Cliquez ici si vous ne parvenez pas à afficher correctement cette lettre d'information.
La Lettre
Du 3 au 10 avril 2020
Safwan Dahoul, Rêve, 1992

Il y a un mois, nous vous expliquions pourquoi il était important pour nous que vous soyez nombreux et nombreuses à recevoir la présente lettre d’information. Nous affichions alors notre objectif : avoir 11 000 abonné.e.s. Vous êtes aujourd’hui 10 962.

Bienvenue aux nouveaux lecteur.trice.s, et merci à tou.te.s !

La sélection de la semaine

Avec « Ouragan sur le marché pétrolier » de Jean-Pierre Sereni, revenons sur les derniers articles publiés sur cet enjeu majeur dans la région :

➞ « Pétrole. Les paris risqués du prince héritier saoudien » de Henri Mamarbachi ou la guerre (perdue) des prix vue par MBS ;
➞ « À Washington, ceux qui croient à une négociation avec Téhéran » de Régis Genté : quand les tensions entre l’Iran et les États-Unis dans le Golfe sont perçues comme un prélude à de futures négociations ;
➞ « À quoi sert encore l’OPEP ? » se demandait Jean-Pierre Sereni il y a un peu plus d’un an. Washington, Moscou et Riyad n’avaient déjà plus vraiment besoin de l’organisation pour tenter d’éviter la baisse des prix ;
➞ « En Iran, l’essence de la colère » de Shervin Ahmadi revient sur l’augmentation du prix de l’essence mi-novembre 2019 qui a suivi la brutale hausse de 50 % du prix du pain en septembre. Elle a provoqué de vastes manifestations dans plus de cent villes iraniennes.

Signalons aussi, dans la rubrique « Va comprendre ! », « Iran. Le coup d’État de 1953 radicalise un nationalisme hostile à l’Occident » : Julien Chatel expose les conséquences de la nationalisation de l’or noir par Mohamed Mossadegh et les racines historiques du souverainisme iranien.

En arabe

سيبستيان كستيليي, 9 نيسان (أبريل)

En anglais

Sebastian Castelier, 9 April

En persan

Conformément à la loi «Informatique et libertés» du 6 janvier 1978, vous pouvez à tout moment demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant en nous contactant. Si vous ne souhaitez plus recevoir d'emails de la part d'Orient XXI, cliquez ici pour vous désabonner.