Cliquez ici si vous ne parvenez pas à afficher correctement cette lettre d'information.
La Lettre
Du 25 septembre au 2 octobre 2020
Omar El-Nagdi, Les Accordailles, 1982

Depuis sa création il y a sept ans, le 1er octobre 2013, Orient XXI a voulu, à sa modeste échelle, favoriser une autre vision du Maghreb et du Proche-Orient, loin des fantasmes de « guerre des civilisations » et de « grand remplacement », en montrant la complexité des situations, en s’appuyant sur des chercheur.euse.s et des spécialistes. Une vision qui donne aussi sa place aux résistances des sociétés, de l’Irak au Liban en passant par des initiatives plus modestes pour lutter contre la Covid-19, défendre la biodiversité, ou inventer une nouvelle scène culturelle...

Le pari contre le simplisme et les simplifications qui dominent souvent les réseaux sociaux et les chaînes d’information en continu, nous l’avons réussi grâce à vous. Lire l’éditorial d’Alain Gresh.

Des livres

Les membres de la rédaction d’Orient XXI regrettaient de ne pas pouvoir simplement signaler des livres intéressants, sans avoir à en faire des recensions, car nous n’en avons pas toujours le temps. Nous avons donc décidé que la première Lettre de chaque mois contiendrait désormais une liste d’ouvrages récents que nous vous recommandons, avec une brève présentation.

➞ Arthur ASSERAF, Electric News in Colonial Algeria, Oxford University Press, 2019. — 218 pages

Entre 1880 et 1940, l’Algérie connait à la fois un pouvoir colonial à l’apogée de sa puissance et l’apparition des journaux et des agences de presse comme Havas ou Reuters. Les « indigènes » suivent des évènements lointains avec une attention grandissante. Mais les guerres entre les puissances coloniales et l’empire ottoman avant 1914 donnent lieu à des lectures divergentes entre colons et colonisés et peuvent conduire à des émeutes. L’arrivée du cinéma et de la radio accélèrent la tendance, sous l’œil anxieux des autorités françaises. Un livre original qui renouvelle le regard sur le temps, les médias et l’histoire.

➞ Guillaume BLANC, L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain, Flammarion, 9 septembre 2020. — 352 pages ; 21,90 euros

Fort de son étude de terrain dans le parc national du Simien, en Éthiopie, Guillaume Blanc, historien de l’environnement, dissèque les mécanismes de la violence faite aux hommes et aux femmes qui habitent parfois depuis plusieurs générations des zones que des naturalistes, des diplomates et des politiques ont décrété un jour interdites à toute présence humaine. « Plus la nature disparaît en Occident, plus nous la fantasmons en Afrique », explique-t-il au terme d’une enquête remarquable.

➞ Dunia Al-DAHAN et Corinne RONDEAU, Artistes syriens en exil. Œuvres et récits, Portes ouvertes sur l’art/ Médiapop Éditions, août 2020. – 219 pages ; 12 euros

Appréhender une œuvre venue d’une autre tradition et d’une autre histoire, habitée par les conflits et la violence, est une aventure complexe, parfois indéchiffrable. Quatre questions identiques posées à une vingtaine d’artistes syriens permettent de mieux saisir le sens de leur histoire personnelle qui se confond avec la grande histoire. Avec « La traversée du miroir », une introduction passionnante de Dunia Al-Dahan, co-commissaire de l’exposition « Où est la maison de mon ami ? » à la Maison des Arts de Malakoff (printemps 2019)

➞ Colum McCANN, Apeirogon, traduit de l’anglais par Clément Baude, Belfond, 20 août 2020. — 512 pages ; 23 euros

Entre roman, enquête et récit, l’amitié entre deux pères de famille, l’un palestinien, l’autre israélien, qui ont tous perdu une fille dans le conflit. Les deux hommes vont devenir des amis et des militants d’une paix improbable, parcourir le monde pour faire connaitre leur combat commun. Construit en courts chapitres, parfois naïf mais souvent bouleversant, ce livre de l’écrivain irlandais Colum McCann (Danseur, Zoli) est une leçon d’humanité.

➞ Clément THERME (sous la dir. de), L’Iran et ses rivaux. Entre nation et révolution, Passés composés, 19 février 2020. — 207 pages ; 18 euros

Une douzaine d’auteurs et autrices évoquent les relations de l’Iran avec les différentes puissances du monde, mais aussi avec l’Afrique et l’Amérique latine. Un panorama très complet pour comprendre ce pays qui est au cœur d’un des affrontements géopolitiques les plus dangereux.

➞ Moyen-Orient, no. 47, juillet-septembre 2020. — 9,50 euros

Un numéro de la revue centré sur le bilan géostratégique 2020, avec des fiches pays et des cartes. Une étude sur l’influence globale des imams saoudiens et un regard sur la société civile syrienne d’avant-guerre.

Les derniers articles

En anglais

En espagnol

Maher Al-Charif, 29 de septiembre
Conformément à la loi «Informatique et libertés» du 6 janvier 1978, vous pouvez à tout moment demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant en nous contactant. Si vous ne souhaitez plus recevoir d'emails de la part d'Orient XXI, cliquez ici pour vous désabonner.