en Afghanistan entre 2001 et 2014. Plus de 800 personnes au total, des supplétifs d’une armée occidentale motivés par des salaires élevés et la volonté de combattre les talibans. Les tarjuman (interprètes en langue dari) ont accompagné les soldats dans des opérations de traque dangereuses. Mais en se retirant d’Afghanistan, la France a refusé de les exfiltrer et de leur accorder l’asile, les exposant à diverses représailles parfois mortelles. Peu glorieusement, elle a laissé tomber, au sens propre, ces hommes devenus inutiles.

En juillet 2018, l’avocate se rend à Kaboul pour rencontrer ses clients interprètes, plusieurs années après le départ des Français. L’ambassade de France oppose une fin de non-recevoir à leurs demandes de visas, souvent après avoir laissé trainer les choses pendant de longs mois, des années parfois. Elle repartira avec 150 dossiers en souffrance, et des cadeaux de ces hommes qui ont enfin trouvé une personne qui veut bien les écouter et, mieux encore, les défendre.

En danger de mort

Quelques semaines plus tard, de retour à Paris, elle apprend l’assassinat de Qader Daoudzai, dont elle avait récupéré le dossier. Il avait travaillé deux ans pour les forces françaises entre 2010 et 2012, les avait accompagnées de façon « loyale » écrit-il à l’avocate, « dans des situations très dangereuses ». Malgré les récompenses reçues et les attestations flatteuses, ce traducteur n’a eu aucune aide de l’armée française après son retrait et s’est vu opposer un refus à sa demande de visa à l’ambassade. Il se dit en « danger de mort » dès 2015, raconte les menaces, les déménagements, et sera finalement abattu en octobre 2018. Le voyage à Kaboul de l’avocate et la mort de Qader Daoudzai traversent, parmi d’autres, un récit graphique qui vient de sortir, Traducteurs afghans. Une trahison française.

Deux journalistes indépendants, Brice Andlauer et Quentin Müller avaient dans Tarjuman. Enquête sur une trahison française (Bayard, 2019) raconté le destin de plusieurs de ces interprètes, et dressé le constat d’une « administration défaillante, méprisante, xénophobe et amateure ». La France souhaitait en rapatrier le moins possible. À ce jour, seuls 250 tarjuman (sur 800) et leurs familles ont obtenu l’asile en France. Ils ont voulu aller plus loin et avec le dessinateur Pierre Thyss ont présenté sous la forme d’un récit graphique les témoignages de ces hommes abandonnés, désespérés souvent, soumis à la vindicte du voisinage.

Lamentable cynisme

Leur scénario se concentre sur quelques destins de ces parias flattés puis lâchés par l’armée française, rejetés et haïs par une partie de la population afghane. Il ne s’agit pas de juger ni même de qualifier, mais plutôt de raconter leur abandon très loin de la métropole, dommage collatéral d’une sale guerre née de la volonté de vengeance de George W. Bush après le 11-Septembre. Le récit est découpé, le trait en noir et blanc de Pierre Thyss saisit la violence extrême des situations tout en restituant la douceur de caractère et de traits de nombreux Afghans.

On est sidéré du lamentable cynisme des autorités françaises, qui craignent que d’autres traducteurs sur d’autres « théâtres extérieurs » — l’armée en emploie plus de 3 000, notamment au Sahel — ne s’inspirent de leurs homologues afghans. La France se révèle mesquine, traîtresse à ses promesses comme à sa réputation. Traducteurs afghans. Une trahison française est une mise en images efficace de petites histoires et d’une grande bassesse.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.