Cliquez ici si vous ne parvenez pas à afficher correctement cette lettre d'information.
La Lettre
Du 30 octobre au 6 novembre 2020
Hassan El-Glaoui (1923-2018), Sans titre

À la suite de l’assassinat de Samuel Paty, le discours sur la liberté d’opinion, le « droit » de caricaturer, la liberté d’expression domine dans les médias et parmi les responsables politiques. Pourtant, les appels à la censure n’ont jamais été aussi nombreux en France. Ils visent notamment la communauté universitaire et la recherche française sur l’islam. Le sociologue Farhad Khosrokhavar vient de faire les frais de cette contradiction entre le discours et les faits. Orient XXI vous propose un mini-dossier comprenant les détails d’un débat censuré racontés par le chercheur, le texte de son article retiré du site Politico, et le commentaire d’un autre chercheur, Tom Theuns, sur cette affaire.

À l’étranger et en particulier dans le monde musulman, les réactions officielles françaises qui ont suivi l’assassinat de l’enseignant ont provoqué une vague de colère. Ahmad Helaiss, universitaire saoudien francophone et enseignant à Riyad nous fait part de sa lecture du « problème musulman » en France.

Des livres

➞ Sous la direction de Bertrand BADIE et Dominique VIDAL, Le Moyen-Orient et le monde, « L’Etat du monde 2021 », La Découverte. — 258 pages, 20 €
Les meilleurs spécialistes du Moyen-Orient (chercheurs, journalistes, professeurs, diplomates français ou étrangers) montrent comment le contexte international n’a cessé de modifier la donne cette région « hors normes » et comment elle pèse à son tour sur le reste du monde. Trente-trois articles répartis en trois grandes sections : « Genèse », « Jeux d’acteurs et enjeux », « Etudes de cas ». Passionnant, à lire par tous ceux qui veulent comprendre comment « l’actuelle réinvention du Moyen-Orient reflète celle du monde », selon le mot des maîtres d’œuvre Bertrand Badie et Dominique Vidal.

➞ Sébastien FONTENELLE, Les empoisonneurs. Antisémitisme, islamophobie, xénophobie, Lux, août 2020. – 128 pages, 10 €
Ce court essai est un voyage au bout de l’abject, celui qui s’affiche aujourd’hui tranquillement dans un certain nombre de médias mainstream. Sébastien Fontenelle passe à la paille de fer, mais d’une plume légère, Renaud Camus, Éric Zemmour, remonte à Oriana Fallaci pour établir, sur la base de citations peu ragoûtantes, un parallèle entre l’antisémitisme de la fin du XIXe siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale et l’islamophobie galopante actuelle. D’autant plus stupéfiant que les relais de ces « auteurs » crient à la censure et au politiquement correct alors qu’ils occupent le terrain médiatique : Renaud Camus a été reçu par Alain Finkielkrault à France Culture, qui parle du théoricien du « grand remplacement » comme d’un « interlocuteur capital »… C’est dire à quel point l’heure est grave.

➞ Sarah MAZOUZ, Race, Anamosa, août 2020. – 9 €
« Si le mot de race sert à révéler, y recourir est d’autant plus nécessaire dans le contexte français d’une République qui pense avoir réalisé son exigence d’indifférence à la race et y être parfaitement « aveugle » ». Cette citation résume assez bien la démarche de Sarah Mazouz. Dans un court et élégant essai, publié dans une intéressante collection qui s’attache aux mots et à leurs sens, la sociologue explique ce qu’elle qualifie « d’assignation racialisante » dans la société française. Elle analyse le « malentendu récurrent » dans un pays où l’on n’emploie guère le mot race, pendant que les journaux surfent sur « l’air du temps zemmourien ». Race offre des pistes de réflexions intéressantes, et des réponses nouvelles à un vieux malaise.

➞ Olivier PEYROUX, Les fantômes de l’Europe. Les migrants face aux politiques migratoires, Non Lieu, Paris, 2020. – 234 pages
On a conscience des problèmes que posent à nos sociétés occidentales ce qu’il est convenu d’appeler « les crises migratoires ». On est bien moins informé de l’envers de cette réalité : la traite des humains avec ce que cela comporte d’exploitation sexuelle, d’exploitation des jeunes, etc. L’ouvrage du sociologue Olivier Peyroux aborde ces phénomènes d’exploitation au travers de témoignages rassemblés au Niger, au Mali, au Liban ou dans les Balkans.

➞ Didier BILLON & Alain Parant, « l’Égypte, un géant au bord de la rupture » in Futuribles, n° 438, septembre-octobre 2020
Avec plus de 100 millions d’habitants, l’Égypte est le plus peuplé des États riverains de la Méditerranée et le 3e en Afrique. Le risque du surpeuplement grandit. Selon les projections des Nations unies, en 2078, la population s’élèverait à 161 millions d’habitants, voire entre 225 et 332 millions en 2100 si la fécondité ne baisse pas. Un article choc sur une situation à laquelle Le Caire devra faire face seul.

En anglais

Georges Lefeuvre, Jean Michel Morel, 3 November

En persan

آلن گرش, 6 نوامبر

En espagnol

Georges Lefeuvre, Jean Michel Morel, 3 de noviembre
Conformément à la loi «Informatique et libertés» du 6 janvier 1978, vous pouvez à tout moment demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant en nous contactant. Si vous ne souhaitez plus recevoir d'emails de la part d'Orient XXI, cliquez ici pour vous désabonner.