18 668 €Collectés
31%
60 000 €Objectif
17/33Jours

Gaza 2023—2024

« Telk Qadeya », l’hymne d’une rupture avec le monde occidental

La chanson « Telk Qadeya » (« Ceci est une cause ») du groupe égyptien Cairokee connaît un succès exceptionnel depuis sa sortie fin novembre 2023. En dénonçant l’indignation sélective du discours occidental qui se prétend à la pointe des combats progressistes mais n’a aucune considération pour le génocide en cours à Gaza, le titre traduit un ressentiment largement partagé dans le monde arabe.

Image du single de « Telk Qadeya »

C’est l’histoire d’une valse à trois temps qui est en train de devenir l’hymne d’une jeunesse arabe. « Telk Qadeya » (« Ceci est une cause ») est le dernier single de Cairokee, groupe de rock égyptien « avec une touche de fantaisie » (« with a twist »), selon leur propre expression. La chanson est sortie le 30 novembre 2023, presque deux mois après le début de la guerre génocidaire sur Gaza. L’annonce en a été faite sur les comptes officiels du groupe sans fioriture ni discours grandiloquent. Mais la chanson a fait plus d’un million de vues sur la seule chaîne YouTube du groupe, et a été reprise fin décembre par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, illustrée par des vidéos de bombardements à Gaza. Si les mots « Gaza » ou « Palestine » ne figurent nulle part dans le texte, tout le monde sait bien de quoi il est question, et quel ordre mondial — mis à nu par la situation dans les territoires occupés — cette chanson vient pointer du doigt.

Cairokee - Telk Qadeya كايروكي - تلك قضية - YouTube

Largement partagé depuis sa sortie, le titre se retrouve sur les comptes des réseaux sociaux des Palestiniens de Gaza, adopté par ceux-là même dont il souhaitait porter la voix. Le groupe a d’ailleurs été invité à l’interpréter sur scène durant la cérémonie de clôture du festival égyptien du film d’El-Gouna, le 21 décembre 2023, où, contrairement au Red Sea Film Festival de Djeddah programmé quelques jours plus tôt, l’actualité palestinienne était fortement présente.

De la révolution égyptienne à la Palestine

À travers son nouveau titre « Telk Qadeya », Cairokee renoue ainsi avec sa tradition de chanson politique. Formé en 2003 au Caire, le groupe a commencé à connaître un large succès en 2011, en signant la chanson qui deviendra la bande originale de la révolution du 25 janvier 2011, « Sout Al Horeya » (« La voix de la liberté »), en collaboration avec l’acteur et chanteur Hany Adel, à l’époque membre du groupe Wust El Balad. Le clip a été filmé sur la place Tahrir au lendemain du départ de Hosni Moubarak.

Sout Al Horeya صوت الحريه Amir Eid - Hany Adel - Hawary On Guitar & Sherif On Keyboards - YouTube

Depuis, Cairokee a connu de nombreux succès sans cependant échapper à la censure, notamment pour son album No’ta Beeda Point blanc ») en 2017 qui n’a pas été commercialisé en Égypte. Car contrairement à d’autres, le groupe a refusé toute compromission avec le régime du président Abdel Fattah Al-Sissi. Et c’est dans la fidélité à ses premiers engagements que sort aujourd’hui la chanson « Telk Qadeya », dont les paroles sont signées Mostafa Ibrahim, le « poète mélancolique de la révolution égyptienne ».

Exclus de l’espèce humaine

Au fil des vers, la chanson dresse un état des lieux cru de la situation politique pour souligner l’étendue du fossé qui s’est creusé depuis le 7 octobre :

Être un ange de blanc vêtu
Avec une moitié de conscience
Faire cas du mouvement des libertés
Faire fi des mouvements de libération
Aux morts prodiguer son affection
Selon leur nationalité
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Les paroles ne se contentent pas de relever l’indignation sélective et les doubles standards d’un monde occidental qui a exclu les Palestiniens de l’espèce humaine, « comme si la terre qui les revêt/Ne venait pas de la planète terre ». Elles pointent également la logique inhérente à cette partie du monde qui se gargarise de combats sociétaux devenus les marqueurs d’une évolution morale dont l’Occident aurait l’exclusivité, tout en restant insensible au sort d’êtres humains en dehors de sa sphère culturelle. « Ça c’est une chose/Et ça c’en est une autre », martèle la chanson face à celui qui va « secourir des tortues marines/Et tuer des animaux humains »1, ou à cet autre qui appelle « son concierge "gardien" Aux côtés d’une armée qui abat des écoles »2.

Rupture consommée

La bande originale de ce constat est servie par la voix grave et posée du leader du groupe Amir Eid qui, pendant la première partie du morceau, interpelle l’Autre. Mais à mesure que la musique va crescendo, qu’un rythme oriental vient se mêler à celui de la valse et que les violons entrent en scène, la voix du chanteur monte dans les aigus. Son interlocuteur change d’identité : il ne s’adresse plus à celui qui « renvoie dos à dos/La victime et le bourreau/En tout honneur, intégrité/Et en toute neutralité » — référence sarcastique au discours médiatique qui se drape d’objectivité pour justifier l’invisibilisation des massacres en cours —, il parle avec celui qui « surgit des décombres » et lui dit :

Tu rassembles tes restes et tu te bats
Et tu montres à ce monde hypocrite
Comment fonctionne la loi de la jungle
Par où passe le chemin de la liberté
Et par où on attaque un char

En faisant explicitement référence à la lutte armée, la chanson interroge les normes légales que l’Occident a lui-même mises en place, et qu’il est le premier à contester. Elle entérine le refus de dépendre des détenteurs d’un discours creux n’ayant que de piètres condamnations à présenter « pour arrêter le carnage ».

Il n’est nullement question ici d’appeler à la démission. Juste ne plus rien attendre du camp d’en face : « Qu’importe que le monde se taise/Tu mourras libre et sans te rendre ». Deux paradigmes s’opposent, « Car ça c’est une chose/Et là c’est un combat », conclut la voix du chanteur, avant de s’évanouir dans un solo à la guitare électrique empreint de notes de blues.

Dès la sortie de « Telk Qadeya », la traduction anglaise du poème a été diffusée par Cairokee avec la chanson. L’image illustrant le single montre un buste de la statue de la Liberté à deux têtes, dénotant le double discours, au milieu d’un tableau rouge sang. Un message on ne peut plus limpide pour qui veut bien l’entendre.

Traduction du texte de la chanson par Nada Yafi.

Secourir des tortues de mer
Tuer des animaux humains
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Être un ange de blanc vêtu
Avec une moitié de conscience
Faire cas du mouvement des libertés
Faire fi des mouvements de libération
Aux morts prodiguer son affection
Selon leur nationalité
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Comment être civilisé
Satisfaire à tous les critères
Avoir un langage mesuré
Se plaire à embrasser les arbres
Appeler son concierge « gardien »
Aux côtés d’une armée qui abat des écoles
Se voir éclaboussé de sang
Et dire que tout le monde est victime
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Comment puis-je croire en ce monde
Qui vous parle d’humanité
Quand une mère pleure son enfant
Mort de faim
Ou sous les bombes
Un monde qui renvoie dos à dos
La victime et le bourreau
En tout honneur, intégrité
Et en toute neutralité
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Comment pourrais-je dormir en paix
Comment me boucher les oreilles
Lorsqu’une famille entière
Est enterrée dans sa maison
Et qu’on empêche les secours
Comme si la terre qui les revêt
Ne venait pas de la planète terre
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Habiter une vaste prison
Aux cellules de feu et de cendres
Et pouvoir surgir des décombres
En s’arrachant à ses blessures
Pour rendre gorge à l’assaillant
Pour dire à ce monde hypocrite
C’est là votre loi de la jungle
Trouver la voie de la liberté
Savoir pulvériser un char
Ça c’est une chose
Et ça c’en est une autre

Qu’importe que le monde se taise
Tu mourras libre et sans te rendre
Pour que des générations à venir
Apprennent à défendre une cause

À quoi bon adjurer le monde
Pour qu’il dénonce et qu’il condamne
Il peut condamner à sa guise
Mais pour arrêter le carnage
Réduire la poudre et le fracas
Ramener la lumière du matin
Condamner ne suffira pas

Car ça c’est une chose
Et là c’est un combat

1L’expression est une référence au ministre de la défense israélien Yoav Galant qui a qualifié les Palestiniens d’ « animaux humains ».

2Le terme « gardien » étant plus politiquement correct que celui de « concierge ».

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.