Politique, culture, société, économie, diplomatie

Les ratés de l’opération « Tempête décisive » au Yémen

Désastre humanitaire, impasse politique, progression des djihadistes

Le 4 septembre, une attaque menée par les miliciens houthistes a tué 60 soldats des armées du Golfe engagées sur le terrain yéménite. Cette hécatombe vient incarner l’enlisement d’un conflit débuté il y a près de six mois et que personne ne semble plus réellement en mesure de remporter. Entre prises territoriales d’Al-Qaida, promesses d’un accord de paix sous l’égide d’Oman, engagement des forces terrestres de la coalition, grande offensive des tribus anti-houthistes vers Sanaa et attaques des houthistes en territoire saoudien, il est difficile d’y voir clair. La confusion n’empêche toutefois pas de dresser un bilan de l’opération « Tempête décisive » emmenée par l’Arabie saoudite.

Lorsque le 25 mars 2015, les armées de dix pays — soutenues en coulisse par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis — lançaient leur offensive «  Tempête décisive  »1 contre le mouvement houthiste, la légitimité de la guerre, certes contestable, pouvait se défendre avec quelques arguments de bonne foi. L’attitude offensive des houthistes et leur politique du fait accompli — quand ils avaient opéré en janvier 2015 un véritable coup d’État contre le président de la transition Abd Rabbo Mansour Hadi, s’étaient manifestement alliés avec l’ancien président Ali Abdallah Saleh et avaient envahi Taez et Aden — semblaient aboutir à une impasse politique pour le pays. Du point de vue saoudien, la coupe était pleine  ; une coalition était alors constituée dans l’urgence. Elle devait permettre de rétablir l’autorité de Hadi, «  président légitime  », mais aussi de briser les houthistes dans leur élan afin de saper la capacité de nuisance de l’Iran au Yémen. La structure de la coalition laissait toutefois le rôle de chacun largement indéterminé. Rien ne semblait pouvoir être refusé aux Saoudiens par leurs neuf alliés en mal d’argent, de reconnaissance ou, s’agissant de leurs soutiens occidentaux, notamment français et britannique, de contrats.

Dès le départ, le projet d’offensive saoudienne contre les houthistes s’est révélé quelque peu vicié. Il était par ailleurs bien peu conforme aux standards qui se sont imposés pour ce genre d’opérations en matière humanitaire. L’attaque a surpris jusqu’au personnel de l’ONU en poste à Sanaa qui, sous les bombes, a mis plusieurs jours avant de trouver un moyen d’évacuer le pays. Les civils, sans ultimatum, n’ont pas eu le temps de faire quelques provisions ou d’organiser leur fuite, par exemple dans les zones rurales plus calmes.

Près de six mois après son lancement, il est devenu indéniable que les objectifs — initialement discutables mais ni aberrants ni irrationnels — n’ont pas été atteints. Reconnaître l’échec de la stratégie saoudienne et des grandes puissances qui la soutiennent est un impératif si l’on souhaite conserver le mince espoir de voir le Yémen échapper à un destin similaire à celui de la Syrie. Souligner cet échec, ne revient aucunement à offrir un soutien aux houthistes et à leurs alliés, responsables de l’effondrement du processus politique enclenché en 2011 et coupables eux aussi de nombreuses attaques contre les civils. Certes, des rumeurs contradictoires circulent depuis plusieurs semaines. La guerre de communication fait rage, d’autant que peu de journalistes ont accès au terrain. Pourtant, il devrait être clair aux yeux de chacun que les bombardements saoudiens ont fait évoluer vers le pire un conflit déjà complexe. L’échec de l’offensive, quand bien même serait acceptée la rationalité présentée par les Saoudiens (ou ce que l’on pouvait initialement en supposer), est quadruple.

Inefficacité opérationnelle de la coalition

Sur le plan opérationnel tout d’abord, le fait le plus remarquable concerne la résistance des houthistes et de leurs alliés. Début août, la reprise d’Aden par les partisans de la coalition a été parfois vue comme le symbole d’un basculement en faveur de celle-ci. L’évacuation d’Aden par les houthistes a certes permis de desserrer l’étau, notamment en libérant l’aéroport de cette ville et son grand port de marchandises et en permettant l’arrivée d’aide humanitaire. Les avancées de la coalition et des miliciens se sont rapidement poursuivies, avec la reprise de l’importante base militaire d’Al-Anad, à une quarantaine de kilomètres au nord d’Aden. Les forces de la coalition, émiraties en particulier, se sont engagées au sol, menant des opérations de déminage mais aussi du combat direct. Le 4 septembre 2015, le commandement de la coalition annonçait la mort de 45 soldats émiratis, de 10 Saoudiens et de 5 Bahreïnis près de Mareb où ils préparent l’offensive terrestre contre Sanaa. Émiratis et Saoudiens ont pu livrer du matériel militaire, des véhicules blindés en particulier, aux miliciens anti-houthistes auprès desquelles ils jouissent d’un appui réel. Les Qataris annonçaient pour leur part l’envoi de 1 000 hommes, portant à 10 000 le nombre de soldats de la coalition prétendument sur le sol yéménite.

Considérant l’asymétrie des forces militaires en présence et le fait que les houthistes ne bénéficiaient à Aden d’aucun soutien local, faisant face à l’hostilité systématique des Adénites, le temps mis à «  libérer  » la seconde ville du pays signale bien une certaine inefficacité et un manque de coordination entre les acteurs anti-houthistes. De même, maintes fois annoncée, la reprise de Taez, troisième ville du pays dont la population est également fermement opposée aux houthistes, tarde à se concrétiser. Elle génère, comme à Aden, une destruction du tissu urbain et fait de très nombreux morts. La liste des cibles potentielles des bombardements aériens dès lors s’épuise, laissant la voie à des «  bavures  » qui ont fait plusieurs centaines de victimes civiles depuis mars2.

En dépit de la présence de forces terrestres saoudiennes, émiraties, qataries, bahreïnies (dont une part significative des représentants est originaire des gouvernorats du sud du Yémen) et sans doute marocaines, tout porte à croire que l’offensive vers Sanaa s’appuiera pour l’essentiel sur des tribus de l’est de la capitale dans la province de Mareb. Les autres accès (nord, sud et ouest) vers Sanaa, à 2 300 mètres d’altitude, sont en effet trop escarpés pour permettre une progression rapide. L’offensive vers Sanaa serait-elle lancée, les combats risquent d’être d’une grande intensité. L’hypothèse d’un enlisement est alors réel, notamment parce que, contrairement à Aden et Taez, la population de la capitale est pour une part significative acquise aux houthistes. À cet égard, les bombardements de la coalition depuis mars 2015 ne semblent pas avoir affecté la capacité de mobilisation de la milice zaydite auprès des populations du nord.

Un pays en voie de dislocation

Le deuxième échec est davantage politique. Si l’objectif affiché par la coalition était de rétablir la légitimité du gouvernement emmené par Hadi, ce denier apparaît largement hors-jeu et sera bien incapable de reprendre la main. Volontiers décrit comme un personnage sans grand charisme ni autorité (c’est sans doute pour cela qu’il avait été désigné comme vice-président par Saleh en 1994), même les plus ardents opposants des houthistes considèrent qu’il a fait preuve de faiblesse à l’égard de la rébellion zaydite et l’a laissée saper son autorité pendant plusieurs mois. Parmi les populations du sud, d’où il est originaire, il ne bénéficie pas d’un soutien manifeste. En dépit de la libération d’Aden, il reste exilé à Riyad. La nomination en avril 2015 d’un vice-président — également premier ministre —, Khaled Bahah, a pu signaler que les Saoudiens cherchaient une alternative à Hadi. Le processus n’a toutefois pas abouti et chacun hors du Yémen continue à faire semblant de croire que Hadi pourra retrouver son siège et reprendre le chemin de la transition politique là où il s’était arrêté.

Le troisième échec concerne la préservation de l’unité du Yémen. L’offensive houthiste vers Aden, la grande ville du sud, avait certes précipité le mouvement sécessionniste sudiste dans la guerre. Houthistes et sudistes, chacun s’appuyant sur une logique identitaire, zaydite pour les premiers, régionale et historique pour les seconds, n’étaient pas en situation explicite de concurrence avant mars 2015. L’opération «  Tempête décisive  », concentrée sur Aden, a en quelque sorte acté de la dislocation du Yémen, permettant au mouvement sécessionniste de bénéficier d’un appui militaire et de prendre directement le contrôle du territoire. La «  libération d’Aden  » a ainsi été célébrée avec des drapeaux à étoile rouge de l’ancien Yémen du Sud et les promesses de déclaration d’indépendance. Les pays membres de la coalition feignent encore de croire en un Yémen unifié. Pour leur part, les militants sudistes à Aden et dans son hinterland, qu’ils soient marqués ou non par les idéologies socialistes ou islamistes, prétendent pouvoir prendre la tête d’un nouvel État et revenir à la situation d’avant mai 1990, quand le Yémen du Nord et le Yémen du Sud s’étaient unifiés. Ils oublient sans doute là les divisions sudistes et particulièrement le mépris affiché par les habitants de la province orientale, le Hadramaout, qui se sont construit une identité propre et n’ont aucune volonté de revenir sous la coupe d’Aden, préférant sans doute gagner leur indépendance ou même être annexés par l’Arabie saoudite.

Fragilité du leadership saoudien

Enfin, le quatrième objectif des Saoudiens au Yémen, plus implicite, était d’asseoir la légitimité du nouveau roi Salman et de son fils, Mohamed ben Salman, jeune ministre de la défense. La manœuvre liée à la nomination de ce dernier au poste de vice-prince héritier, à la barbe de nombreux aînés de la famille royale, exigeait sans doute que ce jeune prince, acteur de l’ombre, fasse ses preuves. Le terrain yéménite semblait dans ce contexte tout indiqué. Or si le roi Salman et son fils ne sont pas confrontés à une contestation explicite et publique en Arabie saoudite, tout ne s’est sans doute pas passé aussi bien que prévu. Les incursions répétées des houthistes en territoire saoudien, leurs tirs de missiles Scud vers la ville frontalière de Najran constituent des signes de fragilité, tout comme les pertes saoudiennes et émiraties qui ne manqueront pas de générer des interrogations.

L’évolution des relations internes à la coalition, les tensions entre pays du Golfe, les promesses non tenues d’intervention au sol, notamment par le Pakistan, la Turquie, l’Égypte et le Sénégal, ne donnent pas davantage l’image d’un leadership régional projeté en interne. La prolongation de l’offensive, les promesses vraisemblables de financements aux pays alliés, notamment le Maroc, l’Égypte et la Jordanie pourraient par ailleurs peser sur le budget saoudien déjà très largement déficitaire (on parle de 200 milliards de dollars en 20153 ) alors que le prix du baril a chuté de 50 % depuis le lancement de l’offensive au Yémen et atteint péniblement les 45 dollars.

La communauté internationale, en votant sans difficulté en avril 2015 la résolution 2216, a signalé combien elle continuait in fine à sous-traiter la gestion du dossier yéménite à l’Arabie saoudite. La Chine et la Russie même (en dépit de l’abstention de cette dernière) ne proposaient pas d’autre solution. Si l’institution onusienne ne ménage pas ses efforts pour favoriser des négociations, en particulier au côté du sultanat d’Oman, le quadruple échec de la coalition saoudienne se double de forfaitures qui concernent en premier lieu les grandes puissances occidentales.

Mépris des civils et du patrimoine

Le mépris pour la question humanitaire est patent et devrait à lui seul interroger le suivisme actuel. La mise en place d’un blocus dès mars n’a aucunement été contrecarrée par les prétendues pauses humanitaires décrétées par la coalition. L’arrivée d’aide humanitaire ou l’activisme affiché du King Salman Center qui centralise depuis sa création en mai 2015 l’aide saoudienne4 n’ont pas davantage conduit à une amélioration. Le port de Hodeida, sur la mer Rouge, tenu par les houthistes, a été délibérément détruit par les bombardements de la coalition, si bien que le port d’Aden reste le seul capable d’accueillir l’aide humanitaire dont dépendent aujourd’hui 20 millions de personnes, soit les deux tiers des Yéménites. Les agences de l’ONU n’hésitent pas à évoquer un risque sérieux de famine. Dans ce contexte, les flux de réfugiés yéménites ne manqueront pas de s’ajouter à ceux, syriens, soudanais ou érythréens qui arrivent en Europe.

Plus symbolique, le mépris affiché pour le patrimoine historique yéménite n’est pas hors de propos quand on constate combien la destruction de Palmyre en Syrie est devenue dans l’imaginaire européen l’incarnation de la «  barbarie  » de l’organisation de l’État islamique (OEI). Les bombardements aériens saoudiens ont déjà touché la vieille ville de Sanaa classée par l’Unesco, ainsi que divers sites archéologiques ou musées. Dès lors, le niveau de destruction d’Aden et de Taez laisse présager le pire pour Sanaa si une offensive terrestre était lancée sur la capitale.

Les djihadistes seuls vainqueurs  ?

Les soutiens internationaux de l’offensive saoudienne ne peuvent ignorer combien la structure du conflit est bénéfique aux groupes djihadistes. La logique confessionnelle anti-chiite, pas systématiquement implicite, qui préside à la légitimation de la guerre contre les houthistes n’est aucunement en tension avec l’idéologie portée par Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA) ou plus encore l’OEI. Celle-ci, nouvellement apparue au Yémen, a revendiqué diverses opérations contre des mosquées zaydites. L’écroulement des structures étatiques, le déploiement d’une culture des armes, notamment au Sud, bénéficient de façon manifeste à l’ancrage territorial des militants islamistes sunnites armés. En avril 2015, la prise de Mukalla, à l’est du pays, cinquième ville du pays, par des groupes se revendiquant d’AQPA n’a pas donné lieu à des bombardements des positions djihadistes par la coalition. Les djihadistes continuent à tenir la ville et imposent leur mode de gestion des affaires publiques. La reprise d’Aden aux houthistes en août a laissé place à une confusion certaine  ; des drapeaux noirs des djihadistes ont été brandis mi-août en haut de certains bâtiments alors que des attaques étaient menées contre les forces de sécurité. Certes, depuis mars, les attaques de drones américains ont conduit à l’élimination d’un grand nombre de leaders d’AQPA, en particulier Nasir Al-Wouhayshi. Ces victoires ne pourraient être qu’en trompe-l’œil dans la mesure où la désorganisation d’AQPA pourrait bien être favorable à l’OEI.

1L’opération a officiellement été rebaptisée «  Restauration de l’espoir  » le 20 avril 2015 mais ce nom n’est que rarement utilisé.

2Iona Craig, Yemen’s Hidden War : How the Saudi-Led Coalition Is Killing Civilians, The Intercept, 1er septembre 2015.

3Ambrose Evans-Pritchard , «  Saudi Arabia may go broke before the US oil industry buckles  », The Telegraph, 5 août 2015.

4Joe Dyke et Annie Slemrod, «  The most important aid organisation you’ve never heard of  », Irin, 2 juillet 2015.