19 404 €Collectés
65%
30 000 €Objectif
24/33Jours

La paix plus que jamais improbable en Syrie

Alors que se tient, ce mardi 30 janvier, le Congrès du dialogue national syrien convoqué par les Russes à Sotchi, les espoirs de « percée politique » sont faibles. L’opposition et les Kurdes ont boycotté la réunion, tandis que les combats s’intensifient à travers la Syrie et que la Turquie poursuit son offensive contre les rebelles kurdes.

Chars de l’armée turque.
DR

Tout fout le camp ! Alors que certains pariaient encore sur une paix possible ou du moins sur un conflit de basse intensité, les cartes sont une nouvelle fois rebattues en Syrie où même les anciens partenaires sont en désaccord et les alliances d’hier montrent leurs fragilités béantes. S’il en fallait une preuve, il suffit de regarder le spectacle de l’offensive militaire turque dans le nord-ouest syrien, notamment à Afrin, et la désagrégation des dernières conférences de paix à Genève sous l’égide de l’ONU, et de Sotchi en Russie à l’invitation de Moscou.

Voici le paysage : la Ghouta de Damas, la grande oasis dont la rivière du Barada irriguait en des temps plus heureux les champs et les vergers est en proie aux flammes. Cette région contrôlée par les rebelles et qui menace la capitale est soumise aux bombardements intensifs russes et syriens. Dans le même temps et appuyée par l’aviation russe, l’armée syrienne a lancé en décembre une vaste offensive contre la province d’Idlib (au sud d’Alep), une région majoritairement contrôlée par les groupes djihadistes dont le fer de lance est le Front Al-Nosra (l’ex-branche syrienne d’Al-Qaida). Dans cette province aussi, les bombardements aériens provoquent de nouveaux déplacements de population.

L’organisation de l’État islamique (OEI), bien que moribonde après avoir été chassée de son fief à Rakka et de Deir Ezzor à l’est, n’est pas tout à fait morte — contrairement aux affirmations du président Donald Trump à Davos — et poursuit des opérations ponctuelles. Même Alep, la capitale du nord, « pacifiée » en décembre 2016 grâce à l’alliance syro-russe avec le concours du Hezbollah chiite allié de l’Iran reste encore à un jet d’obus des régions tenues par les rebelles à l’ouest de la ville, sur la route principale la reliant à Damas. En outre, plus de la moitié des 21 millions d’habitants du pays est déplacée ou réfugiée à l’étranger, une source d’angoisse permanente pour les Européens.

Sur cette sombre toile de fond, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a lancé depuis une semaine une offensive d’envergure contre le nord-ouest de la Syrie, une région majoritairement kurde mais aussi arabe sous le feu de l’aviation et des chars turcs. « Peu importe le nom de l’organisation terroriste, qu’il s’agisse de Daech, du Parti des travailleurs du Kurdistan ou des YPG. Avec l’aide de Dieu, nous les écraserons comme un rouleau compresseur », a-t-il déclaré samedi 20 janvier, après avoir mis en avant les « menaces » contre son pays, à sa frontière.

Alors que plusieurs pays occidentaux ont émis des appels à la retenue, Ankara a même lancé samedi un avertissement fort peu diplomatique à Washington, son principal allié en Asie orientale et au sein de l’Alliance atlantique, en le sommant sans ménagement de se retirer des régions où la Turquie menace d’élargir son offensive.

La souris qui rugit devant le tigre

Le chef de la diplomatie turque a en effet exigé que les États-Unis retirent « immédiatement » leurs militaires déployés à Manbej, ville du nord de la Syrie, ce gros bourg situé à l’ouest de l’Euphrate, contrôlé par les Unités de protection du peuple (YPG) et allié (de circonstance ?) de Washington. Peuplée de Kurdes et d’Arabes, la ville est située à une centaine de kilomètres à l’est de la région d’Afrin. Plusieurs centaines de militaires américains y sont déployés, et l’on évoque le risque d’une confrontation directe avec les forces américaines. Jusqu’à présent, Washington comme Moscou (mais aussi l’Union européenne) se sont contentés d’appeler leur allié à « la retenue » tandis que les Américains ont promis, aux dires de la présidence turque, de ne plus livrer d’armes aux YPG. Cependant, les États-Unis par la voie du Centcom ont déclaré dimanche, en réponse aux Turcs, qu’ils ne se retireront pas de Manbij, et ces derniers semblent à la peine dans leur avancée en raison de la résistance des Kurdes.

La Turquie d’Erdoğan a de nombreuses cartes en main. Tout en maintenant une forte concertation avec Moscou et Washington, elle peut jouer les trouble-fêtes avec les Européens en ouvrant les vannes des réfugiés syriens et autres étrangers sur son territoire, actuellement retenus contre argent comptant et trébuchant de l’UE qui ne craint rien de pire qu’un nouvel afflux d’étrangers. Mais comme on l’a vu au cours des six dernières années de conflit syrien où rien n’est jamais sûr et où tout est toujours mouvant, la donne peut se retourner contre la politique d’Ankara, une puissance régionale qui « rugit et agit », selon l’expression d’un diplomate européen soulignant le ton très nationaliste et populiste des dirigeants turcs.

Quoi qu’il en soit, l’opération turque, baptisée « Rameau d’olivier » a renforcé les tensions entre la Turquie et les États-Unis, ne serait-ce qu’à cause de la rhétorique fortement antiaméricaine d’Ankara. Quant aux Russes, après avoir accepté l’ultimatum — certes concerté avec les Turcs — de retirer leurs hommes de cette zone de guerre, ils semblent pour l’instant dans l’attente, sans doute aussi déçus de voir les Kurdes ne pas céder à leur proposition d’entrer dans le giron du régime de Damas. Les Kurdes ont ainsi fait savoir qu’ils tenaient à conserver leur quasi-autonomie dans les régions qu’ils contrôlent, gagnée au « prix » de leur alliance avec la coalition occidentale pour défaire l’OEI dans ses fiefs, et qui leur a coûté de nombreux combattants.

Si Erdoğan arrive à ses fins — ce qui se passera effectivement si ses « alliés » le laissent faire — il aura sous son contrôle quelque 910 km2 de région frontalière dont les trois quarts sont actuellement contrôlés par les YPG. Déjà en mars 2016 la Turquie voulait créer une « zone de sécurité » de 30 km de profondeur à l’intérieur de la Syrie. L’offensive actuelle constitue en quelque sorte l’accomplissement de ce projet. À l’époque, certains craignaient même qu’Alep — dont le sort n’était pas joué — soit mangée « à la sauce turque ».

L’occasion pour Ankara de lancer son opération a été donnée par les grands stratèges du Pentagone à Washington, lorsqu’ils ont annoncé que les États-Unis se préparaient à former une force de quelque 30 000 miliciens kurdes ! Il n’en fallait pas plus pour que la Turquie voie rouge, tape sur la table et saisisse le bon moment. Les Américains se sont depuis plus ou moins rétractés, clarifiant — ou obscurcissant — leurs propos, mais le mal était fait. Bêtise, complot, occasion manquée de se taire, dérapage ou plan concerté, nul ne sait pour l’heure.

Le plus absurde dans cette nouvelle offensive (une première incursion turque avait déjà eu lieu dans la province d’Idlib à l’automne 2017) est que les forces turques, membres de l’OTAN répétons-le, sont cette fois-ci accompagnés par des membres de l’Armée syrienne libre (ALS) et surtout de nombre de djihadistes (dont des anciens d’Al-Qaida) qu’un officier français, cité par l’hebdomadaire satirique français Le Canard enchaîné (24 janvier 2018), a qualifié de « semeurs de merde recyclés ».

D’échec diplomatique en échec diplomatique

Comment s’étonner dans ces conditions que le processus de négociation de Genève et la grande conférence prévue dimanche 28 janvier à Sotchi soient en échec ? L’opposition au régime de Bachar Al-Assad a annoncé dans la nuit de vendredi 26 à samedi 27 janvier à Vienne (qui a remplacé Genève pour le neuvième cycle de pourparlers lancés en 2015) qu’elle allait boycotter le congrès organisé par la Russie à Sotchi. C’est ce qu’a annoncé sur son compte Twitter en arabe le Comité des négociations syriennes (CNS), qui représente les principaux groupes d’opposition.

En fait, les négociations de Genève étaient quasi mort-nées dès le départ, tant les positions des deux délégations — qui ne se sont jamais rencontrées en tête-à-tête — étaient irréconciliables, et leurs échanges un dialogue de sourds, avec force invectives.

Officiellement, le gouvernement syrien voulait montrer sa bonne volonté en se rendant sur les bords du lac Léman à l’invitation de l’ONU, mais sans rien vouloir céder sur le fond aux exigences d’une opposition plutôt désunie sur nombre de questions. Nouvelle Constitution, élections, avenir de Bachar Al-Assad, gouvernement de transition : le gouvernement baasiste ne veut transiger sur rien. « Et il ne le fera pas tant qu’il sent qu’il a le vent en poupe depuis que l’OEI et les rebelles sont en mauvaise situation », nous indique un proche du pouvoir à Damas.

Le négociateur en chef du gouvernement, Bachar Al-Jaafari, ambassadeur de la Syrie auprès de l’ONU, un sunnite, a accusé vendredi Washington et ses alliés français, britanniques, saoudiens et jordaniens de « tuer » le processus politique, avec une proposition de feuille de route soumise par l’émissaire des Nations unies Staffan de Mistura prévoyant notamment une réduction des pouvoirs du président syrien. « Cela relève de l’humour noir » que des pays qui « ont participé au bain de sang du peuple syrien » prétendent « parler d’une solution politique et de l’avenir de la Syrie », a-t-il déclaré à la presse.

En fait, selon la feuille de route de l’ONU, le but est d’« éviter un vide constitutionnel ou juridique pendant le processus de transition politique qui est en cours de négociation ». La future Constitution est l’un des quatre sujets mis à l’ordre du jour des discussions par le médiateur de l’ONU, avec la lutte contre le terrorisme, la gouvernance (terme flou pour évoquer une transition politique) et l’organisation d’élections. « Or, Damas n’a jamais été vraiment intéressée par la transition politique (une proposition de l’opposition qui permettrait un départ à terme de Bachar Al-Assad) », selon un bon connaisseur et proche du régime. Quant aux élections, elles sont inimaginables à court ou moyen terme dans un pays exsangue, dont la moitié de la population est déplacée, et qui a fait quelque 350 000 morts en six ans de conflit.

Quant au congrès de Sotchi voulu par Moscou, en fait un anti-Genève, même s’il est présenté comme son complément — et que certains pays occidentaux soupçonnent de vouloir contourner le processus onusien — il devait rassembler quelque 1 600 participants, Kurdes compris. La Russie a invité à ce congrès « tous les principaux acteurs régionaux et internationaux », en plus de représentants de la population syrienne, y compris le gouvernement et l’opposition, selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Mais le refus des Kurdes comme celui de l’opposition syrienne réduisent Sotchi à une coquille vide et représentent un grave échec pour la Russie.

« Des percées immédiates sont peu probables concernant le règlement politique en Syrie », a reconnu lundi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, ajoutant que « seul un travail patient, progressif et minutieux est possible pour avancer. »

Un pays amputé

Tout cela ressemblerait presque à de l’histoire ancienne, et l’avenir de la Syrie paraît encore bien sombre. La Syrie risque de devenir encore plus le pays du « toujours moins », selon l’expression de l’universitaire et diplomate libano-français Ghassan Salamé, avec l’amputation possible programmée par l’opération turque. Sous mandat français entre les deux guerres mondiales, il s’était déjà vu amputé d’une partie de son territoire avec la cession de la région du port d’Alexandrette à la Turquie (appelée désormais province de Hatay) par la France dans les années 1930. L’amputation a également touché Mossoul, à l’est, cédée à l’Irak, puis la Syrie a perdu la plaine de la Bekaa, à l’ouest, cédée au Liban pour constituer le Grand Liban actuel. Sans parler de l’annexion israélienne du Golan conquis durant la guerre de juin 1967.

« Le régime a gagné », entend-on claironner de Damas à Téhéran en passant par Moscou et les alliés de ces capitales. Peut-être, mais la Syrie a perdu. Elle a perdu ses fils et ses filles, une grande partie de son beau patrimoine, son âme et sans doute tout espoir de renaître un jour prochain. Toutes ses forces vives sont éteintes, et les clignotants sont tous sombres.

Soutenez Orient XXI

Orient XXI est un média gratuit et sans publicité.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don défiscalisé.