31 883 €Collectés
53%
60 000 €Objectif
26/47Jours

Conflit

Syrie. À Idlib, Mohamed Al-Joulani dans la tourmente

Résultat d’une guerre civile qui dure depuis treize ans, la Syrie est un État morcelé et son président Bachar Al-Assad n’exerce son pouvoir que sur 70 % du pays. Parmi les provinces qui lui échappent, celle d’Idlib, située au nord-ouest. La région est en proie à l’instabilité et largement sous le contrôle de Hay’at Tahrir Al-Cham (HTC) et de son chef, Mohamed Al-Joulani.

5 mars 2020. Dans la province d’Idlib au nord de la Syrie, l’armée du régime (et ses alliés russes) mène des frappes aériennes sur des infrastructures civiles telles que des installations médicales dans sa lutte contre Hay’at Tahrir Al-Cham (HTC).
Flickr

Le 4 avril 2024, Abou Maria Al-Qahtani, un haut responsable du groupe Hay’at Tahrir Al-Cham (HTC) qui contrôle la région d’Idlib a été assassiné. Il venait d’être libéré de prison après avoir été accusé d’espionnage par Abou Mohamed Al-Joulani1, le Golan, fondateur et dirigeant de HTC. Le crime a été attribué à l’organisation de l’État islamique (OEI). Cette péripétie meurtrière s’est déroulée sur fond de contestation de la conduite des politiques publiques par HTC. Depuis deux ans, les manifestations se succèdent dans la région, mettant en cause la détérioration de l’économie et des services publics. Les plus récentes réclament la libération des opposants présentés comme des agents de l’étranger et dénoncent les sévices infligés aux prisonniers par le Service général de sécurité (SGS).

Le 15 mars, des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la place centrale de la ville d’Idlib pour marquer le treizième anniversaire du soulèvement syrien en criant « Le peuple veut la chute d’Al-Joulani », réactivant ainsi le slogan emblématique des « printemps arabes ». « Nous nous sommes prononcés contre Bachar Al-Assad à cause de l’oppression, et nous le faisons maintenant pour les mêmes raisons », a déclaré un manifestant aux médias nationaux2.

Confronté à la réprobation générale, Al-Joulani a proposé sa démission à condition qu’un nouveau dirigeant soit accepté par consensus majoritaire. Il a par ailleurs promis une réforme du SGS et déclaré une amnistie générale assortie d’une indemnisation des personnes arrêtées à tort. En vue d’améliorer les modalités de sa gestion des affaires publiques, il a évoqué la création d’un conseil d’experts qui donnera son avis sur les décisions politiques et stratégiques, ainsi que de comités communautaires pour recevoir les doléances des habitants.

Un itinéraire singulier

Ancien professeur d’arabe classique, Mohamed Al-Joulani a déjà un long parcours de djihadiste quand il réalise la fusion de Jabhat Al-Nosra, franchise d’Al-Qaida, avec d’autres factions djihadistes, en janvier 2017. Il crée alors Hay’at Tahrir Al-Cham, une force militaire estimée à 40 000 hommes, complétée par des recrutements de jeunes syriens en déshérence économique à qui il offre des salaires mensuels allant de 100 à 300 dollars (soit entre 93 et 280 euros)3.

Parvenu à contrôler 75 % de la poche d’Idlib sous couvert d’un gouvernement de salut syrien (GSS), Mohamed Al-Joulani a mis en place une administration qui perçoit l’impôt auprès des commerçants, prélève des droits de douanes à Bab Al-Hawala, le point de passage avec la Turquie, et tire bénéfice du trafic de captagon - l’une des drogues les plus consommées au Proche-Orient et raffinée à haute dose en Syrie, une corne d’abondance pour la famille Al-Assad.

Pragmatique dans un gouvernorat qui n’a jamais adhéré au sunnisme radical, Al-Joulani s’est gardé de faire appliquer la charia de façon trop rigoureuse. Il tolère le kufr (l’incrédulité en islam), autorise les femmes à se maquiller, à aller au cinéma, et leur permet de créer des associations. Il a également suspendu l’appareil chargé de la promotion de la vertu et de la prévention du vice (hisba) et rouvert les églises4. Des décisions sévèrement critiquées par les salafistes qui lui reprochent de s’éloigner de l’islam. Une critique reprise le 17 avril par le groupe d’érudits musulmans, la Ligue des oulémas du nord de la Syrie (Rabitat ahl al-ilm fi chamal Al-Cham).

Plus souvent en costume cravate qu’en treillis, Al-Joulani n’hésite pas à se rendre dans les quartiers populaires, à écouter les doléances liées aux conditions de vie ou à la cherté des produits alimentaires et, sans craindre la démagogie, à sortir quelques billets (des livres turques) pour les distribuer. Il se déplace aussi bien pour visiter des villages chrétiens que pour se rendre dans la partie druze de Jabal Al-Soummaq, au nord d’Idlib, et dans la plaine d’Al-Roj, peuplée de sunnites préoccupés par les problèmes d’adduction d’eau.

Des déplacements, largement médiatisés par la chaîne de HTC via la messagerie Telegram, dans le but de contribuer à asseoir sa stature d’homme d’État. En mal de convaincre l’opinion internationale qu’il s’est définitivement assagi et que ses affiliations précédentes étaient de simples erreurs de jeunesse, il n’hésite pas à déclarer : « Nous sommes prêts à nous réconcilier avec tout le monde et à ouvrir une nouvelle page à travers une réconciliation globale. Occupons-nous de nos ennemis plus que de nous-mêmes et de nos désaccords »5.

Mettant à profit l’incapacité des forces loyalistes à le vaincre, Mohamed Al-Joulani lève bien haut l’étendard de la révolution. Dans un message vidéo du 2 janvier 2023, il s’engage à se battre jusqu’au renversement du gouvernement de Damas. Dans la foulée, il a monté des opérations militaires contre les troupes gouvernementales au sud d’Idlib, au nord-ouest d’Alep et au nord-est de Lattaquié. Et à l’été 2022, désireux d’étendre son aire d’influence, il a aussi lancé des opérations militaires sur Afrin, Azaz, Al-Bab et Jarablous pour affaiblir les factions djihadistes fidèles à la Turquie, regroupées au sein de l’Armée nationale syrienne (ANS). En réaction, Ankara s’est contentée d’envoyer une force d’interposition.

Pour le chercheur Nawar Oliver, du centre de réflexion Omran basé en Turquie, les Turcs cherchent peut-être à « miser sur le groupe le plus organisé pour contrôler les autres factions rebelles ». HTC veut de son côté « envoyer des signes clairs indiquant qu’il est capable de contrôler la région »6.

Un territoire très convoité

En 2011, dès la transformation de la contestation pacifique de son pouvoir autoritaire en lutte armée, Bachar Al-Assad trouve un protecteur en la personne du président russe Vladimir Poutine à qui il concède des bases militaires terrestres et maritimes. Il reçoit par ailleurs l’aide de la République d’Iran qui entend faire des membres de la famille dirigeante - des musulmans d’obédience alaouite assimilés à des chiites mais surtout d’insatiables corrompus - des obligés qui constitueraient le chaînon manquant entre le chaudron irakien post-Saddam Hussein et le Hezbollah libanais.

La Turquie se range aux côtés des rebelles syriens. Elle a toujours eu des relations fluctuantes avec le régime de Bachar Al-Assad, et est convaincue que ses jours sont comptés. D’abord constituée de démocrates sous l’appellation d’Armée syrienne libre (ASL), l’entité est rapidement infiltrée par des groupes djihadistes mieux organisés et mieux armés, prétendant eux-aussi lutter contre le pouvoir de Damas.

En mai 2017, malgré des affrontements ininterrompus et d’intenses bombardements russes, les forces d’Assad ne parviennent pas à venir à bout des groupes dissidents. Sur proposition du président russe, la Russie, l’Iran, la Turquie, ainsi qu’une délégation de représentants de l’opposition basée à l’étranger et d’émissaires de Damas, se retrouvent à Astana, capitale du Kazakhstan, dans l’optique de mettre en place des « zones de désescalade », selon la terminologie de Vladimir Poutine. Les opposants au régime souscrivent à cette proposition tout en la conditionnant à l’arrêt des bombardements sur les civils. Mais comme ils n’obtiennent pas de garantie à ce sujet et que les bombardements se poursuivent durant la rencontre, ils quittent la conférence.

La diplomatie dans l’impasse

La Turquie, l’Iran et la Russie signent alors un accord qui prévoit de démilitariser quatre zones sous emprise des rebelles et des djihadistes : la Ghouta orientale, vaste quartier de Damas, Deraa, ville emblématique de la contestation armée contre le régime, Rastane, l’une des plus grandes agglomérations de la province de Homs, et enfin la province d’Idlib s’étendant sur 6000 km2, qui partage une frontière avec la Turquie. Idlib est un territoire agricole prolifique, traversé par l’autoroute M4, axe crucial reliant Lattaquié à Alep et à l’est du pays. C’est aussi un refuge pour 2 millions de déplacés vivant pour la plupart sous des tentes ou, pour les plus chanceux, dans des habitats hâtivement montés par le Croissant-rouge turc.

En difficulté dans le reste de la Syrie, certains groupes djihadistes et plusieurs dizaines de combattants de l’ASL se replient dans l’enclave d’Idlib où ils ne tardent pas à s’affronter entre eux pour en assurer le contrôle. Après avoir contrecarré leurs ambitions, Hay’at Tahrir Al-Cham mieux structurée, parvient à s’imposer primus inter pares (premier parmi les pairs). Considérant que l’accord d’Astana ne les engage pas, les forces loyalistes reprennent trois des quatre zones à démilitariser. Seule Idlib leur échappe : un échec relatif qui incite le régime syrien à envisager de relancer son offensive.

Cette intention fait l’objet d’une réprobation internationale. L’Organisation des Nations unies (ONU) évoque une opération militaire qui pourrait déclencher « la pire catastrophe humanitaire du XXIe siècle »7. Une déclaration propre à satisfaire pleinement la Turquie, forte de ses douze postes d’observation obtenus dans le cadre de l’accord d’Astana, et arc-boutée contre la perspective de voir arriver de nouveaux réfugiés venant s’ajouter aux 3,4 millions qu’elle accueille déjà. De plus, la province d’Idlib se situant dans la continuité de la région d’Afrin, sous son contrôle depuis mars 2018, sa maîtrise par le biais de ses proxies s’inscrit parfaitement dans sa logique d’empiètement du territoire syrien.

Dès lors que l’armée syrienne et ses alliés russes ont dû renoncer à leur projet, un fragile statu quo s’installe, qui n’empêche ni les bombardements aériens au-dessus des villages et des infrastructures médicales (y compris avec des barils d’explosifs), ni les affrontements entre les soldats turcs et ceux de Bachar Al-Assad.

Prenant acte de la situation, Russes et Turcs paraphent un nouvel accord qui détermine une « zone démilitarisée » contrôlée par des patrouilles conjointes russo-turques en octobre 2018, à Sotchi, sur les bords de la mer Noire. L’armée syrienne se voit attribuer la responsabilité de la sécurité des pourtours de l’enclave. L’accord stipule qu’Ankara s’engage à venir à bout des formations takfiristes (extrémistes islamistes adeptes d’une idéologie violente) foisonnantes dans le réduit rebelle.

Fidèle à sa politique de soutien aux groupes islamistes, et au grand dam du Kremlin, Ankara ne tente rien dans ce sens. Bien que toujours en conflit avec les factions soutenues par Ankara, Abou Mohamed Al-Joulani, envoie des signaux en direction de la Turquie.

Une réconciliation entre Ankara et Damas ?

Après des années de tension, un rapprochement s’esquisse entre le président turc Recep Tayyip Erdoğan et Bachar Al-Assad en dépit de nombreux sujets de désaccords, notamment à propos de la maitrise des eaux de l’Euphrate et de la complaisance de la Turquie envers les groupes armés opposés à Damas. Afin d’accéder au rang de puissance régionale incontestée, la Turquie a réactivé son mantra « zéro problème avec les voisins ». Et la Syrie en fait évidemment partie, surtout depuis sa réintégration dans la Ligue arabe en mai 2023.

Si le président turc trouve les bases d’un « gentleman agreement » avec son homologue de Damas, Al-Joulani risque de servir de monnaie d’échange. Car Bachar Al-Assad n’entend pas transiger sur l’intégrité territoriale de son pays, posant en préalable à toute négociation le départ des troupes turques installées sur la frontière nord côté syrien. Présentement, ses exigences se heurtent à un refus d’Erdoğan qui invoque des « raisons de sécurité » liées, selon lui, à la présence des Forces démocratiques syriennes (FDS) à forte composante kurde.

Récemment, pour Al-Joulani le ciel s’est encore assombri et il fait face à une opposition interne revigorée. En dépit de la revendication de l’État islamique au Khorasan (EI-K), Vladimir Poutine a accusé HTC d’avoir perpétré l’attentat du 22 mars au Crocus City Hall et promis une éradication du groupe.

Bachar Al-Assad vient en outre de désigner Souheil Al-Hassan, surnommé le Tigre, commandant des Forces spéciales (FS) chargé de venir à bout de l’Armée nationale syrienne (ANS) réfugiée dans Idlib. Proche de la Russie et décoré par Poutine, Al-Hassan s’est distingué par sa pratique de « la terre brûlée ». L’assaut contre l’ANS ne serait-il qu’une sorte de hors-d’œuvre, préfigurant une attaque d’une autre ampleur contre HTC ?

La reconnaissance internationale se faisant attendre pour HTC, qui figure toujours sur la liste des organisations terroristes des États-Unis et du Canada, l’avenir politico-militaire de Mohamed Al-Joulani demeure plus que jamais tributaire d’éventuels arrangements entre Bachar Al-Assad et Recep Tayyip Erdoğan.

1Al-Joulani laisse supposer qu’il est issu du Golan. En fait il serait né à Deraa, berceau de la révolution de 2011.

2BBC News, 22 mars 2024.

3En Syrie, le salaire moyen est estimé à 60 dollars, soit 56 euros.

4Mohammed Hardan, « Syrian Salafistes oppose opening of movie theatre in Idlib », Al-Monitor, 12 novembre 2023.

5Élie Saïkali, « L’unité rebelle, enjeu décisif de la bataille d’Idleb », L’Orient-Le Jour, 18 janvier 2018.

6AFP, Paris, 10 septembre 2018.

7AFP, Paris, 18 octobre 2022.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.